Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
InvitéInvité



MessageDim 15 Jan - 10:19
Déferlante Vengeresse
ft. Balalaika/Black Lagoon

Nom Divin :: Déferlante Vengeresse
Nom Humain :: Evangeline
Surnom(s) :: Big D, Eva.
Sexe :: S'identifie au genre féminin. Ne change jamais de sexe.
Orientation sexuelle :: Bisexuelle a tendance dominatrice.


Force :: 70/100
Vitesse :: 40/100
Endurance :: 70/100
Intelligence :: 70/100

Comportement envers les Humains:
Big D. n'aimait pas particulièrement les humains, mais depuis sa dernière visite de la Terre, cette situation a évolué. Elle en veut personnellement à ses créatures qui ont détruit et détruisent encore les océans pour assouvir leurs basses ambitions. Elle n'aura aucune pitié à faire du mal à un humain.

Avatar du personnage

Caractère


Grande Gueule – Honnête – Loyale - Autoritaire
Téméraire – Impulsive – Cruelle - Mélancolique

Ce sont les principales qualités qui ressortent quand on côtoie la femme. Effectivement, la Déesse ne mâche pas ses mots, et sa franchise envers et contre tout a souvent provoqué l'énervement de ses frères et sœurs d'essences divines. Ajoutez à ceci un goût du commandement bien marqué et une apparence un peu brut de décoffrage, et vous comprendrez mieux pourquoi c'est l'autorité qui transparaît chez la jeune femme, incitant les plus malléables de ses frères et sœurs à lui obéir. Malheureusement, son caractère impulsif et téméraire pousse la jeune femme à se jeter -et par extension à jeter les autres- dans des événements aux conséquences désastreuses. Heureusement qu'elle a une certaine intuition qui lui évite de prendre les pires décisions, et qu'elle est assez doué pour jauger des situations, pour peu qu'elle veuille prendre un peu de recul.

Pour finir le portrait de la déesse, on pourra dire qu'elle a une certaine cruauté envers les humains depuis son retour de son dernier séjour sur terre. Elle est profondément désabusée par le mode de vie occidental et les conséquences de ce dernier sur l’environnement, et cherchera a faire payer leurs actes ou plutôt les actes de la collectivité aux humains du Plateau de Jeu.


Physique

Taille ::  1m79
Poids :: 83kg
Corpulence :: Musclée, Big D. entretiens correctement son corps et apprécie d'avoir un organisme fonctionnel et réactif.
Teint de la peau :: Relativement pâle sans paraître maladive. Ses joues ont tendances à rosir en période de froid.

Couleur des yeux :: Bleu délavé comme l'onde claire d'une mer au repos.
Taille des yeux :: Petits yeux.

Couleur des cheveux :: Blond pâle, presque blanc au soleil.
Coupe de cheveux :: Des cheveux assez longs qu'elle laisse négligemment  tomber sur ses épaules. En général, big D. n'est pas forcément attaché à son physique et à l'image qu'elle renvoie.


Expression faciale :: Des traits tirés exprimant une certaine autorité et une tendance à vouloir diriger les choses.
Visage :: Visage triangulaire sans grande originalité.
Sourcils :: Relativement prononcés.

Particularités :: De nombreuses cicatrices courent sur son corps, dont une particulièrement visible sur son visage. Ces cicatrices sont le témoignage silencieux de la mutilation des océans et de son écosystème par l'homme.
Style de vêtement :: Militaire, option gradé.

Épaules :: Solide. On a l'impression qu'on pourrait y poser le poids lourd des responsabilités.
Mains :: Main de taille moyenne aux doigts relativement courts, dont la peau est marquée par des cals.
Jambes :: Jambes d'athlètes.
Démarche :: Démarche assuré de la personne certaine de son autorité.

Sa voix :: Grave, avec un accent russe datant de son dernier séjour sur Terre.

Première impression quand on le/la voit :: Elle dégage l'assurance tranquille du leader et donne l'impression qu'il vaut mieux pas lui chercher des noises.


Histoire



[TW Viol]

Il ne serait pas intéressant de chronique la vie de Big D. avant sa dernière incarnation sur Terre. Déesse tranquille assumant son rôle de gardienne des océans avec un certain flegme, on notera qu'elle entra en relation avec Flore Ravageuse après son séjour à l'époque victorienne, c'est-à-dire en 1893.

A la suite d'une faute, la déesse fut envoyée sur terre dans les années 1950. Elle s'incarna chez une famille russe, et cette expérience la marqua profondément. Détaillons donc ce séjour sur Terre pour mieux comprendre comment la jeune divinité a évolué pour en arriver à une personnalité anti-système et anti-capitalisme.


Adolescence


La jeune adolescente tremblait, les yeux fuyant, face à son grand-père et chef de famille. Ce n'était pourtant pas à cause de la froideur de ce début de printemps, qui s'infiltrait entre les lattes vieillis et les lézardes des murs de la vielle maison. Ses cheveux, nattés en une queue de cheval, était plus ou moins sales à causes de l'après midi qu'elle avait passé à jouer avec ses frères et sa sœur cadette, dans la terre et les petits bois du coin.
Elle était immobile et un peu nerveuse, son attitude trahissant légèrement son angoisse, devant cet homme qui avait l'autorité dans la famille et qui lui tournait autour comme un agent du KGB russe. Elle retenait sa respiration et attendait qu'il se mette à parler, sans rien dire. Elle savait depuis longtemps que parler au chef de famille sans son accord, c'était aller au-devant de problème certains.
La lourde main, masculine et rêche, se posa sur son épaule et elle sursauta. Ses yeux bleus trahissant son angoisse d'enfant de treize de treize ans face à cet adulte froid et autoritaire. Un frisson parcouru son dos pendant que la voix rauque et grave du vieillard emplissait la pièce:

« Il parait que tu as eu tes premiers saignements. Ne nie pas, ta mère me l'a dit. Tu deviens une femme. »

Elle baissa les yeux, sachant très bien ce que son grand-père allait dire. Elle allait devoir épouser un homme dont elle ne voudrait pas, sans doute un haut cadre du Parti, comme sa mère avant elle. Cependant, sa mère avait eu la chance de tomber sur un homme aimant, pensait la jeune fille. Elle idéalisait encore son père, malgré son décès six ans plus tôt, qui avait fait de facto donner l'autorité sur sa famille à son grand-père. En comparaison de cet horrible personnage, son père n'avait pu qu'être meilleur, se disait la gamine avec son innocence d'enfant.
Son grand-père se remit à parler de sa voix grave et rauque, trahissant une sorte d'excitation et de joie à l'idée de ce qu'il allait dire :

« Je t'ai déjà trouvé un fiancé. Ta mère a accepté, comme toujours. Il viendra te courtiser, et c'est un haut membre du Parti. Tu ne diras rien qui pourrait porter à préjudice, c'est compris ? Tu dois lui plaire. »

Grand silence, elle ne bouge pas et serre ses mains sur ses cuisses, crispant la robe de tissue mainte fois reprisée. '' Retiens tes larmes, songea-t-elle. Il ne faut pas que Ded le voit''. Elle se sentit  abandonnée en cet instant qui allait conditionner la suite de son existence.
[
center]Adolescence[/center]



Il faisait sombre et la grange était déserte à l'exception de deux corps cachés derrière des ballots de paille. Une femme, blonde aux yeux bleus, aux formes relativement généreuses pour ses quinze ans, et portant une robe usée appartenant à sa mère, et un collant reprisé à certains endroits. Contre elle un homme séduisant de dix-sept ans, un voisin dont elle avait attiré l'attention et avec qui elle avait plus ou moins flirté, occupé à lui caresser la cuisse en lui souriant et en lui parlant. La scène était tranquille et on aurait pu croire à un couple heureux filtrant en dehors du regard parental

Mais la suite prenait une tournure imprévue : l'homme alla embrasser la fille qui riait et commença à vouloir pousser plus loin leurs jeux en l'embrassant dans le cou. Elle se débâtit et repoussa son ami, lui disant que ce n'était pas raisonnable. Il insista et tenta de la dévêtir, et elle, pour le repousser, le gifla. Malgré son appartenance au beau sexe, la jeune femme fit preuve d'une certaine force qui ouvrit la lèvre du garçon. Une lueur de rage passa dans son regard. Elle alla le payer, songea-t-il dans un élan de machisme. Il  la lança dans le ballot avec une certaine violence, avant de la frapper au visage à plusieurs reprises, en haussant la voix, des insultes d'un sexisme flagrant sortant au rythme des coups des lèvres ensanglantés. Elle chercha à se protéger le visage, étourdie par la violence soudaine des coups  Le jeune homme continua pendant plusieurs minutes avant de cesser, haletant. Le silence revint dans la grande, interrompu par de léger gémissement provenant du corps de la jeune femme, perclus de douleur. L'homme eut alors un sourire mauvais, décidé à profiter malgré tout de la jeune fille en situation de faiblesse. Il déboucla sa ceinture...

Majorité.


Elle était face à son mari, dans leur grand lit de satin. Il était nu, ce vieil homme vicieux de vingt-cinq ans son aînée, et elle presque dénudé, silencieuse et malléable comme une poupée de chiffon. Elle avait appris la soumission de la part de son grand-père, puis de la part de cet homme, il y a déjà bien longtemps. Mariée très jeune, les coups et les viols conjugales qu'elle avait subis au quotidien l'avait rendu docile et malléable. Jusqu’à ce soir.
Personne ne pouvait savoir ce qui avait été l'élément déclencheur des éléments qui allait suivre. Était-ce l'âge, ou bien la venue d'un autre homme dans la maison de son mari, haut placé du Parti stalinien ? Ou bien peut-être que l'homme l'avait battu une fois de trop, faisant sauter une partie de sa raison et faisant naître un plan simple et efficace dans l'esprit de la jeune femme.
Toujours est-il que, pendant que cet immonde individu abusait d'elle, et qu'elle subissait en silence, tout ceci se mit en place. La main sous le drap, serrés autour d'un lourd pic en fer, elle attendit que l'homme atteigne l'orgasme pour relever brutalement le bras et planter entre les chairs graisseuses l'arme improvisée. Profitant de l'effet de surprise et hormone qui avait été libéré, elle ré-itéra l'opération deux fois, avant de se dégager du tas de graisse gargouillant. Nue, le corps plus ou moins recouvert de sang, elle multiplia les coups à ce qui finit par devenir le cadavre sans vie de son mari, chacun expiant d'une certaine manière les violences qui avait marqué sa vie.
Peu importe son avenir maintenant, elle reprenait les rênes de sa vie en main.

La Glorieuse Armée Rouge



Des coups de feu, un poids sur le dos, le nez dans la boue. Des cris, l'ambiance furieuse des batailles, l'impossibilité de réfléchir au futur. Voir le monde seconde par seconde. Sentir l'excitation mêlée de terreur au creux de son ventre. Serrez la crosse de son arme, se relever, tirer, se recoucher. Entendre le bruit des tirs autour de soi. Tirez sur l'ennemi, sans réfléchir. Se sentir vivante, dans l'instantanéité. Marcher sur des bouts de viande encore chaude.
Rentrer à la base fourbue. Entendre le supérieur crier la gloire de son pays et joindre sa voix à la sienne. Réajustez ses habits d'hommes dans la solitude. Songez que tant qu'on est soldat, on n'a pas a réfléchir aux conséquences de nos actes passés. Se replier dans le baraquement, boire avec les camarades, rire. Se coucher et sombrer dans les cauchemars, emplies de violences des combats et des traumatismes du passé.
Boire, se battre, re-boire, dormir.
Quotidien morne d'un soldat.


Chute du Régime et Mercenariat.


Le Bloc de l'Est était tombé. La nouvelle tournait en boucle sur les postes de télévisions datés de toute la Russie qu'Evangeline traversa la frontière de l'ex-Urss.  Maintenant, il allait falloir vivre pour autre chose. Les galons de l'armée Rouge ne servaient plus à rien a celle que l'on appelait Evans. Par contre, les quelques soldats qui décidaient de suivre leur chef allait avoir plus d'utilité.
Ils furent sans doute surpris de voir que celui qu'ils avaient pris pour un homme était en réalité une femme. Une femme, qui plus est, qui leurs avait démontré par toute ses années de services qu'elle avait une compétence militaire hors du commun. Et si certains posèrent des problèmes à cause de leurs problèmes, Evangeline les avait recadrés sans aucun problème.
Avec leurs soutiens, elle commença à se faire une place dans les milieux mercenaires. La petite troupe de soldat vivait au rythme des fronts et des différents conflits armées de dictateur de pacotille, prenant l'argent là où il était. Amassant les billets, l'ancienne communiste attendait juste son heure en construisant une armée fonctionnelle. Sans doute attendait-elle son heure, mais la vie en décida autrement.
En effet, quand le médecin, suite à une de ses chutes, lui avait fait passer des examens, elle avait serré des dents. Quand il avait fallu l'emmener dans un hôpital de pays occidental pour des examens plus poussés, elle avait eut la boule au ventre, elle qui avait connu plus situations à problèmes que la majorité des gens. Et quand on lui avait diagnostiqué un cancer, attaquant de multiples points de son organisme, la femme s'était effondrée, et c'était son second et homme de main qui  l'avait rattrapée.
Ses rêves de rebâtir une nation  communiste et autogéré, le business qu'elle avait bati pour ça, tous ceci perdait son sens avec la maladie. Quelques mois sans soins ou bien quelques années en s'affaiblissant de plus en plus, voilà l'alternative que lui avait proposé son médecin. Alors, la femme, qui n'était plus toute jeune, choisi

Retour au Panthéon
Les yeux s'ouvrirent sur le plafond étoilée de sa chambre au senteur marine. La déesse s'éveilla en s'étirant, vielle relique de la vie qu'elle venait de vivre sur Terre. Elle en tirait quelques leçons, et la flamme de la détermination brûlait désormais dans son ventre, à l'instar de son avatar terrestre. Se relevant nue, elle alla passa négligemment devant son miroir et se figea.
Son corps de Déesse, au propre comme au figuré, était maintenant défiguré. De multiples cicatrices le couvraient, alors qu'avant sa punition, il était encore immaculé. Elle ne pouvait pas croire qu'il s'agissait de l'impact de sa vie précédente, car même si elle en avait bavé, les blessures disparaissaient avec le réveil dans la demeure divine… Elle tendit son esprit vers ses pouvoirs pour comprendre la source de sa nouvelle apparence par réflexe, et ressentit soudain une violente douleur au ventre.
Les océans étaient mutilés. L'action humaine appauvrissait leurs ressources, la pollution rendait de larges portions de l'étendue aquatique invivable. Et tout ceci se lisait sur le corps de la Déesse.
Désormais, elle avait une raison supplémentaire de détester les humains.





Un peu de vous

Ton prénom :: Charli.e
Ton âge :: 20 ans.
Ton puf:: Aetyhs « Japhet » Affilion
Expérience de rp :: Longue.

Comment as-tu découvert le forum? :: Fondateur, fondateur.
Parrain/Marraine ? :: Moi-même.
Tes premières impressions / choses à améliorer :: C'est bow. Quel staff incroayble, si soyeux.
Code du règlement :: [autovalidé]

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fiche Divine][Dieu endormi] Déferlante Vengeresse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hermès, Dieu des Voleurs & du Mensonge
» Ryuku Yamiko - Fiche de Ryuku
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» Fiche Technique d'Ryuuma !
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Administration :: Gestion des personnages :: Les fiches-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: