InvitéInvité



MessageLun 27 Fév - 18:20
Somnelant dans les bras de Morphée, la jeune demoiselle ne s'était pas aperçu de son changement radical d'environnement. Son réveil allait être brutal, elle qui s'était évanouie dans les bras de son ami dans une forêt non loin d'ici, elle allait se réveiller dans une carcasse métallique. La banquette arrière en tissus qui lui servait de lit était déchirée à quelques endroits et pour combler le tout, était aussi résistante que de la pierre. Un bonus supplémentaire allait s'ajouter au lot, comme si ce n'était pas suffisant, la fenêtre de la portière à ses pieds était défoncée. Quelques morceaux coupants y siégeait encore, mais le pire, ce n'était pas la possibilité que la brunette puisse se couper là, non. Le plus dérangeant, c'était ce vent qui pouvait librement la chatouiller et lui procurer quelques frissons désagréable.

Samuel fut tirée de ses rêveries lorsqu'elle sentit son ventre gargouiller et lui faire mal. Depuis combien de temps n'avait-elle rien avalé de bon? Son évanouissement avait probablement été causé par cette fameuse faim... La petite décida de se lever malgré sa faiblesse pour aller fouiller dans les tiroirs de l'automobile question d'y trouver quelque chose. Malheureusement, elle n'y découvrit rien. Elle poussa son imagination un peu plus loin et jeta un coup sous les chaises avant. La jeune y trouva de la poussière, des déchets et... des Doritos! Il n'y en avait que quelques unes brisées en morceaux, mais c'était toujours mieux que rien. Elle les ramassa et souffla dessus comme si ça allait effacer toutes les germes qu'il pouvait y avoir avant de les avaler. Une maigre collation de basse qualité, mais c'était le mieux qu'elle pouvait faire. Lorsqu'Azzuen eut les chip en contact avec sa langue, elle grimaça. Disons que... c'était la pire bouffe qu'elle avait jamais mangé jusqu'à maintenant. Tant qu'il ne s'agissait pas d'insectes, ça lui convenait.

Ne voyant rien d'autre à faire jusqu'au retour de Tenshi, la demoiselle aux yeux dorés décida de faire un autre dodo afin de reposer son corps de toute l'exercice qu'elle avait fait ce matin. Son corps endolori ne supportait pas qu'elle court autant! Mais peu importe, le soleil était à son zénith lorsqu'elle ferma les yeux.

Ce ne fut qu'au retour de son "tendre et admirable sauveur" qu'elle se réveilla de nouveau. Cependant, elle n'ouvrit pas tout de suite les yeux, voulant profiter encore un peu de la banquette dure comme de la pierre. Les mains maladroites de son partenaire parcouraient son corps, partant de ses mollets à son bas de ventre. Un doux réveil, comme toutes les folles de ce monde pourraient dire, mais selon Samuel, le pire. Elle désirait qu'il la lâche avec ses mouvements peu habiles, voire même dérangeants, mais ne dit rien espérant qu'il croit qu'elle lui devait entièrement obéissante.

Étrangement, le blond n'émit pas un seul mot. Étrange pour quelqu'un qui parlait autant que lui. Peut-être qu'il ne voulait pas la déranger, mais que faisait-il avec ses mains... velues qui lui caressaient brusquement le ventre? Elle soupira, tout en cachant sa tête sous ses bras.

—Tenten... tu me chatouille, laisse-moi faire des dodo...


La réponse qu'elle obtint ne fut pas la même qu'elle espérait. Il échappa un cri inhumain, ce qui la fit sursauter. Elle ouvrit ses yeux et dégagea son visage pour voir qui se trouvait à côté d'elle. La brunette réalisa immédiatement son erreur de croire que c'était son ami. Non, en face d'elle se trouvait une créature! Un monstre! Une... Une arraignée géante qui tentait de son mieux d'entrer dans la voiture pour ne faire qu'une bouchée de sa proie. La petite échappa un hurlement, tout en donnant un coup de pied à à la créature hostile. Sa panique prenait le dessus, elle qui s'attendait à un réveil normal, elle tombait face à face avec...ÇA?!

Le monstre répliqua à son coup mal placé, il l'a mordit droit au mollet, dans la chaire et tenta de la sortir de la carcasse en métal inutilisable. L’araignée velue était plus forte qu'elle, Samuel se trouva donc à se faire tirer la jambe légèrement en dehors de la fenêtre tout en se faisant ouvrir par les morceaux de vitre restants. Dans un dernier espoir, la demoiselle prit le pieu en bois qu'elle avait trouvé dans la forêt l'autre jour et le planta dans les yeux de la créature immonde. Cette dernière la lâcha tout en échappant un cri de douleur, la brunette en profita pour retirer sa jambe sanglante et se replier dans le fond de l'automobile. Son coeur battait à mille à l'heure alors qu'elle regardait d'un air choqué son mollet. Il y avait deux trous dans sa chair ainsi qu'un liquide étrange qui en sortait légèrement. Également, la vitre lui avait laissé quelques marques ainsi que des morceaux. Était-ce infecté? Peu importe! Ce n'était pas le temps de penser à ça, mais plutôt de penser à un échappatoire de ce trou à rat mortel! Avec une jambe endolorie, elle avait peu de chances de s'en sortir.

Des pleurs s'échappèrent ainsi qu'un autre cri de détresse lorsque la créature tenta de nouveau à pénétrer dans la voiture. Un sentiment étrange envahissait son corps, elle sentait que peu à peu, elle n'avait plus le contrôle jusqu'à ce qu'elle tombe entre le sol et la banquette. Que se passait-il?! Pourquoi... ne pouvait-elle plus bouger ? C'était comme si elle était endormie, mais toujours consciente. Engourdie, les mots ne sortaient plus de sa bouche et son rythme respiratoire se trouvait ralenti. La jeune espéra plus qu'une chose: Que son chevalier vienne à la rescousse s'il n'était pas lui-même déjà mort.

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageLun 27 Fév - 21:52
Décidément, cette plante était aussi un monstre. Un monstre improbable, dont l’existence devrait être impossible. Comment quelque chose fait de végétation pouvait être aussi solide et en plus ignifuge ? Reculant pour observer la plante, me demandant de quelle manière je pouvais l’éliminer et envisageant de plus en plus de battre en retraite et de laisser tomber ce vieux bâtiment décrépi, en laissant la personne qui semblait se battre à l’intérieur à son sort, je fus alors aveuglée par une lumière blanche tout en sentant tout mon corps se réchauffer anormalement compte tenu de la température extérieure. Était-il possible que cette lumière ait produit une onde de chaleur ? De mieux en mieux. Les attaques à la raison et la logique ne cessaient pas depuis mon arrivée ! Riant encore de tout ce non-sens une fois la lumière dissipée et le constat que les plantes avaient fait de même, je me demandais si je n’étais pas simplement devenu fou. Puis j’ai réalisé que j’étais bien trop génial pour ça et que c’était juste le monde qui l’était devenu. Ou tout du moins l’endroit où je me trouvais actuellement.

La vague de chaleur disparue, je me mis soudain à avoir très froid, la température n’étant en effet pas clémente pour les sublimes hommes torses nus. Me rapprochant du feu, rajoutant au passage quelques branches pour le maintenir allumé, en me demandant la suite des évènements, j’ai repensé à Azzuen que j’avais laissée dans la voiture. Mieux valait la mettre à « l’abri » dans la gare. Cependant, après un tel évènement, c’était dur de se considérer à l’abri où que ce soit. Ce lieu était cruel et dangereux. Je devais être préparé à toute éventualité et ne plus jamais me laisser dépasser par les évènements.

Prenant mon arme avec moi malgré son poids et mon bras douloureux, afin d’être sûr de ne plus me laisser surprendre, je partis rejoindre le carrosse personnel de ma petite Azzuen. En entendant un cri de douleur semblable à celui de l'araignée dévorée par la plante plus tôt, je me mis à courir, craignant le pire. Je vis alors avec colère qu’une horrible araignée était déjà à la fenêtre, voulant dévorer ma précieuse friandise ! Abattant mon arme juste en bas de son torse pour couper ses pattes inférieures, étant sûr de ne pas la manquer contrairement à un coup direct qui aurait pu échouer à la couper suffisamment, je souris d’un air satisfait en sentant avoir coupé avec succès ses deux pattes, la faisant tomber en arrière de la fenêtre dans ce qui ressemblait à un gargouillement crié de souffrance.

Alors que je m’apprêtais à lui infliger le coup de grâce pendant qu’elle était sur le dos, ayant un parfait angle pour planter mon arme en plein milieu de son ventre, dont la chair avait l’air moins ferme, elle se tourna rapidement en utilisant ses pattes, mis son abdomen en face de moi et m’envoya… une toile ? Un fil géant de toile ! Me protégeant de mon arme tout en sautant sur le côté pour éviter de finir en sushi pour araignée, je remarque que mon arme est maintenant pleine de fil collant et gluant… Elle reste tout de même utilisable. L’araignée profita du sursis qu’elle avait gagné pour se remettre debout sur ses 6 pattes restantes et me fixait maintenant d’un air menaçant.

Pourquoi tout est aussi compliqué dans ce monde ?... Je regrette l’époque où je pouvais écraser ceux de son espèce sous mon pied, où les insectes étaient de simples insectes. Il fallait que je m’en débarrasse. Heureusement, contrairement à celle de toute à l’heure, elle avait une paire de pattes en moins, un oeil hors d'usage, sans doute par une intervention d'Azzuen, ce qui m'emplit de satisfaction envers ma petite protégée. Et moi, j'avais une arme en plus.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageMar 28 Fév - 2:13

Monsters



À l’extérieur, il n’y avait plus personne, j’étais pourtant certain d’avoir entendu quelqu’un crier plusieurs fois et partir en courant… Je ne vu qu’une ombre au loin qui disparaissait… Bizarre… Je ne rencontre que des gens bizarre en fait ici. De plus cette personne avait laissé un feu devant la gare et plusieurs débris. Je m’en approchai et me réchauffa un peu. Je présumais qu’elle allait revenir. Quelle personne était assez bête pour laisser un feu sans protection. La probabilité qu’il pourrait se rependre n’étais pas négligeable, même si le contour semblait avoir été nettoyé. Quelques débris y restais, je n’avais pas la tête à m’imaginer ce qui c’étais passé. Je soupirais doucement en fermant les yeux profitant de la chaleur…

Je restai un moment dehors, je me promenais dans le parking, puis je finis par m’assoir sur un capot de voiture, j’observais le soleil les yeux clos. Je me couchais complètement sur la voiture. Le métal froid mordit ma peau me rappelant ma nudité. Pour autant, j’avais peu de blessures, des écorchures, c’était surtout au niveau mental qu’il y avait eu dommage. Quelques hallucinations auditives me restaient surtout. Je voyais aussi certaine personne qui ne devait être là. Je prenais une grande gorgée d’air en me relavant et prenait le temps de respiré comme si ça faisait un moment que je ne l’avais pas fait. Je pris un pas plus ou moins assuré vers l’entrée de la gare. Du moins ce qui en restait, la plante n’avais clairement pas fait de cadeau. Je la scrutai un cours lapse de temps. Les murs semblaient être fragile… Alors que je venais tout juste de tout mettre en ordre… Je m’en approchais vérifia si c’était toujours sécuritaire d’y rester. Ça pouvait aller. Ils étaient encore solides pour y résider. Les murs ne céderaient pas durant mon sommeil au moins. Les courants d’air se faisaient plus présents, mais ça changeait peu de chose pour tout dire. Alors que je m’apprêtais à rentrer, j’entendis quelqu’un approcher, je me retournai pour apercevoir…
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageMar 28 Fév - 3:38
Parcourant mes options face à cette féroce araignée, j’ai réalisé que la retraite stratégique était la meilleure. Elle était normalement plus rapide que moi mais je devrais pouvoir la tenir à bonne distance dans ces conditions. Tout en pensant à ça et en vérifiant d’un coup d’œil rapide l’état d’Azzuen, elle me saute dessus sauvagement, quelle brutalité vraiment. On a plus le temps de penser tranquille. Parant le coup avec la patte, ce qui cause une vive douleur à mon bras gauche sous le choc, j’évite en même temps en sautant de côté et en commençant à courir, pour prendre de l’avance, sachant qu’elle me suivrait forcément après lui avoir infligée une blessure pareille. J’étais la source de ses souffrances après tout~ Quel sentiment agréable.

De ce que j’avais vu de ma princesse, elle semblait paralysée. Il semblait bien que l’araignée de toute à l’heure avait tentée de me mordre pour m’infliger le même sort. La bouche grande ouverte et une expression paniquée figée sur son visage, j’avais tout de même pu observer sa poitrine bouger subtilement, prouvant qu’elle ne risquait pas l’insuffisance respiratoire. C’était un soulagement. J’aurais mal vécu de perdre mon jouet aussi tôt. Mais il fallait que je me dépêche tout de même d’en finir et d’aller la chercher.

Courant pendant un peu moins d’une minute, en entendant les pas maladroits de l’araignée derrière moi et en admirant que sa vitesse soit de pair avec la mienne dans une condition pareille, je finis par voir mon feu de camp. Souriant devant ce défi qui s’annonce, sachant que j’avais largement de quoi la vaincre, je vois alors un homme me regardant moi et ma poursuivante avec des yeux éberlués. Quoi, n’avait-il jamais vu d’araignées d’1m de sa vie ? Ahahaha ! Courant dans sa direction, la même que celle du feu comme il se trouvait devant la porte principale de la gare, je lui crie « Dis, ça ne te gênerait pas de me donner un coup de main ? Je dois pourfendre cette bête pour sauver une princesse endormie ! » en riant légèrement.

Sans attendre sa réponse, pensant que je n’avais pas forcément besoin de son aide mais qu’il valait mieux l’inclure pour au final lui démontrer ma force, je saute au-dessus des flammes et me retourne pour faire face à l’araignée juste derrière moi. Comme prévue, elle s’arrête, surprise par ces flammes inattendues, et me regarde de ses multiples yeux - 1. Plaçant la partie métallique de mon épée dans le feu, je la regarde en retour, souriant tel un prédateur.

L’heure du duel avait sonnée~ J’allais pouvoir me venger de ma précédente humiliation.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageMar 28 Fév - 4:38

Monsters



Non ce n’est pas sérieux. Un blondinet courait vers moi équipé de je ne sais trop quoi, poursuivis d’une araignée… D’une araignée géante… À six pattes…  Mais qu’es que je venais de respirer. Je me frottais les yeux, me frappant un peu, inutile ça se rapprochais toujours. Si au moins j’avais compris comment j’avais fait fuir les plantes plus tôt… Comment cette lumière blanche était… Je n’avais pas le temps de penser à ça. Peu importe, si je divaguais encore ou non, ça ne serais pas plus pire que de ne rien faire.

Je savais simplement en le voyant que c’était lui, c’était lui celui que j’avais entendu de l’extérieur et qui me laissait me débattre seul à l’intérieur. Il me semblait bête à première vue. Je me méfiais quand même de cet air enfantin et heureux sans le montrer évidement.

- Dis, ça ne te gênerait pas de me donner un coup de main ? Je dois pourfendre cette bête pour sauver une princesse endormie !

Il me demanda mon aide pour ensuite sembler se défendre seul comme un grand, mais qu’elle était la logique de sa question. Je le regardais agir un moment en me demandant si j’avais vraiment quelque chose à gagner de sembler l’aider surtout la façon dont il se comportait à présent. Comme s’il était seul….Et c’est rire assourdissant qui ne semblait pas vouloir partir.

> Papa, Papa! Regarde-moi Papa!

Je fermais les yeux reprenant le pouvoir sur mon contrôle. Ce n’est pas réel. Tout ça me foutait le cerveau à l’envers. Je n’avais même pas envie de daigner lever un petit doigt. Quelque chose semblait clocher chez moi de loin, mais pas au point de se douter que ça provenait de quelque chose à l’extérieur de mon control. Je paraissais d’une fatigue normale pour une situation comme celle-là. Après un moment de réflexion. J’allais chercher mon morceau de pancarte à l’intérieur et mon archet qui n’avait pas tenu longtemps finalement. Je revins et alla m’accoter un peu plus loin sur le côté de la gare ou l’araignée ne m’avait toujours pas vu, concentré sur l’énergumène et ses simagrées

Le plus stupide là-dedans, c’était de se demander pour cet idiot ramener une araignée géante dans ma gare. Manque d’affection? Besoin d’un animal de compagnie? Peu importe la réponse, je savais que je n’étais pas sorti de l’auberge avec celui-là.
Je le regardais faire les bras croisé.

- Tu sembles bien te débrouillé pourtant.

Lui dis-je avec un brin de moquerie. Ma moquerie me couta de perdre le peu de subtilité que j’avais auprès de l’araignée qui se retourna vers moi.

-Saloperie.

Elle choisit la facilité au lieu de s’attardé sur son futur casse-croute et me sauta au visage. J’avais suffisamment tué d’araignées, elle se vengeait? J’eu le réflexe de me pencher, elle me passa au-dessus, je lui plantai au passage mon « arme » dans l’abdomen ce qui me donna droit à une douche au jus d’araignée… Merci blondinet…

Pour autant, cela fit peu de chose à l’araignée, un grognement retentit alors qu’elle me regardait avec mépris. Oups. Je roulais rapidement un peu plus loin pour ne pas qu’elle ne me mange et ses voix qui ne se taisaient pas.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageMar 28 Fév - 18:52
Alors que je regardais l’araignée en souriant, tournant autour du feu quand elle essayait d’avancer sur le côté, n’osant pas me sauter directement dessus à travers les flammes, je vis l’homme aux multiples tatouages, me retrouvant face à la gare alors que l’araignée y faisait dos. J’avais assez chauffé mon arme pour abattre l’araignée d’un seul coup, mais c’est alors que cet idiot se mit à me parler alors qu’il y avait l’araignée entre nous deux :

- Tu sembles bien te débrouiller pourtant.

J’ai légèrement tiqué mentalement à son commentaire sarcastique, tout en continuant à sourire, confiant, mais j’eus bien du mal à me retenir de rire quand l’araignée, réagissant au son de sa voix, se mit à lui courir après et qu’il jura en retour. Faisant de mon mieux pour garder mon sérieux, je me suis rapproché des deux, prêt à frapper au moment où cet homme m’en sera le plus reconnaissant.

Je dois avouer que sa danse avec l’araignée était très divertissante et j’ai juste regardé, faisant comme si je n’avais pas d’opportunités pour l’attaquer. Le voir avoir le réflexe de planter son panneau inutile dans l’abdomen de la bête juste après s’être penché était plutôt impressionnant. Il manquait peut-être de jugeote, mais il savait combattre. Je me suis mordu les lèvres pour ne vraiment pas rire quand il finit dégoulinant de sang d’araignée, ce qui apparaît alors comme une moue sérieuse et inquiète sur mon visage.

Alors que je le vis rouler pour prendre de la distance, je remarquais qu’il avait l’air un peu désorienté et décida que c’était le meilleur moment pour agir. Il ne s’en sortirait sans doute pas sans blessures à la prochaine attaque et mieux valait garder le plus possible de personnes en bon état, dans ce monde de monstre, les alliés étaient plus utile que jamais.

Me positionnant silencieusement dans l’angle de mort de l’araignée, entre le nudiste sale et le monstre mutilé, j’attends que l’araignée déjà ralentie fasse son dernier saut sur Loki, n’ayant pas encore eu le temps de se relever de sa roulade. Baissant mon épée juste au bon moment, avec un sourire carnassier, ne lui laissant aucune chance de l’éviter, je coupe légèrement après sa tête, la tranchant d’un seul coup grâce au métal chauffé à blanc.

La tête de l’araignée tomba juste devant lui, ses mandibules bougeant encore un peu avant de s’arrêter complètement, alors que le corps sans vie de l’araignée frappa contre mon épée et s’effondra ensuite par terre. Le choc provoqué me fit pousser un gémissement de douleur malgré ma tentative de le réprimer et je vis ma blessure au bras s’élargir et goutter de plus belle. Il fallait vraiment que je refasse un garrot…

Regardant Loki à terre, je pose mon arme et lui tend la main en lui adressant ces mots d’un sourire amical :

« L’aide d’un allié, ça ne se refuse jamais dans des temps difficiles, n’est-ce pas ?~ Tiens d’ailleurs, ça te tenterait d’aller secourir une princesse avec moi ? » ai-je fini en riant légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageMar 28 Fév - 23:53

Monsters



Je me retournais rapidement lorsque l’araignée retenta une nouvelle fois de me sauter dessus. J’avais clairement autre chose à faire que porter attention à ses réactions. Il avait été vraiment idiot pour provoquer une araignée de cette façon. Une araignée géante de surcroit. Je me protégeai de mon panneau, mais finalement, elle n’attaqua pas. Je ne fis que recevoir une tête et du sang gicler sur mon corps. Le poids de la tête sur mon ventre me fit tousser et manquer d’air quelques secondes, mais je me repris rapidement.

Non, je ne m’avais pas soucié de lui pour m’aider, je ne comptais sur personne et jusqu’à maintenant il avait été bien plus inutile qu’utile, je ne voyais pas pourquoi il se aurait être pu être fière ou avoir droit à quelconque remerciement. Il pourrait être utilisable. Ça ne m’importait peu de la raison de ce sourire niais sur son visage, dans tous les cas, tout le monde aime qu’on flatte son ego. Qu’on leur fasse croire qu’ils sont importants, qu’ils sont utiles, qu’on les aime… Mais honnêtement qui ne profite pas des autres. Je m’assoyais en observant la bête.

Une tête géante poilue remplis d’yeux rouges et de deux crocs assurés. Qui aurait pu croire ça... Mais maintenant que je savais tout ce que je savais. Rien ne me surprenait. Lorsque ma respiration repris son court normale, je laissais un sourire, puis rire en constatant du ridicule de la chose. De son point, je pouvais avoir l’air niais, un côté dure, mais probablement dû à un passé qui m’avait brisé. Qu’elle tristesse. Ma vie n’avait été qu’un jeu, un jeu d’échec magnifiquement orchestré par son roi. Je posais une main sur la tête de l’insecte en écoutant mon cher ami me présenté après sa gloire. Il semblait vouloir me montrer que j’avais besoin de lui, besoin de son aide. Quelque chose chez lui me tiquait, mais je ne pouvais déterminer pourquoi. C’est peut-être l’une des choses les plus utiles lorsqu’on ment, on sent tout de suite lorsque quelque chose cloche. Juste un regard. Il ne semblait pourtant pas si bête, alors je ne refusai pas.

« L’aide d’un allié, ça ne se refuse jamais dans des temps difficiles, n’est-ce pas ?~ Tiens d’ailleurs, ça te tenterait d’aller secourir une princesse avec moi ? »

Mais bien sur… Les pions toujours importants. J’acceptai sa main et lui laissa un sourire amicale en le remerciant de son aide. Pour ce qu’il avait aidé. Je repoussai la tête et me levais de son aide.

- Effectivement. Loki et toi?


Lui laissai-je en un sourire. Sans attendre je lui dis mon nom alors qu’il me parlait déjà de princesse. J’haussais un sourire interrogatif? C’est la première chose qu’il avait à me dire en me rencontrant.

- Une princesse?

J’aurais tout vu dans ce monde insensé. Maintenant, nous avions des princesses, bientôt les dragons. Je regardais derrière moi tout en tentant de m’essuyer un peu le visage. J’haussais ensuite les épaules.

- Je crois que nous avons assez nourriture pour tout le monde.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageMer 1 Mar - 23:26
Je le comprenais totalement à rire après son choc avec cette tête d’araignée ! La situation était tellement absurde aha ! Si je n’avais pas souffert de mon bras, je me serais joint à lui. Il répondit à ma main en me remerciant et avec des mots brefs. Il ne semblait pas très ouvert à la communication, mais pas étonnant de la part de quelqu'un qui venait de risquer sa vie contre une araignée géante aha !

- Effectivement. Loki et toi?

Loki, comme le dieu nordique de la malice ? De plus en plus amusant ! J’espère vraiment que son nom lui est approprié, et si c’est le cas, je ne dois vraiment pas le prendre à la légère. Mais jusque-là, mis à part ses réponses courtes, son sarcasme et ses réflexes, rien de très suspect.

L’aidant à se lever en lui souriant toujours gentiment, un peu amusé aussi de sa réaction au mot princesse, sachant que j’avais  piqué son intérêt, je lui répondis en ces termes, restant amical et riant légèrement quand je le vois regarder l’araignée et parler de nourriture.

«  Toi aussi tu as faim ? On se fera des brochettes d’araignée plus tard ! Mais oui, tu peux m’appeler Tenshi, le chevalier. J’ai laissé ma princesse dans un carrosse plus loin, et je ne serais pas contre de l’aide pour la déplacer ! Elle a été paralysée par le cadavre de la créature impossible à tes pieds après tout, puis comme tu peux le voir, mon bras a pas mal souffert ! Tu viens ? » finis-je, toujours en souriant, commençant à marcher dans la direction de la voiture d’Azzuen.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageJeu 2 Mar - 1:23

Monsters



Je restais précis dans ce que je disais. Inutile de m’étaler. Il semblait niais, curieux pour quelqu’un qui venait d’arriver dans ce monde hostile. Enfin, je ne pouvais dire que j’avais l’air plus inquiet que lui. De toute façon, ce ne serais pas crédible vu ma trempe.

«  Toi aussi tu as faim ? On se fera des brochettes d’araignée plus tard ! Mais oui, tu peux m’appeler Tenshi, le chevalier. J’ai laissé ma princesse dans un carrosse plus loin, et je ne serais pas contre de l’aide pour la déplacer ! Elle a été paralysée par le cadavre de la créature impossible à tes pieds après tout, puis comme tu peux le voir, mon bras a pas mal souffert ! Tu viens ? »

- Je meurs de faim.

Laissais-je un air de soulagement. Je n’avais rien mangé de bien constant depuis mon arrivé ici. Un peu d’eau, mais clairement rien pour me remplir.

- Mais quel homme! Comment aurais-je pu penser trouver un bon samaritain ici. On pourrait croire qu’il n’y a que des racailles.

Dis-je au départ sur la ton de la rigolade pour le taquiner, d’un air suffisamment familier, puis ensuite sur un ton un peu plus sérieux bien que détendu.  Je jetais un œil à son bras, ce n’étais pas jolie tout ça. Je crois que j’aurais quelque chose pour le désinfecté. Si je lui donnais il me croirait gentil ou stupide de gaspiller mes soins pour lui, l’un ou l’autre, ce n’est pas mauvais.

- Cette blessure n’est pas jolie. J’aurais ce qui faut…

Avec un air inquiet je m’en approchais.

- Mais dépêchons nous d’aller sauver ta princesse. Espérons qu’il n’y a pas de dragon ou elle serait dévorée... Je te taquine.

Mon regard était assez doux pour qu’ensuite je le suive. Je trouvais qu’il parlait beaucoup. Pourtant il semblait vraiment gentil et niais, ce qui me devait d’autant plus d’attirer ma curiosité. Les gens parfaits n’existent pas. Le froid se faisait maintenant bien plus sentir avec le sang sur moi. Je me regardais un air de dégout tout en tentant de secouer mes mains et enlever au maximum le sang.

- Je me sens gluant.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageJeu 2 Mar - 2:04
J'ai ri à ses deux premières réponses, il avait décidément du mordant et le sens de l'humour ! Il devait avoir un fort caractère pour le garder dans une situation pareille ! Puis en voyant son inquiétude pour ma blessure et sa volonté de m'aider, je ne pus m'empêcher de lui répondre tout en avançant :

« Tu dis ça, mais tu m'as bien l'air d'un bon samaritain aussi, à vouloir aider un chevalier souffrant à accomplir sa mission ! Personnellement, tu es le deuxième être humain que je croise depuis mon arrivée dans cette terre inconnue ! Je suppose que tu en as rencontré d'autres, des racailles comme tu dis ? Ça veut dire qu'ils sont moins fréquentables que toi ? » ai-je fini sur un ton de plaisanterie, voulant profiter de cette occasion pour collecter des informations sans éveiller les soupçons. Puis, la volonté d'en savoir plus était normale après tout pour un être humain perdu dans un monde inconnu~ Voyant qu'il était aussi surpris que moi par l'araignée, je ne pouvais en douter.

J'avais aussi remarqué qu'il était marqué comme moi, sur son poignet, d'un coeur, mais avec un K contrairement au mien, et j'avais cru reconnaître le symbole du carreau sur la jambe de ma friandise, accompagné d'un autre tatouage... Il fallait vraiment que j'analyse tout cela. Était-on tous marqués comme un jeu de cartes ? Quel était mon lien avec cet homme et ma différence avec Azzuen ? Laissant cela de côté et préférant ne pas me montrer trop curieux et attendre que l'homme remarque naturellement mon propre tatouage, j'ai avancé dans la direction du carrosse tout en répondant à sa dernière remarque :

« Oui sinon, j'aurais bien besoin d'une douche moi-aussi, mon combat contre ces plantes d'horreur était assez éprouvant ! Il faudra nous trouver ça ! »

Nous étions à mi-chemin déjà de la voiture où elle était paralysée.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageJeu 2 Mar - 3:26

Monsters



 Je semblais le regarder lui, mais je l’analysais au passage en faisait attention à ce qui se trouvait dans mon champ de vision.  

« Tu dis ça, mais tu m'as bien l'air d'un bon samaritain aussi, à vouloir aider un chevalier souffrant à accomplir sa mission ! Personnellement, tu es le deuxième être humain que je croise depuis mon arrivée dans cette terre inconnue ! Je suppose que tu en as rencontré d'autres, des racailles comme tu dis ? Ça veut dire qu'ils sont moins fréquentables que toi ? »

- Je fais de mon mieux pour faire ce qui semble le mieux. Ce n’est pas ce que l’on doit faire dans une telle situation? S’entraider?

Je trouvais qu’il posait beaucoup de question, même pour une personne qui venait d’arriver, il ne semblait être choqué de rien. Curieux… Il était différent des deux autres rencontrés plus tôt.

- J’en ai rencontré plus d’une. Disons qu’il y a des cas marginaux et d’autres que l’on voudrait éviter. Les gens ont tendance à vouloir ne pas s’entraider, quel gâchis tu ne crois pas?

Aller aide moi sans rien attendre en retour. Je supposais en avoir rencontré sans vraiment le confirmer. Ça pourrait paraitre vague ou encore seulement que je ne préférais pas donner mon jugement. Trop gentil pour ça… Je pourrais l’entendre rire maintenant, elle.

Dans tout les cas, ce serait étranges de dire que j’ai rencontré tel personne et que cela se fausse, bien que ce monde semble grand, tenter le coup, n’étais pas de l’intelligence, mais de l’imprudence. J’avais à un moment regardé au sol, seulement des débris, puis mon regard avait percuté mon poignet et cette couleur rouge qui me revenait. Sa main avait la même couleur… Qui formait le même symbole. Curieux… Est-ce que toutes les personnes atterris ici avaient le même tatouage?  Je n’avais pas vraiment pu prendre conscience de cela sur les deux autres, l’une entièrement couverte… Et l’autre sans tatouage visible… Peut-être caché. Je lançais le sujet sur les tatouages après lui avoir répondu  montrant que je n’avais pas peur de révélé ce que je savais.

« Oui sinon, j'aurais bien besoin d'une douche moi-aussi, mon combat contre ces plantes d'horreur était assez éprouvant ! Il faudra nous trouver ça ! »

Je laissais un rire en prenant conscience que c’était lui qui était dehors alors que je me débattais contre la plante... Il avait un air de végétarien, mais puisqu’il était debout, il n’avait pas tenté de manger la plante.

- À qui le dis-tu.

Laissais-je simplement pour enchainer sur ma question. Le temps d’avoir ma réponse et nous serions rendu probablement. Avec le temps que ça lui avais pris pour aller et revenir, ça ne devait pas lui avoir pris beaucoup de temps.  

- C’est peut-être impolis, mais… Tu as ton tatouage depuis longtemps?

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageJeu 2 Mar - 4:40
« Effectivement, l'entraide est toujours la bienvenue dans une terre hostile ! Surtout quand il y a des monstres improbables dedans aha ! »

Sa mention de plusieurs autres personnes à part nous m'intéressa grandement. Peut-être les avait-ils rencontrés dans la ville dont Azzuen semblait venir ? Néanmoins, je n'avais toujours pas éclairci si elle était là par choix ou si elle était arrivée ici sans rien savoir comme moi. Il insistait beaucoup sur l'entraide, lui qui avait fait un commentaire sarcastique plutôt que m'aider directement face au monstre. Voulait-il me mettre en confiance et me pousser à le considérer comme un allié ?

Il resta lapidaire au sujet de sa participation à la bataille contre la plante, sans doute malgré son histoire d'entraide, voulait-il tout de même ne pas trop se dévoiler. C'était intéressant~.

- C’est peut-être impoli, mais… Tu as ton tatouage depuis longtemps?


Sa façon de le formuler paraissait un peu timide par-rapport à son franc-parler habituel, et un peu étrange de la part de quelqu'un qui avait autant de tatouages sur son corps, mais qui sait, peut-être n'aimait-il pas parler de ses propres tatouages aux autres ? Il fallait que je vérifie ça pour voir si cette tournure de phrase était légitime ou non.

Tout en arrivant proche de la voiture, je réponds à sa question :

« Oh, mon tatouage ? Celui avec un coeur ? Je l'avais oublié, c'est comme s'il était là depuis toujours mais je ne l'avais jamais vu avant de me réveiller cette nuit dans cette terre inconnue ! Tu veux dire que... » Je pris un temps pour faire semblant de regarder son corps, l'air sérieux, à la recherche d'un tatouage de coeur, avant de rapidement tourner mon regard vers son poignet, comme la couleur du tatouage le rendait immanquable par-rapport aux autres. « Oh ! Tu en as vraiment un aussi ! On dirait qu'on est tous les deux des cartes humaines maintenant ! Que signifie le K d'ailleurs dans le tien ? » Si cela voulait vraiment dire ce que je pensais, ma blague des cartes humaines pourrait s'avérer vraie...

Sachant pertinemment qu'il le verrait éventuellement, j'en profite pour lui révéler une information importante, montrant ainsi ma volonté apparente d'entraide et de partage des informations, tout en tapotant la voiture devant laquelle je me trouvais, indiquant que c'était celle de ma princesse. « D'ailleurs, je crois que ma princesse a un tatouage similaire aux nôtres, mais au lieu d'être en forme de coeur, il est en forme de carreau. C'est vraiment étrange. Bon, on la sort de là et on la ramène à la gare ? »

J'ai rajouté peu de temps après ces mots en direction de ma proie paralysée, pensant qu'elle paniquait sans doute à cause de son état et que l'inconnu avec moi ne devait sans doute pas l'aider « Ne t'inquiète pas Azzuen, on va te sortir de là, te mettre au chaud, te soigner, et tu pourras même manger de la chair grillée de la vilaine araignée qui t'a fait ça ! Sublime vengeance n'est-ce pas ? Loki est avec moi pour m'aider, c'est un ami. »

Je me suis ensuite préparé à faire sortir Azzuen de la voiture, comptant sur l'aide de Loki pour la porter et la ramener ensuite, n'étant pas sûr qu'avec mon bras blessé, j'en sois capable.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageJeu 2 Mar - 12:13
Le venin se répandait rapidement dans ses veines, la prostituée sentait son corps de refroidir peu à peu. Ses mouvements lui avaient été brimés quelques secondes plus tôt,  ce qui lui avait fait échapper plusieurs derniers cris de peur jusqu’à ce que ceux-là ne deviennent que de simples gémissements. Ses poumons ne semblaient plus être aptes à lui fournir autant d’air qu’avant, comme si une enclume s’était posée contre sa cage thoracique. Chaque bouchée d’air était une torture, une lutte pour sa survie. Le froid grugeait sa peau, elle qui avait sué quelques secondes plus tôt, elle tremblait de tout son âme.  Ne parlons pas de son adrénaline qui redescendait à la vitesse de la lumière. La douleur à sa jambe gauche qui avait été tirée par le monstre était incomparable, si Azzuen avait pu, elle aurait continué de crier et aurait trouvé un tissu quelconque pour arrêter les saignements. Les deux trous qu’avaient laissé la bête lui transperçaient presqu’entièrement son mollet et les morceaux de vitre continuaient de s’enfoncer dans sa chair, elle ne pouvait ni les enlever, ni supporter sa jambe pour qu’ils cessent le contact insupportable entre la banquette déchirée et les lames improvisées.

Le temps lui semblait être une éternité, Samuel ne savait combien d’heures elle était restée là à souffrir en silence pendant qu’elle attendait  son sauveur, qui, peut-être ne reviendrait-il pas de son périple, dévoré par l’araignée sans pitié. Cette pensée la traumatisait, elle savait qu’elle allait être la prochaine sur la liste. Et… Maintenant qu’elle y pensait, peut-être que son état était permanent ? La brunette refusait de croire qu’elle allait devenir aussi handicapée que… ça. Si c’était le cas, elle allait le faire payer à son esclave un jour ou l’autre ! C’était de SA faute, IL l’avait abandonnée ici, entourée de monstres dans ce monde de fous. IL était la cause de son malheur, croyez-moi, la jeune demoiselle n’allait pas laisser son abruti « d’allié » s’en tirer comme ça. Dès qu’elle le retrouverait, lui ou son cadavre, elle le frapperait jusqu’à ce qu’il meurt une deuxième fois, ou encore mieux ! Elle lui briserait chaque os de son corps pour lui montrer ce qu’elle ressentait présentement.

Des larmes s’échappèrent de ses yeux, Azzuen n’était pas triste, la seule raison qui poussait son corps à produire de l’eau, c’était pour hydrater ses yeux qui ne pouvaient plus se fermer et à évacuer la douleur.

Son ouïe était affectée, mais elle pouvait entendre les deux personnes qui se parlaient non loin d’elle. La brunette ne comprenait pas leurs propos jusqu’à ce que l'un ne s'adresse à elle. Elle reconnaissait la voix de Tenshi, elle pouvait même l’entrevoir. Cependant, elle ne pouvait voir l’autre inconnu. Le mot bouffe la fit saliver, mais ce n’était pas pour autant qu’elle ne voulait pas lui arracher la tête malgré son petit jeu. La brunette échappa quelques grognements, espérant pouvoir prononcer des mots, en vain.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageDim 5 Mar - 22:29

Monsters



Je ne fis que lui répondre en souriant. Je ne pouvais dire si c’était le gaz, mais ma façon d’être me semblait différente. Je ne me semblais pas cohérant par moment. N’était-ce que peut-être que mon imagination ou ce monde hostile qui me jouait des tours. J’avais aussi perdu cette habitude avec le temps, de jouer aussi bien la comédie. Ca reviendrais, ce serais probablement plus simple sans hallucination me disais-je. Il fallait aussi dire que je le trouvais un peu étrange, son attitude trop gentille et optimiste dans un pareille moment, ne semblant même pas se soucier qu’il a tué une araignée géante il y avait à peine dix minutes, se montrant comme frivole alors qu’il semblait bien plus intelligent qu’il le prétendait pour avoir fait l’arme avec laquelle il avait tué l’araignée. Puis, ce signe sur son ventre était étrange…  Toutes ces choses me donnaient le tournis. Je n’avais qu’une seule envie, de rentrer chez, je n’avais pourtant pas beaucoup d’espoir comme si je savais tout simplement que cela n’arriverais pas. Il m’arrivait de lui paraitre absent ou incohérent. Concentration.

« Effectivement, l'entraide est toujours la bienvenue dans une terre hostile ! Surtout quand il y a des monstres improbables dedans aha ! »

Je ne fis que lui répondre en souriant pour poursuivre sur cette histoire de tatouage qui me semblait curieuse.
Sur le coup, je trouvais étrange qu’il cherche mon tatouage le pensant immanquable du à sa couleur rouge. Il était vrai qu’il se trouvait sur mon poignet, mais même dans ce cas…

« Oh, mon tatouage ? Celui avec un coeur ? Je l'avais oublié, c'est comme s'il était là depuis toujours mais je ne l'avais jamais vu avant de me réveiller cette nuit dans cette terre inconnue ! Tu veux dire que... »
« Oh ! Tu en as vraiment un aussi ! On dirait qu'on est tous les deux des cartes humaines maintenant ! Que signifie le K d'ailleurs dans le tien ? »


- Je ne sais pas, c’est ce qui me semble curieux. Ça me fait penser à un jeu de carte.

Je me mis ensuite à rire comme si ce que je venais de dire était totalement absurde. Ca l’était… Parce que ça voudrait que nous sommes des pions, comme dans un jeu ou une hiérarchie spécifique, mais même ça n’aurait pas de sens… Enfin… Ça ne veut pas dire que tout ça à réellement de sens.  

-Ce serais absurde!

« D'ailleurs, je crois que ma princesse a un tatouage similaire aux nôtres, mais au lieu d'être en forme de coeur, il est en forme de carreau. C'est vraiment étrange. Bon, on la sort de là et on la ramène à la gare ? »


Rejetant l’option d’un revers de main, je ne semblais pas vraiment cacher mes hypothèses. Je voulais paraitre clair comme de l’eau sans que l’on chasse que cette eau était brouillé. Pour le moment, je me croyait plus stupide, quel idiot ouvre la bouche et attire une araignée géante. On arrivait ensuite devant la voiture ou il me montra sa princesse. J’y jetai rapidement un œil, sans me montrer vraiment visible à elle, une ombre. Je semblais réfléchir à sa réflexion en ayant l’air embêté. J’avais l’air de me sentir aussi perdu que lui.  Je notais tout de même ce fait, elle aussi en avait un… Mais un carreau. Cœur, carreau… Puis, il discuta avec elle pour la rassurer. Au même moment, un mal au crane me pris, je me pris la tête. Ma vision devenait un peu floue en voyant des visages connus. Je m’accotais contre la voiture, puis releva la tête lorsqu’il prononça prénom. En voyant son regard, je savais que je devais trouver quelque chose au plus tôt. Parfois il n’y a rien de mieux que la vérité. Puis, je me doutais que s’il était à l’extérieur, il en avait surement des doutes. Tout d’abord, je m’approchais de lui en restant près de la voiture.

- La plante n’étais pas clémente…Mais tu dois le savoir si tu étais à l’extérieur.

Répondis-je seulement pour éclaircir ses questionnements muets. Je redirigeai ensuite mon attention sur la jeune fille. Depuis le début, je n’avais jamais été un homme de beaucoup de mot.

- Elle va bien?

Demandais-je encore légèrement sonné et un peu inquiet en m’approchant et l’observant. Je vis son tatouage rapidement sur la jambe, elle semblait petite et fragile. Une chose semblait l’avoir mordu. L’araignée je suppose, expliquant son état. Elle ne semblait pas très bien, je veux dire… Elle grognait et bavais, ses yeux semblaient légèrement humides. Lorsqu’il l’a sorti, je me recula pour qu’il ouvre la porte et me rapprochais pour l’aider, bien qu’à deux, je trouvais ça maladroit.

-  Ca serais plus simple si l’un de nous deux la portait seul.

Supposais-je avec que mon regard ne s’arrête sur son bras blessé. Il ne pourrait pas la soulever seul. C’était donc pour ça qu’il m’avait demandé mon aide.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageLun 6 Mar - 1:06
Loki semblait confirmer mon intuition du jeu de cartes. En vérifiant à nouveau le tatouage d'Azzuen, j'avais pu remarquer qu'il y avait aussi un K dedans. Mais si c'était la signature de ceux qui avaient causés notre perte dans ces lieux, alors quel sens y avait-il qu'Azzuen soit aussi marquée, elle qui avait parlée d'un voyage et d'être ici par choix...

Et plus importante question encore, est-ce que toutes les personnes ici étaient dans le même cas que nous ? Marqués comme des cartes à jouer ? Loki en tout cas n'avait pas eu l'air de le remarquer sur d'autres individus mais il suffirait que la robe de ma protégée soit coupée différemment pour rendre le tatouage invisible... La similitude et la différence entre leurs deux tatouages étaient un vrai mystère, il fallait vraiment que j'enquête à ce sujet~.

Alors que je pus voir cette charmante Azzuen avec des larmes dans les yeux tout en poussant des grognements comme un petit animal apeuré et maintenant une mine sérieuse malgré une grande envie de sourire devant tant de mignonnerie, Loki se mit à se comporter étrangement, montrant des signes de détresse et de désorientation. Je l'ai donc regardé inquiet et interrogatif, me demandant s'il avait subi un choc, s'il était ainsi de base ou si ça avait un quelconque lien avec les toxines des plantes. Il avait combattu à l'intérieur après tout.

Sa réponse me fit comprendre que c'était la troisième option et que je pouvais donc espérer que sa condition s'améliore avec le temps. Quel soulagement, je n'avais pas envie d'être obligé de l'abandonner sur la route parce qu'il aurait perdu toute utilité, ai-je pensé avec un sourire compréhensif.

En le voyant vérifier l'état d'Azzuen, j'ai remis à plus tard mes questions et me suis introduit dans la voiture en nettoyant la vitre des derniers morceaux de verre. Arrivant près d'Azzuen et en en profitant pour essuyer discrètement la bave au coin de ses lèvres, me disant que ça ne lui plairerait sûrement pas de s'afficher ainsi devant un inconnu, j'en profite pour lui murmurer doucement :

« Ne t'inquiète pas, tu seras bientôt au chaud, soignée et repue ma petite Azzuen~.»

Je sortis ses jambes en la soulevant délicatement simultanément par ses pieds et ses genoux et en passant mes deux bras en-dessous afin d'éviter de causer des douleurs inutiles au niveau de son mollet blessé, même si elle ne l'aurait peut-être même pas senti avec sa paralysie.

Aidé par Loki, je finis par la sortir totalement de la voiture puis accepte son offre généreuse avec le sourire de porter seul Azzuen. Même avec sa faiblesse passagère dûe aux plantes, il en était beaucoup plus capable que moi et mon bras sanguinolant. Laissant toutefois à regret ma proie contre le torse de cet homme encore trempé de sang d'araignée, et sans doute d'un autre liquide, je pris l'initiative de répondre à ses mots sur les plantes alors que je le suivais de près lors du chemin du retour, pour être sûr qu'il ne défaillisse pas et endommage mon jouet.

« Au sujet des plantes, j'ai surtout pu constater qu'elles ne manquaient pas de mordant, mais c'est vrai que cette poudre n'avait pas l'air très saine ! Je peux comprendre que tu aies fini dans cet état en combattant à l'intérieur, et c'est vraiment impressionnant que tu aies réussi à les repousser malgré tout ! Pourrais-tu me dire comment tu as fait ? J'ai tout essayé et fait chou blanc. »

La disparition des plantes restait un mystère complet après tout, peut-être en avait-il la clé ? Il fallait que je sache quoi faire contre si jamais je retombais dessus.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageMar 7 Mar - 13:53
La demoiselle avait raison à propos de l’identité d’un des deux hommes. L’autre ne lui disait rien, mais elle préférait ne pas prendre de chance. Peut-être que cet inconnu était rempli de mauvaises intentions et qu’il allait profiter de sa moindre faiblesse pour en abuser. Les êtres humains sont exécrables, particulièrement les hommes. Ils ne pensent qu’à leurs propres désirs…

Lorsque le blond s’approcha d’elle et lui essuya le bord de la bouche, elle lui en était semi-reconnaissante, mais l’envie de l’égorger était encore trop présente. Si seulement les sens de Samuel lui étaient revenus, elle aurait saisi un objet coupant, n’importe quel, puis lui aurais enfoncé violemment dans la gorge comme punition pour ses choix terribles. Le sang de son ennemi lui aurait probablement coulé sur le visage, mais ça aurait été signe d’une victoire satisfaisante. Non, au lieu de ça elle devait afficher un visage méprisable qui montrait sa propre faiblesse.

Les deux hommes ne prirent pas de temps avant de la sortir de là, de cette cage à rat mortelle. Toutefois, la douleur dans son mollet se faisait impossible à supporter avec leurs déplacements. La petite souffrait en silence, incapable de s’exprimer, tel un bébé naissant. Ses grognements se faisaient de plus en plus fréquents, elle ne pouvait rien faire pour évacuer la souffrance insupportable, pas même mordre un objet.

La décision semblait être unanime de leur côté, mais pas du sien. Ils avaient décidé de la laisser entre les bras de l’inconnu au torse recouvert par un liquide. Azzuen recommença à grogner, ses vêtements allaient être dégelasse par sa faute ! En plus, sa bave recommençait à couler sur l’épaule du garçon, peu importe, c’était désormais à lui de l’endurer pendant leur route… Après quelques instants, la brunette cessa de se plaindre, concentrée sur les sensations de son corps. Elle les ignorait parler de leur plante, se disant que c’était inintéressant. La petite ne prit pas longtemps avant de remarquer qu’elle avait la possibilité de bouger le bout des doigts, ce n’était pas le cas, avant !

Une lueur de joie éclaira ses yeux, cette malédiction lancée contre elle n’était guère permanente. Quel bonheur ... Samuel pourrait donc leur faire payer ce qu’il lui était arrivé. Dès qu’elle eut l’opportunité de le faire, la jeune aux yeux dorés enfonça ses ongles dans la peau de son porteur, elle les enfonça si profondément qu’elle lui avait probablement laissé une marque. Le blesser lui offrait de la satisfaction, faire passer ça sur son état allait être une possibilité pour s’en tirer sans suspections.
Revenir en haut Aller en bas
Flore Ravageuse
Déesse

avatar


Messages : 44
Points d'expérience : 2041
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageJeu 13 Avr - 20:00



VEGETAL DEATH
Les humains.Mais quel spectacle divin auquel elle venait d'assister, c'était presque... divertissant. Pas plus ? Décevant, Flore afficha une triste moue face à ce qu'elle venait de voir, l'araignée était à présente morte, la tête tranchée. Elle qui n'était pas une amatrice de sang et de boyaux comme ses semblables, elle aimait tout de même voir un peu de violence, ça la divertissait un minimum  dans sa vie de déesse. Mais pour le coup, cela restait à désirer, elle regrettait presque d'être descendue du Panthéon pour rien.

_ Dis donc, c'était l'araignée la plus pitoyable que j'ai jamais vu, hm.

Elle espérait que Croc n'eut pas entendu cela depuis le Panthéon, Flore n'avait pas envie de se recevoir un déluge de bestiole en rentrant et elle donnerait presque raison aux humains, c'était facile de battre une monstruosité qui ne savait pas résister. Mais qui était-elle pour dire cela, elle avait le pouvoir de battre n'importe qui. Mais revenant aux mortels, elle les observait bouger, planquée dans l'ombre sans faire de bruit, personne ne put l'avoir remarqué. La jeune fille était toujours en vie, les chevaliers servants étaient arrivés à temps. Sortez les confettis, tout était bien qui finissait bien.

Elle jeta un rapide au coup d’œil en direction de la gare, la plante avait laissé des traces de son passage et cela fit sourire Flore, sa petite chérie avait enfin pris vie et commençait déjà à semer la pagaille. Mais elle réfléchit, tout cela devenait ennuyant à présent que le cristal était activé. Et si... oh, avait-elle le droit de s'amuser juste un peu ? Elle se mordit la lèvre inférieure due à une excitation qui grandissait en elle et se dit au diable les règles, le jeu ne faisait que commencer, ses frères et soeurs auraient fait de même vu la situation.

Les créatures ne pouvaient plus approcher de la base, mais si Flore ajoutait son grain de sel, tout était permis quand on avait le contrôle. Sans qu'elle bouge de sa cachette, le sol se mit soudainement à vibrer et pour rajouter une mise en scène, elle claqua des doigts. Sans crier gare,  une épaisse racine d'arbre sortit de terre, éclatant le béton abîmé, juste à quelques mètres des humains.

_ Le spectacle n'est pas fini, mes chéris.

La racine s'éleva haut dans le ciel et se jeta sur les humains, en attrapant un au hasard. Et le hasard tomba sur la jeune demoiselle tantôt paralysée, qui fut arrachée des bras du roi des Cœurs. À présent piégée par la racine qui s'enroulait autour d'elle comme un serpent, tout en l'élevant en l'air, la plante ne cessait de l'étouffer petit à petit, mais Flore ne disait et ne faisait rien, observant la scène d'un œil amusé. Et d'un coup le frêle corps humain émit des craquements d'os jusqu'à se briser littéralement comme un pantin. L'humaine n'était à présent plus parmi les vivants, il ne restait qu'un tas de chair et d'os broyés. La déesse n'avait pas prévu cela et afficha un air surpris.

_ ... Oups.

Comme c'était malheureux, un mortel en moins. Flore ne pensa pas que l'on viendrait la réprimander pour ce que sa plante venait de faire, un pion de plus ou de moins, cela n'allait pas changer grand-chose. Quoi que c'était la reine des Carreaux... oh, il y aura bien quelqu'un d'autre pour la remplacer. Elle balaya la main dans les airs comme pour se chasser les pensées et reporta son attention sur sa plante, il fallait faire disparaître le corps, ça serait idiot de le laisser pourrir ici. La racine, toujours immobile face aux autres, retourna subitement sous terre, entraînant avec elle le corps de l'humaine. Il n'y avait plus de trace, juste un trou béant dans le sol. Et il n'y avait plus de déesse, elle n'allait tout de même pas assumer ce qui venait de se passer, c'était Flore toute crachée.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Croc Sanguinaire
Déesse

avatar


Messages : 48
Points d'expérience : 2026
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSam 20 Mai - 16:13
Salauds d'humains.

Cachée entre les ruines, j'observe les humains restants et la carcasse mutilée de l'araignée, les lèvres pincées sous la colère. Une si belle créature, abattue d'une façon si horrible... Et ils se croient si forts, si supérieurs! Comme si maintenant plus rien ne pouvait les atteindre... Ils peuvent bien savourer leur victoire... mais il n'y a pas de guerre à gagner ici. Quelqu'un a besoin de leur rappeler qui sont les maîtres ici.
Bien. Flore a déjà pris sa propre revanche, mais ça ne me calme pas. Surtout quand elle ne laisse rien de sa proie à savourer... tant mieux.

Une femelle vient de mettre bas dans les environs. Elle voudra nourrir sa portée. Me redressant légèrement, je pousse un cri aiguë qui se répercute sur les murs environnants jusqu'à former une cacophonie sans début ni fin, qui semble provenir à la fois de partout et nulle part... du moins, pour l'oreille humaine. Car ma destinataire sais très bien où je suis et n'aura pas d'autre choix que de me rejoindre.

Elle n'aimera pas ce que je m'apprête à faire. Mais pour la récompense que je lui offrirai, ce sera un inconfort moindre.

Des bruits de branches cassées et de feuilles piétinées retentissent derrière moi en se rapprochant à une vitesse folle. La voilà : une femelle magnifique, aux défenses acérées et à la démarche assurée malgré sa cécité -les humains la compareraient sans doute à un sanglier, mais ces noms ne veulent rien dire pour moi. Elle poursuit sa course sans s'arrêter, et quand elle arrive à ma hauteur, je bondis sur son dos et m'y accroche solidement pour ne pas tomber. Sentant son inquiétude, je me penche pour la calmer.

-N'aie pas peur. Ce ne sera pas bien long. Cours aussi vite que tu le peux, je te guiderai.

Ce que je fais sans faillir. Commandant des ordres à ma monture pour éviter les obstacles, nous fondons sur le duo de survivants avec la force d'un coup de tonnerre, puissant et sans avertissement. Même brièvement, je sens leur odeur chimique, leurs relents de gaz, de métal, et de sang sur leurs mains... le sang des miens! Je rugis de colère, alors que ma monture choisit sa cible.

Le mâle au pelage blond...

L'impact est si fort que les défenses transpercent le ventre de l'humain et si enfoncent complètement, au point où la tête frappe son thorax en le déformant sous le bruit des os qui se cassent et des tissus qui se déchirent. Pendant plusieurs secondes, ma monture poursuit sa course et ne ralentit que lorsque je me redresse pour presqu'être debout sur son dos, nez à nez avec notre victime, toutes griffes dehors. Du moins, celles artificielles que je porte sur mon bras. Même divine, la nature est cruelle...
J'attrape les cheveux de l'humain pour le forcer à relever la tête et dévoiler sa gorge dans laquelle j'enfonce mes lames sans pitié. Un mouvement de côté et la tête se détache du reste du corps sans aucune résistance, me permettant de sauter en bas de ma monture qui elle poursuit sa course avec le reste de son repas. Je la laisse partir, n'ayant plus besoin de son aide, et contemple mon nouveau trophée pour quelques secondes. Ça vaut presque quelques animaux de moins...

Je ne suis pas seule. Accrochant rapidement la tête à ma ceinture, je disparais entre les immeubles, pour dans ma course reprendre ma forme originelle et rentrer chez moi...

[HRP: Comme deux personnages ont été tués dans ce rp, un bonus de 20XP sera attribué à la validation de ce rp pour les participants restants.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fléau Mortel
Dieu

avatar


Messages : 76
Points d'expérience : 2024
Date d'inscription : 13/01/2017
Age : 20
Localisation : Panthéon

MessageLun 19 Juin - 15:48
Fléau regardait avec amusement le pauvre humain traumatisé devant les morts atroces de ses deux compagnons. Ses soeurs n'avaient définitivement pas eu la main morte. Cependant, le dieu, qui avait été témoin de toute la scène, sentait qu'il manquait quelque chose à la misère de cet humain qui semblait avoir survécu aux nombreuses attaques des monstres.

Un sourire se dessina sur son visage alors qu'il s'empêchait de rire devant l'ironie de la situation de l'humain. Il pensait pouvoir s'en sortir ? Hé non ! En plus du traumatisme infligé par Croc et Flore, il découvrirait bien vite qu'il était mourant lui aussi. Malheureusement pour lui, il avait attiré l'attention du dieu des maladies.

Fléau se glissa derrière le chef des Coeurs et passa sa main dans le cou de ce dernier. L'homme fit volte-face pour constater qu'il n'y avait plus personne derrière lui, car Fléau s'était volatilisé. Enfin, c'était ce qui semblait s'être passé, mais tout les dieux savaient que Fléau était du genre à regarder ses victimes mourir de loin.

Le dieu des maladies regarda sa proie retourner rapidement dans sa base, comme s'il s'y sentait plus en sécurité. Il ne savait pas encore qu'il était trop tard pour lui, car dans quelques jours, des chancres se formeraient sur sa peau et son système cardiovasculaire cesserait de fonctionner. Directement infligée par Fléau, cette maladie qui pouvait prendre jusqu'à dix ans pour tuer quelqu'un ne prendrait que quelques jours pour enlever la vie du chef de coeurs. Le dieu des maladies avait le contrôle total sur le développement de la syphilis qu'il lui avait refilée. Il resta dans les parages de la gare jusqu'à ce que le chef s'y éteigne, affalé seul en plein milieu de la base de son propre clan.

Le pays des monstres avait eu raison de ses compagnons et lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
Bienvenue au pays des monstres ! [PV: Tenshi, Loki] [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Flashback] A votre service... Mon Dieu... [Pv Loki] [Terminé]
» Bienvenue au pays de la neige [feat. Kaguya Shikyo, Gakkinasaru Akio & Nura Sasurot]
» Bienvenue au pays des Kirk ! Êtres à gros sourcils ♪ [PV : Kirkland]
» bienvenue au pays des sous-vêtements ft.haejin
» (lullaby) bienvenue au pays imaginaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Ville abandonnée :: Périphérie :: La gare-
Sauter vers: