♠ Alvaro Suarez
Roi

avatar


Messages : 76
Points d'expérience : 129
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageMar 6 Mar - 23:15
-Hold on! I’m comin’ for ye!

Non, ce n’est pas vrai, il dérive dans la rivière plus vite que moi je cours. Je ne pourrais jamais l’attraper comme ça.

Laissez-moi vous éclairer un peu : Anar et moi avons invité de lads, Leet et Ryan, à notre base. Les deux nous ont démontrés leur ingratitude chacun à leur manière : un a laissé derrière lui tout un dégât de sable dans lequel il a pissé dessus, et l’autre s’est poussé avec mon manteau. Bon d’accord, il l’a plus ou moins fait par exprès, je dois même que j’ai trouvé ça divertissant et rigolo quand il est tombé dans la rivière. Je l’ai moins ri quand j’ai réalisé qu’il se noyait avec mon manteau. Quand je suis allé à la base pour chercher Anarchangel pour découvrir la bévue de Ryan, et c’est avec colère que j’ai ordonné sèchement à mon mate de nettoyer ça avant de partir à la course pour poursuivre Leet.

Et me voici donc, en train de pourchasser un corps emporté par le courant, qui ne paraît que comme un petit point blanc et rouge. Ça va bientôt faire une heure que je le pourchasse sans m’arrêter pour ne pas perdre sa trace. Étrangement, je n’ai pas vu le corps de Ryan. Peut-être a-t-il réussi à sortir de l’eau? Ça doit, mais ça je m’en fous. Je m’en fous si Sugarskull respire ou pas quand je vais lui mettre la main sur le collet, parce que le collet, il est à moi!

La vie me sourit le Trèfle ne semble plus bouger. Il doit être pris entre deux pierres ou quelque chose du genre. C’est ma chance! J’accélère avec détermination et je me rapproche considérablement. Je continue de courir le plus vite possible, et c’est maintenant qu’il faut que je le récupère, parce que sinon je vais m’épuiser, je vais m’arrêter pour reprendre mon souffle et je vais le perdre de vue. Il est emporté par le courant de nouveau, mais maintenant, il y a peut-être moins d’un mètre qui nous sépare. Je penche et tends le bras pour tenter désespérément de l’attraper…quand un insecte géant se dépose sur mon bras. Je saute vers l’arrière en lâchant un cri d’effroi, secouant mon membre. Le moustique s’éloigne, mais parvient quand même à me piquer sur ma chair si bien présentée devant lui. En même temps qu’il retire son dard de ma peau, je sors mon épée pour l’abattre sur lui. Il tombe au sol à mes pieds, mais mon petit moment de terreur n’est pas passé, surtout quand je sens mon bras tellement s’engourdir que je n’en suis même plus capable de tenir mon arme. Je finis donc la répugnante créature comme tout tueur d’insectes qui se respecte : en abattant plusieurs fois mon pied dessus en poussant un hurlement de rage et d’effroi. Je vois littéralement rouge, si bien que je ferme les yeux un instant et dès que je les ouvre, le corps de l’insecte est en feu. Je suis un peu confus et perturbé…euh...j'aimerais m'interroger mais...MAIS ON A PAS LE TEEEEEEEEMPS!

Je repars donc à la course, ramassant ma bilboa au passage, mais Leet est déjà loin. C’est alors que je crois…euh est-ce qu’il y a vraiment quelqu’un là-bas? Ou deux?...Faut que je leur demande de l’aide, c’est ça que je dois faire. Je pointe donc le Trèfle dans l’eau avec mon épée – woah ah ah on dirait que ma main est fumante – et je hurle :

-QUICK!! STOP THAT ASSHOLE!!

_________________


We are wolves of the seaaaaa!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Āyōtōchtli
Deux

avatar


Messages : 9
Points d'expérience : 7
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageDim 11 Mar - 19:12
Je sautille en sentant une douleur lancinante me traverser la plante du pied et m'appuie avec difficulté contre une autre de ces carcasses métalliques qui gisent tout le long de la rivière. Selon là où je me trouve, la constitution de ces bêtes artificielles n'est pas la même : autant ai-je pu en voir des plus imposantes, similaires à des chariots surmontés d'imposantes carapaces, celle qui se trouve près de moi a plutôt des allures d'objet de torture. Encore une aberration typiquement européenne...

Mon regard se pose sur ma main crispée et un long frisson de dégoût me parcoure. Comment, par les dieux, comment une chose aussi horrible a-t-elle pu m'arriver? Je me sens monstrueux et ridicule, moins qu'un homme dans ce monde où tout est un monstre, même les supposés humains. Entre la peau bleue et un visage de squelette, pourquoi est-ce moi qui se retrouve avec le premier choix? Qui décide de ce genre de chose?
En grognant, je poursuis ma route. Il doit bien avoir une façon de s’en débarrasser… Je suis le cours d’eau sans destination précise, me fiant seulement à mon instinct pour avancer. La rencontre avec cette étrange femme ne m’a pas donné beaucoup d’information, mais ce n’est pas comme si elle avait l’air d’une personne très fiable. Cela dit, il doit y avoir d’autres pauvres âmes ici, peut-être que l’une d’entre elle saura répondre à mes questions. En attendant, ma route s’est avérée plutôt calme, sans bête sauvage pour m’attaquer. Ce n’est pas une excuse pour manquer de vigilance, par contre, et je reste aux aguets.

C’est pour cela que lorsque qu’une forme pale apparait à la surface de l’eau, je suis déjà prêt à agir.

Je ne m’attendais cependant pas à ce qu’une figure humaine arrive dans ma direction, courant à toute vitesse en hurlant dans une langue bâtarde que je ne reconnais pas. Je le regarde approcher, incertain, puis reporte mon attention sur la… chose qui flotte vers moi. Ce n’est pas… ce n’est quand même pas un être humain?! Difficile à dire, il est tellement pâle que je peine à croire qu’il puisse être encore vivant! Mais c’est bel et bien ça, une tête qui flotte, et donc forcément un corps qui y est rattaché.
Par réflexe plus que par bonne volonté, je me précipite vers la rivière et plonge ma main dans l’eau froide. Le corps passe devant moi et je parviens à agripper le collet du pauvre homme pour le tirer vers moi et le lancer sans ménagement sur la berge. La force du mouvement me fait perdre l’équilibre et je dois agiter les bras pour rester debout et ne pas tomber à mon tour, mais quand je me retourne pour observer celui que je viens de sauver…

-Qu’est-ce que c’est que ça?!

Passé outre son opulent manteau rouge, la figure allongée au sol est d’une maigreur horrifiante qui ferait frissonner même les plus démunis des esclaves, et sa peau est plus grise qu’elle n’est blanche, allant même vers le bleu près de ses blessures. Mais c’est en voyant son visage que je réalise que ce que j’ai repêché n’est pas humain : la peau noire surnaturelle, le faciès allongé, les grands yeux orangés sans expression… je recule, croyant que la bête est réveillée, mais elle ne bouge toujours pas. Peut-elle seulement fermer les yeux? Je ne vois pas de paupières…

-Abomination…

Même si je croyais qu’une telle horreur méritait de vivre, elle a sûrement été dans l’eau trop longtemps ; je ne donne pas cher de sa peau. Ainsi, quand l’autre poursuivant est assez près, je le toise avec tout le mépris dont je suis capable avant de lui lancer :

-Cette chose agonise. Je vais mettre fin à ses souffrances.

_________________
Ayo signa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Alvaro Suarez
Roi

avatar


Messages : 76
Points d'expérience : 129
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSam 24 Mar - 23:22
Je finis par rejoindre l’homme et le corps, à bout de souffle. Je m’accroupie en contemplant avec délectation le cadavre blanc. Il était déjà de cette couleur de son vivant, mais on dirait qu’elle m’enchante bien plus maintenant qu’il a rejoint les limbes de Davy Jones. Je commence à l’agripper pour lui retirer, avec mon bras encore capable de se mouvoir, mon manteau rouge. Je commente en rigolant :

-Don’t worry ‘bout it mate. Cet imbécile est déjà mort, regarde!

Je le lâche un instant afin de me donner un élan pour lui foutre un coup de pied qui me fait presque perdre l’équilibre.

-See? Lil’ lad’s dead! Mort! Muerto! Mayit!

Remarquant que j’ai à peine réussi à lui enlever mon bien, et je grommelle un mot, que j’ai dû inventer parce que je ne l’ai entendu nulle part, et je recommence à lui enlever mon vêtement avec difficulté. Je relève la tête vers l’homme et je le vois en double. Je plisse les yeux avec suspicion, essayant de voir un détail qui m’échappe.

-Toi…

Je le regarde encore intensément. Je ne sais pas, il me semble que ma vue est pas comme ça d’habitude…il y a quelque chose qui cloche. C’est peut-être la taille colossale du gars devant moi, ou bien…je sais pas moi, je ne sais même pas ce qui se passe! Hormis sa taille, il a l’air d’un type tout à fait normal. Je finis par comprendre pourquoi je suis tant hypnotisé par sa présence et par son regard sur le défunt Leet. Je pointe ce dernier.

-…tu dois te demander: wha' th' fuck be this?

Je parviens enfin à récupérer mon manteau et je m’empresse de l’enfiler avec mon seul bras valide. Je souhaite vraiment que cette paralysie n’est pas permanente. J’ajoute :

-C’est juste un gars avec un masque noir! Moi aussi j’ai cru que c’était un monstre la première fois que je l’ai vu, et je lui frappé au visage!

Je pousse un petit gloussement en remémorant ce sourire. Je me penche vers Sugarskull et je pince son masque en le secouant vivement.

-See? Ce n’est pas un nez ça! Et les yeux sont juste du verre! Je pourrais très bien les casser et tu verrais un vrai œil de couleur…euuuuuh c’est quoi encore sa couleur? Ah peu importe, parce qu’il est mort! On s’entend que je m’en torche, j’ai mon manteau!

Je repousse le cadavre en titubant vers l’arrière et je finis de remettre mon manteau. J’écarte les bras de satisfaction en tournoyant maladroitement, passant près de me faire un croche pied. J’ajoute la peau de sanglier par-dessus le tout et je m’exclame :

-Regarde-moi ça! Si ce n’est pas magnifique! Arr arr! Oh, tu sais à quoi j’ai l’air maintenant avec la peau par-dessus? À une de ces personnes nobles peintes sur des peintures! Arr arr arr! T’imagines, je pourrais rentrer en Espagne et être juste…

Je pivote mes pieds vers le côté et je tire mon bras sur toute sa longueur pour planter le bout de mon épée dans la terre. Mon autre bras pendant mollement sur mon flanc, mais ça ne m’empêche de toiser l’homme avec un regard hautain en disant avec une voix que je veux le plus méprisante possible si ce n’était pas d’un fou rire sorti de nulle part que je tente d’étouffer :

-Hola senor…pfff…soy rico y superior…pff ah…así que inclínate perra...ahah… so just bow down bitch!

Je lâche un rire qui finit rapidement pendant un étouffement avec de la salive. Je me reprends, le visage rouge mais étrangement heureux. Je hausse les épaules.

-Enfin, c'est pas comme si on pouvait vraiment rentrer chez nous, mais bon.



_________________


We are wolves of the seaaaaa!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Āyōtōchtli
Deux

avatar


Messages : 9
Points d'expérience : 7
Date d'inscription : 24/07/2017

MessageDim 8 Avr - 22:54
Par les dieux… cet homme a un problème apparent! Non seulement son accent barbare, s’il m’est familier, n’est pas encore reconnaissable, mais il marche comme s’il pouvait perdre l’équilibre à tout moment et parle comme si sa raison était décalée avec la réalité. Je reconnais ces symptômes, pour les avoir vu chez d’autres prêtres inexpérimentés ou des prisonniers, parfois même chez des plébéiens à la recherche d’émotions fortes ou d’échappatoire à leur condition pitoyable : il est intoxiqué! Drogue ou alcool, je l’ignore, mais il n’est définitivement pas dans un état normal. Comme quoi, il est plus difficile de trouver des gens décents ici que je ne le pensais… Le pouilleux entreprend de retirer le manteau rouge que porte le monstre en m’assurant que ce dernier est bel et bien mort, et lui flanque même un grand coup de pied pour le prouver. Je fronce les sourcils, puis déglutit quand il commence à me fixer avec curiosité, redoutant la question qui arrive. Mais l’homme ne dit rien sur ma couleur de peau, ni sur mon apparence, il ne fait que dire que je dois bien me demander ce que c’est que cette horreur que j’ai sorti de l’eau. Du moins, c’est ce que je crois qu’il a dit.

-Hmrph… je n’ai pas…

Mais ma phrase est interrompue quand le corps de l’aberration est parcouru de spasme et que de l’eau commence à jaillir de sa « bouche ». Je sursaute en l’entendant tousser, puis fixe l’autre crétin avec confusion quand il m’explique que ce n’est qu’un homme avec un masque. J’attends qu’il s’éloigne pour examiner le corps moi-même, lui tournant la tête sur le côté quand il recommence à cracher de l’eau pour qu’il ne s’étouffe pas, puis me raidit en relevant la tête. Ce gars a mentionné un retour en Espagne… il ne serait quand même pas…
Eh oui. Il est l’un d’eux.  Un voile rouge traverse ma vision alors que je me relève et je m’approche du barbare en manteau rouge, poings et dents serrés. Il me regarde comme s’il m’attendait à ce que je ris avec lui, et je rétorque en lui envoyant mon poing à la figure, enjambant le corps inanimé au sol pour bien le frapper à nouveau, puis l’agripper par le collet pour le plaquer contre l’arbre le plus proche. Un Espagnol, un de ces barbares, ici… J’approche mon visage du sien, ma voix basse rappelant le grognement d’un fauve prêt à attaquer. Et pourtant, malgré l’agressivité et la colère, le ton ne monte pas. Les gens comme lui ne le méritent pas.

-Sale ordure. Tu te crois en Enfer? Après ce que vous avez fait à mon peuple, tu n’as rien vu encore. Je vais te faire connaître tous les Enfers, les tiens, les miens et tous ceux que tu peux imaginer, et tu serviras d’exemple pour tous les autres.

_________________
Ayo signa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
La team red et la team blue se rencontrent! - Avec Ayotochli
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Ville abandonnée :: Quartier Nord :: La rivière-
Sauter vers: