InvitéInvité



MessageSam 28 Jan - 21:50
J’étais montée au sommet d’un hôtel, d’une trentaine d’étages, dans le coin le moins fréquenté de New York. J’avais les policiers, and my lovely little policeman, aux trousses. J’ai cherché un moyen de tout de même m’échapper, mais j’étais prise au piège.
J’avais entendu la porte s’ouvrir et en me retournant je l’avais vue tenant des menottes, prêt à me les installer avec douceur et envie. Il espérait que j’allais laisser tomber cette vie, peut-être même ennuyée par celle-ci, et tranquillement me remettre aux autorités étant coincée. What a shame for him! Je n’étais pas prête à me ranger, j’aime être poursuivie et attendue partout où je vais, ni à être attachée à son lit même le plus confortable ou cher soit-il. Sans noter que l’orange ne me va pas vestimentairement parlant.
Je sais qu’il ne veut pas me faire mal, il croit que c’est pour mon bien, mais il a tort. Je suis une femme, je sais ce que je veux et choisir ce qui est le mieux pour moi en dépit de ce qu’en pense la société. De toute manière, sans criminel il n’y aurait de policier. Que du chômage et je ne crois pas qu’économiquement le pays le veuille, ni lui.
Il s’approche en douceur, de la compassion dans sa voix et de la compréhension dans ces paroles, mais tout sonne si faux que j’ai envie d’y mettre mon poing dans la figure. Il est si mauvais pour mentir que je ne peux lui accorder mon respect… Malheureusement, pour m’avoir approchée tant de fois de si près, je le lui avais déjà accordée.
Il n’était plus qu’à un mètre et je savais que s’il arrivait à moi, je ne serais plus libre. J’ai observé les alentours calmement et j’ai su que si je ne sautais pas, la prison serait mon nouveau chez moi, ce qui était hors de question.

« Sorry Darling, I have to leave you alone, time's over for you to enjoy the wonderful me. »

Je lui ai fait un clin d’œil et j’ai enjambée la simili clôture, tombant alors dans le vide. Je voyais le sol se rapprocher à vive allure, je savais que la fin était proche, mais je n’ai pas eu peur de la mort. Je me suis simplement demandé si j’allais ressentir, même une milliseconde, de la douleur. Je me suis aussi dit que j’avais bien fait de mettre mes vêtements favoris, pour être digne d’une queen à ma mort.
Je portais un chandail noir plutôt court, une jupe carottée rouge, des collants noirs qui me faisaient des jambes trop sexy, des bottines noires à talons épais, une veste de cuir noir et des lunettes fumées qui me donnait un air badass. En plus pour le style, j’avais une perruque rousse, une triple chaine en or et plusieurs bagues.
J’ai alors fermée les yeux pour seulement apprécier la sensation de tomber, d’être simplement libre.
Je n’ai pas toute suite compris que je n’avais jamais atteint le trottoir.
Aide à imaginer ses vêtements:
 

Alors que j’attends la fin, avec impatience, je sens quelque chose de dur sous mon corps. C’est froid, rugueux et inégal, je crois même qu’un truc me défonce l’omoplate. I’m maybe in hell.., non, je vois une forte lumière traverser mes paupières closes et des bruits de vague sur la pierre. I’m into heaven… Mais que dis-je bon sang comme si cela se pouvait ou même existait !
J’éclate de rire jusqu’à m’en défaire les poumons.
J’ouvre les yeux et les poses sur ce qui se trouve au-dessus de moi.
La première chose que je vois c’est une croix. Non, mais tu me niaises ? Je regarde autour de moi, je suis effectivement dans une église abandonnée, mais je ne suis pourtant pas du tout croyante. Sérieusement, ‘’Dieu’’ ton sens de l’humour est vraiment douteux.
J’éclate à nouveau de rire, tout en me levant. Je regarde plus en profondeur les lieux.
Il y a des tonnes de débris du toit, des morceaux de mur et toujours cette foutue croix accrochée à une poutre encore debout à croire que Dieu est toujours là.
Tout à fait ironique.
Je ne peux m’empêcher de sourire face à ça.
Je ne crois pas que ce soit mon ‘’après la mort’’, mais je ne comprends pas comment j’ai atterri ici. Il n’y aurait rien de logique à émettre comme hypothèse, mais ce n’est pas comme si la logique était mon point fort. Il n’y a probablement rien de logique dans ce monde, sauf celle que l’on s’est créée.
Je vérifie que je n’ai aucune blessure et si j’ai encore mon sac avec moi, mais je comprends vite que je suis seule et sans rien, je n’ai même plus mon petit canif qui était caché dans ma botte, je me dois donc d’être prudente, voire vigilante.
Un monde inconnu, sans arme sur soi, ne peut être qu’un mauvais présage. Peut-être un coup du karma ? … Je suis sans aucun doute tombée sur la tête et donc dans le coma ?
Je soupire, je devrais aussi commencer à bouger avant que je sois prise au dépourvue devant un étranger... Mais autre chose attire mon attention subitement car, l’adrénaline redescendue, je me sens différente comme si quelque chose avait changé. Je ne pourrais dire comment, mais j’ai su où. J’ai regardée sur ma hanche gauche et j’y ai vu un petit tatouage en forme de cœur, à la fois tout mignon et complètement sexy à cet endroit.
Je me reprends et je regarde les alentours plus précisément pour trouver la sortie ou du moins être beaucoup moins à découvert. Je trouve rapidement l’entrée du regard et d’un pas rapide, sûr et prudent, je m’y aventure tenant mon collier pour l’empêcher de tinter ainsi qu’en relevant mes lunettes sur le haut de mon crâne.
Je passe par le trou de la porte, qui elle est je ne sais où, pour apercevoir une plage et les vagues qui sont encore bien basses. Je descends des décombres et me dirige tout droit sur cet endroit bien crade.
I’m really in hell ?
Revenir en haut Aller en bas
Fléau Mortel
Dieu

avatar


Messages : 76
Points d'expérience : 2024
Date d'inscription : 13/01/2017
Age : 20
Localisation : Panthéon

MessageDim 23 Avr - 2:56
Perché sur le toit de l’église, Fléau entendit des rires provenant de l’intérieur du bâtiment. Pas besoin de glisser un regard à l’intérieur pour en déduire qu’un humain s’y trouvait. Un sourire diabolique se dessina sur son visage alors qu’une idée traversait son esprit. Cela faisait trop longtemps qu’il attendait que sa soeur, Croc, termine son petit plan machiavélique pour faire souffrir les humains qui étaient prisonniers de ce lieu. Le dieu s’ennuyait profondément depuis les derniers jours, mais il venait de se trouver une petite distraction.

Comme un prédateur guettant sa proie, il attendit patiemment que la demoiselle sorte de l’église et se glissa doucement derrière elle, sans aucun bruit.

- I’m really in hell ?

Fléau rigola, attirant l’attention de la fille. Cependant, avant qu’elle n’ait eu le temps de se retourner, il posa ses mains sur ses épaules et lui répondit :

- Pas encore.

Tout à coup, des bubons apparurent sur le corps de la jeune femme. Cette dernière fut prise d’une violente toux alors qu’elle s’effondrait au sol, comme si toute son énergie avait été drainée. Le dieu la regarda se battre contre la peste pendant les heures qui suivirent. En effet, la maladie avait atteint les poumons de la demoiselle dès que Fléau l’avait touchée. Elle était désormais condamnée à une mort certaine.

Lorsqu'elle rendit son dernier souffle, Fléau quitta tranquillement les lieux comme si rien ne s'était passé.

Elle avait cru tomber en enfer ; le dieu lui avait montré ce qu’était réellement l’enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Église de jour [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINÉ] Premier jour, première drague ! [Paige]
» accepteras-tu un jour de me pardonner ? ㄨ Sarah & Xander (terminé)
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Plateau :: Océan :: L'église abandonnée-
Sauter vers: