AdminAdmin
avatar


Messages : 111
Points d'expérience : 2077
Date d'inscription : 26/12/2016

MessageMer 19 Juil - 17:41
En avant, se dresse une forêt dense et sombre qui, malgré son apparence inquiétante, saura vous protéger de la pluie. Certains arbres ne semblent cependant pas très solides bien qu’ils tiennent encore debout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.forumactif.com
Richard de Vermont
Deux

avatar


Messages : 34
Points d'expérience : 9
Date d'inscription : 01/06/2017

MessageMar 1 Aoû - 0:13
-…aussi, il est important de savoir que le rose, c’est la couleur de l’amitié.  C’est pourquoi il devrait être plus fréquent de porter du rose que du rouge, car le monde parvient plus à comprendre l’amitié que l’amour.  Saviez-vous aussi que dans l’art des armoiries, le rose signifie la victoire et la patience au combat?  Si le rose nous rend déjà victorieux et patient au départ, c’est qu’il n’est plus nécessaire de faire la guerre alors.  Cela renforce donc le message de paix de cette couleur...

Un craquement de branche le fait taire, le rendant tout d’un coup à l’affût. Quand il réalise que c’est lui qui est responsable de ce bruit, il expire de soulagement.  Pendant un instant, il croyait que c’était un monstre.  Mais il réalise qu’il n’y a pas de branches à la plage.  C’est là seulement qu’il réalise qu’il est au beau milieu d’une forêt.  Il était tellement occupé à parler qu’il ne se rendait même pas compte de quelle direction il prenait.  Il a suivi par instinct le sentier de terre battue qui s’enfonce dans les bois suffisamment inquiétants pour laisser croire que la vilaine sorcière dans tous les contes de fées y est cachée.  Pensant que le sentier est beaucoup mieux comparé à la plage et le groupe de primitif qui l’a accompagné, il décide de ne pas rebrousser chemin.  

C’est plus tard qu’il le regrette, car le chemin devient boueux et finit par tout simplement disparaître, laissant Richard au beau milieu de nulle part.  Ça ne peut pas aller plus mal pour le chapelier qui n’a aucune idée de comment s’orienter.  Il n’ose même plus avancer, regardant les arbres comme s’ils voulaient lui prendre son chapeau avec leurs branches tendues vers lui.  Il n’est même plus sûr par où il est arrivé.  Il n’est pas juste perdu : il est perdu et il est dans le trouble.

Heureusement, malgré la lumière qui a de la misère à percer le feuillage des arbres, une idée lumineuse lui vient en tête.  Il casse une branche feuillue et ouvre son pot de peinture.  Il y trempe son pinceau improvisé et peint une marque sur un arbre, après une tentative de peindre un cœur qui s’est résolu en échec.  

-Voilà!  Ainsi, le rose sera mon point de repère.  Il sera mon point coloré qui m’illuminera dans cette forêt terne et sombre.  Je savais que prendre cette peinture était un atout.  Une autre excellente idée de Richard de Vermont, bien entendu…

Beaucoup plus confiant, il continue sa route.  Le pire obstacle est les troncs d’arbres qui lui barrent le chemin, mais au moins il sait qu’il ne restera pas perdu ici pour toujours.  Sur presque chaque arbre qu’il voit, il laisse minutieusement sur l’écorce une belle couche unie de peinture rose brillant.  Il évite du mieux qu’il peut les branches pouvant s’accrocher à ses beaux vêtements, mais ce n’est pas facile.

Soudain, il tombe nez à nez avec un arbre avec de la peinture rose dessus.  Perplexe, il se demande pourquoi, quand soudain il réalise que c’est parce qu’il est revenu au point de départ.  Il le reconnait maintenant, son cœur qui finalement ressemble plutôt à un beau gâchis aux yeux de l’artiste.  Découragé, il suit tout même un peu ses points de repère, mais plus loin il change de direction pour être sûr de ne pas faire la même erreur.  

Alors qu’il est sur le point de colorier un autre arbre, il entend quelqu’un interpeller.  Sa branche d’arbre dégoulinante de rose en main, il se retourne vivement.  Trop vivement en fait, car soudainement un visage qui est plus près de Richard qu’il l’avait anticipé est couvert de taches de rousseur roses.  Tout de suite, l’homme s’excuse :

-Doux Jésus, comme je suis désolé!  Je ne vous pensais pas si près!  Ce n’était pas mon intention, veuillez me laisser vous nettoyer cela…

Il arrache une feuille d’un arbre et essuie le visage.  Cela lui rappelle quand Pearl se salissait le visage lorsque venait le temps de manger du dessert et que des fois il se chargeait de la nettoyer à la place de Fran.  Une belle vague de nostalgie lui vient, lui donnant un sourire nigaud.

-Dites donc, vous êtes quelqu’un qui se faufile discrètement vous!  Une chance que je sois un homme tout à fait logique et rationnel, car quelqu’un d’autre que moi vous aurait pris pour un fantôme.  Si vous savez comment je…oh!


_________________


Dernière édition par Richard de Vermont le Jeu 26 Oct - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jay Hatfield
Cinq

avatar


Messages : 59
Points d'expérience : 71
Date d'inscription : 16/01/2017

MessageJeu 3 Aoû - 15:52


Il y avait une ambiance pesante, étouffante dans cette forêt. Au fur et à mesure de ses pas, une angoisse grandissait chez Jay, mais elle se motivait à continuer de courir et de fuir, car si elle revenait sur la plage, elle ne donnerait pas cher de sa peau. La tempête avait été si puissante que ça l'avait forcé à quitter la plage au plus vite, ne prenant même pas la peine de vérifier si Laura l'avait suivie et à vrai dire, elle s'en voulait de l'avoir abandonné. Si elle avait eu le réflexe de se tourner pour vérifier, peut-être serait-elle rester avec sa partenaire, mais il n'en était rien, Jay était à présent seul au milieu des arbres.

Elle s'arrêta enfin de courir quand elle fut suffisamment éloigner du rivage, regardant autour d'elle avec un certain regard d'incompréhension. Reprenant son souffle, elle remarqua quelque chose de très pertinent : elle était com-plè-te-ment perdue. Il n'y avait absolument rien autour d'elle pour lui indiquer un chemin à prendre, pas une maisonnette cacher dans la végétation, pas un seul panneau, rien. Elle cracha un juron, essayant de garder son calme du mieux qu'elle le pouvait puis reprit son avancée, cette fois-ci en marchant car des troncs arbres lui bloquaient le chemin, mais ça ne l'empêcha pas de se prendre les pieds dans des racines ou des merdes, ce qui na la calma pas du tout, en fait.

Au fur et à mesure du trajet, les arbres commençaient à tanguer à cause de la violence de la tempête et même si leur feuillage la protéger un minimum de la pluie, il fallait être prêt à esquiver la chute d'un tronc. Enfin, quelque chose lui sauta subitement aux yeux : une trace rose sur un tronc. Jetant un coup d’œil dans les alentours, elle chercha la personne (ou la chose) qui pouvait être à l'origine de ce résidu inconnu et redouta de tomber sur un monstre, même si une bestiole qui laisse des traces roses, ça reste bizarre. Jay s'approcha alors de l'étrange marque et la toucha du bout du doigt. Le liquide était visqueux, frais et quand elle le renifla, elle ouvrit les yeux en grand, sursautant presque de stupéfaction.

_ D'la peinture ? C'quoi ce bordel ?

Qui était cette personne qui laissait de la peinture rose sur les troncs ? Qui plus est, l'individu ne devait pas être bien loin et Jay s'attendait à tout, n'importe qui d'autre pouvait se trouvait dans cette forêt et il fallait être prudent (même si un gars est armé d'un pot de peinture ça faisait pas trop peur, un bon coup dans la gueule et l'affaire est close). Jay n'attendait pas longtemps pour se remettre en route, cherchant sur son chemin d'éventuelles autres traces.

Elle en trouva une seconde plus loin, suivie d'une autre à quelques pas seulement. Puis sans s'y attendre, elle entendit des bruits de pas étouffés plus loin, se réjouissant d'avoir enfin mis la main sur le mystérieux individu. S'approchant à pas de loup, elle referma sa poigne sur son marteau et aperçu alors une forme blanche qui transgressait le paysage sombre. Le Carreau tenta alors de chercher du regard une potentielle arme mais la personne (ça devait être un homme au vu de sa carrure) semblait être seulement équipé d'un pot de peinture, ce qui fit descendre un minimum la tension chez Jay.

Elle s'approcha alors sans crainte, même si toujours armée et détailla les habits que l'homme portait. Le gars avait un étrange chapeau et sans parler de ses vêtements, il donnait l'impression de sortir d'une pièce de théâtre. Quand elle fut suffisamment proche de lui, elle tendit le bras pour l'interpeller et s'apprêtant à dire quelque chose, elle fut brutalement coupée par une branche qui vola droit en direction son visage. Se reculant vivement en arrière, elle ne put néanmoins pas esquiver les gouttes de peinture qui vinrent colorer les tatouages mornes de son visage.

_ Rah merde... c'pas grave, au moins c'tait pas un flingue. J'm'attendais juste pas à m'recevoir d'la peinture en pleine gueule.

Elle commença alors à s’essuyer le visage mais elle ne s'attendait vraiment pas à ce que l'homme l'essuie à sa place avec une feuille comme on essuierait la bouche d'un enfant un peu trop gourmand. Elle se dégagea ensuite doucement, ne voulant pas paraître brusque et ôta sa capuche, se débarrassant des dernières traces de rose qui lui coloraient une paupière.

_ Un fantôme ? Ahah, les gens ne m'prennent jamais pour un fantôme, mais plus pour une sorte d'zombie.

Quand elle eut fini de se nettoyer, elle put enfin examiner le visage en face d'elle et fut surprise de voir que cet homme avait les cheveux colorés. Mais il sortait d'où au juste avec sa dégaine colorée, d'un dessin animé ? Bref, passant ce détail la punk se présenta en toute amitié, ce gars était la seule chose qui pouvait l'aider à sortir de ce merdier, alors autant la jouer fine et ne pas merder. Quoi que, ne serait-il pas effrayer par ses tatouages ? Bah, ça l'importait peu, tout ce qui comptait à présent était de sortir de cette forêt.

_ J'm'appelle Jay. 'Toi ?

EVENT

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Stash
Deux

avatar


Messages : 21
Points d'expérience : 24
Date d'inscription : 02/06/2017
Age : 20
Localisation : Cachée

MessageJeu 3 Aoû - 16:57
La tempête s’intensifia. Je ne pouvais plus rester sur la plage alors je m’enfonçai dans la forêt. S’il y avait bien une chose que je savais, c’est que j’avais réussi à survivre plusieurs jours en forêt après un écrasement d’avion, alors c’était certainement le chemin le plus sûr pour moi. Quoique je n’avais pas tellement envie de m’y aventurer, de peur de croiser des coyotes ou des bêtes du genre. Surtout que cet endroit en général semblait regorger de créatures hostiles étranges. Toutefois, j’avais vu cette fille entrer dans la forêt avec un marteau à la main. Si je la rattrapais, j’allais sûrement bénéficier d’un minimum de protection. Il fallait faire confiance au marteau. Ainsi, je me mis à la tâche de la rechercher, chose plutôt difficile vu l’absence de sentier défini et la végétation extrêmement dense. Toutefois, je réussis à trouver des traces de passages dans l’herbe. Enfin, c’est ce que je supposai en voyant quelques touffes rabattues. Cela pouvait soit me mener à des humains ou à des bêtes féroces. J’avais une chance sur deux.

Je marchai pendant ce qui me semblait être une foutue éternité avant de me rendre compte que je n’avais pas de réel talent de pisteuse, car j’avais perdu la fille au marteau. Encore une chance que je ne m’étais pas perdue dans la forêt, il n’aurait manqué que ça. Au moins, je savais que la plage était derrière moi et que je m’éloignais des vagues violentes qui avaient définitivement la force de m’entraîner vers le large. Juste le fait de commencer à monter une petite pente dans les bois me rassurait par rapport à ce fait.

Je soupirai et accotai ma main sur un tronc d’arbre pour la retirer précipitamment en jurant. Mais merde ! C’était quoi ce foutu truc visqueux ? En plus, c’était… Rose ? Dégoutée, je regardai de plus près pour m’assurer que ce n’était pas du vomi de bête quelconque. Je fus soulagée de constater que ce n’était que de la peinture. Je tentai de l’essuyer sur le tronc sans réel succès. C’est alors que je vis un bout de tissu blanc accroché à un arbre. Sans me poser plus de questions, je le pris et essuyai ma main avant de me rendre compte qu’il n’était pas rattaché à un arbre, mais plutôt à ce cher chapelier que j’avais rencontré un peu plus tôt, dans le tunnel sous-terrain sans lumière.

Je regardai autour et revis la jeune femme qui tenait le marteau. Elle… Mais c’était quoi ce maquillage de fou ? Ça ne s’en allait pas à la pluie ? Un tatouage ? Mais qui est-ce qui se faisait tatouer un squelette sur le visage ? Je fixai la fille quelques secondes, continuant de m’essuyer la main sur l’habit de Richard, avant de me dire qu’il était mieux de ne pas faire de commentaire si je voulais bénéficier de la protection du marteau. Au fond, je me foutais bien de ses choix de vie plutôt douteux. Je m’éloignai rapidement de Richard qui devait être furieux et m’efforçai d’ignorer toute complainte venant de sa part. Comme si mon entrée en jeu était parfaitement normale, je répondis nonchalamment à la question de la dénommée Jay, comme si elle s’adressait à moi aussi.

- Moi c’est Olivia.

Je fis une pause. Le vent soufflait fort et certains arbres commencèrent à tanguer. Parfois, on entendait même des craquements inquiétants venant d’en haut. C’est quand quelques branches se mirent à tomber non loin de nous que je proposai :

- On devrait probablement bouger, parce que ces arbres-là vont certainement tomber bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdminAdmin
avatar


Messages : 111
Points d'expérience : 2077
Date d'inscription : 26/12/2016

MessageJeu 3 Aoû - 18:33

Tandis que le petit groupe progresse, la tempête fait rage et ne manque pas de gagner rapidement en puissance. Soudainement et sans crier gare, un arbre se voit violemment déraciner et s'écrase juste devant les humains, rapidement suivi d'un deuxième, pas plus loin de leur position, qui s'effondre sur un arbre voisin. Enfin, alors que la forêt s'agite de plus belle, le chemin empruntait par le groupe commence à devenir impraticable à cause de la boue, des branchages et des racines et qui plus est, dangereux, si bien que l'on peut commencer à entendre les troncs se fracturer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.forumactif.com
Richard de Vermont
Deux

avatar


Messages : 34
Points d'expérience : 9
Date d'inscription : 01/06/2017

MessageJeu 3 Aoû - 21:58
Richard laisse tomber la feuille souillée de rose à ses pieds en remarquant le visage de la femme.  Il n’avait pas tout de suite vu les tatouages, et il fut pris de court.

-Oh…mais quels beaux tatouages que vous avez euh…c’est un squelette?...


Il la détailla rapidement pendant qu’elle se présente.  Toujours sans jupe (y a-t-il au moins une femme dans ce monde de fou qui porte une jupe?), Jay porte des vêtements ternes et usés.  Elle a le profil de quelqu’un qui vit dans une ruelle.  Et ses tatouages…brrr…ils lui donnent un air mauvais.  Mais elle semble sympa, peut-être qu’elle n’a pas vraiment mauvais caractère.  Ça le surprendrait, car toutes les femmes qu’il a rencontrées ici sont des pestes.  Qui aurait cru que Fran aurait été la moins pire d’entre elles?  Il décide donc, encore, d’ignorer les normes sociales qui lui dirait de baiser la main de cette femme et se contente d’incliner son chapeau en se présentant :

-Enchanté Mademoiselle Jay.  Je suis Richard de–

-Moi c’est Olivia.


Et elle apparait, sortant de derrière lui comme si rien n’était.  Olivia.  Une fille détestable, bête et qui se fout des bonnes manières.  Soudain, Richard sent quelque chose d’humide dans son dos, en plein au milieu.  Il tente de regarder mais n’y parvient pas, et laisse tomber.  Il se concentre plutôt sur la nouvelle venue.  Son regard devient très hautain et son ton de voix, froid.

-Mademoiselle Olivia, comme cela fait longtemps…

Ses yeux dorés se plissent de mépris.

-On ne s’est pas revu depuis la fois où que vous m’avez abandonné comme on abandonne un chiot dans la rue.  Vous semblez bien vous porter, à ce que je vois.  Vous semblez toujours ne pas prêter attention à ce que je –

- On devrait probablement bouger, parce que ces arbres-là vont certainement tomber bientôt.

-C’est bien ce que je pensais.

Puis, un craquement assourdissant.  Plusieurs en fait.  Autour d’eux des arbres tombent.  Richard prend ses distances à chaque tronc qui s’effondre près d’eux.  Il répète exactement ce qu’Olivia vient de dire en changeant quelques mots pour paraître plus sophistiqué.  Il se déplace donc d’abord en marchant, puis il accélère en entendant les craquements dont il est incapable de déterminer la distance.  Après avoir couru, il s’épuise et ralentit considérablement son pas.  Quand il s’apprête à courir de nouveau, il trébuche dans une racine, à moins qu’il n’ait glisser dans la boue, mais bref il perd pied et se retrouve à terre.   Son cœur semble se dessécher en songeant à ses beaux habits blancs qui seront fichus pour de bon. Il a quand même eu le bon réflexe de tenir son chapeau en tombant, c’est déjà ça.  

Il est sur le point de se relever quand un arbre tombe de sa direction.  Il tente de ramper à l’abri, mais trop tard :  l’arbre s’écroule en plein sur sa jambe droite.  Il lâche un cri de douleur lamentable.  Il est quand même chanceux que le tronc n’est pas atterri sur son dos ou pire, sa tête, mais la douleur est immense.  

-AAAAAH!! MY LEG!!! NOOO MY LEG!!! IT HUUUURTS!!!

Il appelle Jay et Olivia à son secours, désespéré.

-Mesdemoiselles s’il-vous-plaît aidez-moi!  J’ai mal s’il-vous-plaît sortez-moi de là!  Je vous en supplie, je vous donnerai quelque chose en retour, n’importe quoi!  Moi, Richard de Vermont, je tiendrai ma parole, et je le ferai de façon la plus parfaite qui soit!  De grâce, aidez-moi!  Aïe ma jambe!

Hihi petite source d'inspiration pour les cris de souffrance de Richard (allez à 39m11):
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jay Hatfield
Cinq

avatar


Messages : 59
Points d'expérience : 71
Date d'inscription : 16/01/2017

MessageJeu 3 Aoû - 22:43


Elle hocha la tête en guise de réponse à Richard à propos de son tatouage facial, apparemment monsieur devait être déconcerté face à son look grungy. Mais c'était loin d'être un problème, ça n'avançait en rien la situation. Donc face à ce monsieur totalement coloré qui la salua en inclinant le chapeau (signe d'ailleurs qu'elle trouva étrange), Jay s'apprêta à le contourner pour reprendre sa route, mais remarqua rapidement qu'une silhouette s'était glissé dans le dos de l'homme à chapeau. Alors une jeune fille tout à fait banale apparue et la tatouée lui lança un signe de bonjour de la main.

- 'Chantée Olivia.

Alors comme ça, Richard et Olivia semblaient se connaître ? Et en plus, l'un n'appréciait pas l'autre ? Oh que cette aventure allait être pleine de surprise, Jay en râlait déjà intérieurement, elle n'avait pas envie de se taper deux gamins qui se foutraient sur la gueule tout au long du périple. Pour en revenir à la situation, la punk acquiesça aux paroles de la demoiselle, tira une grimace quand Richard répéta quasiment les mêmes mots et laissa ses nouveaux partenaires partir en premier, préférant fermer la marche du cortège pour surveiller leur arrière car après tout, c'était elle qui tenait une arme potentiellement utile.

Faisant attention à où elle mettait les pieds et surveillant ce qui tombait du sommet des arbres, Jay était en mauvaise position, elle ne pouvait pas avancer tranquillement sans s'arrêter toutes les cinq secondes. Et puis l'autre qui se mettait à accélérer, ça ne l'arrangeait en rien. Mais vu qu'elle n'avait pas envie de se retrouver de nouveau seule, la tatouée pressa le pas à son tour. Soudain, elle s'arrêta au bout de quelques minutes quand elle vit Richard s'étaler de tout son long sur le sol et soupira face à cette chute, ce gars était un empoté. Bon elle n'allait pas le laisser comme ça quand même, il pouvait toujours servir plus tard, mais pour le coup, il ne servait pas à grand chose avec ses mots.

S'approchant de Richard pour l'aider à le remettre sur pied, un violent craquement la fit se raviser. Elle eut à peine le temps de tourner la tête pour chercher l'origine du bruit qu'elle se recula violemment pour éviter le tronc qui tombait dans sa direction, si bien qu'elle le sentit lui frôler le bout du nez. Alors, un cri brisa le silence. D'abord étourdi d'avoir manqué la mort de si peu, Jay s'assura en premier qu'Olivia n'avait rien en jetant un coup d’œil dans sa direction, puis constata le plus gros dégât : la jambe brisée de Richard.

_ Et merde !

Sautant par-dessus l'arbre pour rejoindre Richard, le Carreau commença à pousser le tronc en arrière, faisant signe à Olivia de venir l'aider. Au diable si les deux ne s'aimaient pas, il était hors de question de laisser un homme qui vous promettait n'importe quoi en retour de leur aide. Et ils devaient faire vite, il n'y avait rien de bon qui s'annonçait au vu de l'environnement qui devenait de plus en plus hostile.

_ T'as intérêt d'tenir tes promesses et j'espère qu't'es léger mon gars, on va d'voir te traîner sur plusieurs mètres !

EVENT

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Stash
Deux

avatar


Messages : 21
Points d'expérience : 24
Date d'inscription : 02/06/2017
Age : 20
Localisation : Cachée

MessageLun 14 Aoû - 16:27
Les arbres commençaient à tomber. Il fallait se réfugier au plus vite. Je pris les devants, bien tentée de laisser les autres en plan vu la lenteur de Richard. Cependant, je décidai plutôt de les attendre et de leur trouver un chemin plus facile à suivre. J’avais développé un bon oeil pour les chemins faciles dans la forêt, surtout pour ceux qui accommodaient les gens plus grands que moi, depuis que j’y avais passé une semaine entière. Pour moi, c’était plutôt facile de me faufiler un peu partout, mais ce n’était pas la même chose pour tout le monde.

Ainsi, j’avais pris de l’avance sur les deux autres pour faire l’éclaireuse, jetant un regard derrière moi une fois de temps en temps pour m’assurer que tout le monde suivait. À peine quelques minutes après avoir commencé à fuir, j’entendis un cri d’agonie à travers les craquements des arbres. Je fis volte-face pour constater que Richard était coincé sous un tronc d’arbre et nous suppliait de l’aider. Évidemment, je le fis que je vis Jay prendre la peine de l’aider. J’allai pousser le tronc d’arbre avec elle. Avec beaucoup d’efforts, nous étions parvenues à faire rouler le tronc loin des jambes de Richard. Sa jambe droite, celle qui avait directement reçu l’arbre, était rouge et des ecchymoses semblaient vouloir se former. Je tâtai un peu son tibia pour voir si j’y sentirais un os cassé, mais je ne sentis pas grand chose. Vu le niveau de douleur de Richard, je figurai qu’il y avait de grandes chances que ce soit une fracture fermée. Je regardai Richard le plus sérieusement du monde avant de lui dire d’une voix grave :

- Merde, j’crois qu’on va devoir la couper… Ta jambe est finie.

Bien entendu, c’était un mensonge pour le faire paniquer un peu. En réalité, la blessure à sa jambe n’avait rien d'irréversible, donc ce n’était pas trop grave. Néanmoins, mieux valait immobiliser sa jambe au plus vite pour ne pas empirer son cas. J’allai casser deux branches d’arbre pour lui faire une attelle que je posai sur sa jambe. Il ne manquait que quelque chose pour attacher les bouts de bois. Après avoir regardé autour de moi rapidement, je dis à l’homme d’enlever son veston pour qu’on puisse finaliser son attelle de fortune.

Une fois qu’elle fut terminée, je regardai Richard, très certainement incapable de marcher correctement pour que l’on puisse continuer la route sans embûches. Comme l’avait dit Jay, il fallait espérer qu’il soit léger, car on ne pourrait pas le porter assez longtemps pour le sortir de là et ce, même si nous étions deux.

Les arbres continuaient à tomber et, plus loin, j’avais vu un endroit où les troncs semblaient beaucoup plus stables. Si on pouvait atteindre cet endroit, nous serions un peu plus en sécurité. Je soupirai avant d’annoncer :

- Bon, bah… J’veux bien te donner un coup de jamb-... De main, mais va falloir que tu nous aide avec ta jambe gauche parce que sinon, on te laisse crever ici.

Je l’aidai à se relever, jettant un rapide coup d’oeil à Jay, m’attendant à ce qu’elle vienne m’aider à le porter. Je lui pointai la zone plus sécuritaire que j’avais remarquée plus tôt et lui dit de l’amener par là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard de Vermont
Deux

avatar


Messages : 34
Points d'expérience : 9
Date d'inscription : 01/06/2017

MessageVen 18 Aoû - 23:18
Si Richard de Vermont pensait qu’une jambe cassée serait souffrant, il trouve encore plus difficile d’être victime de moqueries dans un moment pareil.  Il a bien l’impression de se faire malmener plus qu’il le devrait, et il sent que Jay et Olivia le considère comme le pire fardeau au monde.  Quoi, rumine-t-il, Mister de Vermont n’est pas un fardeau, mais une bénédiction!  La femme tatouée lui parle de lui comme s’il est déjà un cadavre dont il faut se débarrasser, dont le sang a coulé.  Sauf que pas vraiment, ce sang n’est que le pot de peinture qui a perdu, faisant une grosse flaque dans les deux femmes ont mis pied par mégarde.

Quant à Olivia…cette garce…

- Merde, j’crois qu’on va devoir la couper… Ta jambe est finie.

N’y connaissant rien en médecine, le pauvre chapelier la croit totalement.  Cela le plonge dans une panique extrême, tellement il prend au sérieux ce visage grave qui lui dit qu’il va falloir l’amputer.  

-NON! Par pitié, ne coupez pas ma jambe!  Ne faites pas ça!  Je vous en supplie ne le faites pas!  Pitié!

En suppliant ainsi, des larmes montent pour couler sur ses joues, mouillant à la fin sa barbichette.  Il a si peur que sa voix a monté d’une octave ou deux.  Lorsqu’Olivia lui demande d’enlever son veston, il cède en pleurant.  Si sa jambe n’avait pas été en jeu, il aurait dit non.  Après tout, ce veston vaut une fortune.  Mais il pense comprendre que s’il fait ce qu’il se fait demander, peut-être qu’ils épargneront sa jambe brisée.  En retirant son veston avec un grand serrement au cœur, il remarque une empreinte de main rose en plein milieu.   Son visage prend à peu près la même couleur, tant il est furieux.  Il regarde les quatres mains qui s’affairent autour de lui.  Jay n’avait qu’un doigt de cette couleur, mais Olivia par contre…

-Comment avez-vous osé…

Il n’en dit pas plus et se mord la langue pour se taire.  Olivia semble être celle qui sait le plus quoi faire en ce moment et comment le soigner.  Il gardera ses injections pour plus tard, mais il n’est pas près d’oublier.  S’il fait quelque chose qu’elle pourrait juger déplaisant, elle pourrait revenir à l’option de couper sa jambe ou pire, l’abandonner sur place, partant vers un endroit plus sécuritaire avec Jay.  Il la regarde donc lui faire une attelle en grommelant.  Ce n’est vraiment pas son jour de chance, on dirait bien.

Olivia lui dit qu’il va devoir marcher, et à cela il répond :

-Bien sûr mademoiselle, il me fera plaisir de pouvoir marcher de nouveau pour m’éloigner de votre personne…et de votre main couverte de peinture.  Tâchez de faire attention où vous la déposez…

Il prend montre donc toute la dignité qu’il lui reste, essuyant ses larmes discrètement, alors qu’il s’agrippe à Jay pour se relever.  Il grimace de douleur, mais tente de conserver un visage impassible pour bien paraître.  Sa voix a repris son ton normal.  

-Mademoiselle Jay…auriez-vous l’amabilité de m’aider?...

Il reste auprès d’elle, écœuré d’Olivia pour l’instant.  En fait, il veut se tenir loin d’elle le plus possible.  Il peut marcher, mais a quand même besoin de l’assistance de quelqu’un.  Il remarque au passage le marteau que Jay tient, et ne peut s’empêcher de rire nerveusement en disant :

-Ça alors…quel bel outil vous avez…l’utilisez-vous souvent?  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AdminAdmin
avatar


Messages : 111
Points d'expérience : 2077
Date d'inscription : 26/12/2016

MessageJeu 31 Aoû - 2:29
Alors que le petit groupe atteint la sécurité, des cris perçants retentissent au-dessus de leurs têtes. Tout à coup, une pluie de petits objets s’abat sur eux. Des roches, des branches, des cocottes... Un peu de tout ce qui peut être lancé. En levant les yeux au ciel, ils aperçoivent une bande de singes monstrueux perchés sur les branches des arbres environnants, prêts à lancer d'autres missiles, une lueur de méchanceté dans le regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.forumactif.com
Jay Hatfield
Cinq

avatar


Messages : 59
Points d'expérience : 71
Date d'inscription : 16/01/2017

MessageJeu 7 Sep - 9:00


Elle regarda Richard, ce pauvre bougre ne pouvait désormais plus aller bien loin avec cette jambe et ce qui voulait dire qu'elles allaient devoir l'aider à se déplacer. Enfin bon, la situation pouvait pas être pire, non ? Parce que arrivé à ce point-là, Jay n'avait qu'une envie : foutre son camp le plus rapidement possible. Elle regarda Olivia s’atteler à la confection d'une attelle avant de s'approcher à son tour pour aider le chapelier à se lever, remarquant au passage qu'elle avait marché dans la peinture rose, ce qui la fit grogner. Elle acquiesça sans rechigner quand Richard lui demanda de l'aide, se sentant un peu comme un héros venant à la rescousse d'un citoyen. Bon la situation ne s'y prêter pas vraiment, mais ça la fit se sentit plus forte, surtout quand il lui parla de son marteau.

_ Non, j'viens de l'avoir, mais j'sais m'en servir.

Pas un clin d’œil, pas un sourire pour se moquer, toujours son impassibilité  graver sur son visage, comme pour dire "si tu me la fais à l'envers, j'te brise l'autre jambe ducon". Rassuré, m'sieur Richard ? Vous avez intérêt. Alors sans entre une seconde de plus, Jay se mit en marche dans la direction que lui avait indiquée Olivia, ne se brusquant pas pour ne pas faire de mal au chapelier et tentant tant bien que mal de ne pas se prendre les pieds dans des racines.

Plus ils s'avançaient, plus Jay se sentait en sécurité, la tempête semblait avait diminué sans pour autant ne plus paraître comme un danger, ce qui la rassura un minimum. Elle soupira de soulagement, commençant à relâcher un peu de pression. Mais soudainement sans s'y attendre, quelque chose passa tout près de son oreille, ce qui la fit tressaillir et elle manqua de perdre pied.

_ Merde c'était quoi ça !

Elle se tourna brusquement pour voir d'où venait le projectile mais ne trouva pas la personne qui en était le lanceur. Puis une pierre vola droit dans sa direction, manquant de lui fracasser le visage, suivit d'une branche et une pluie de projectiles s'abattit alors sur eux, ils étaient clairement attaqués par quelque chose. Enfin, des bruits parvinrent à ses oreilles et lorsqu'elle leva les yeux en direction du sommet des arbres, elle put voir des taches sombres grouiller dans les feuillages et commençant à pousser des cris. Elle en avait déjà vu, ces putains de singes voraces.

_  Fait chier ! On s'tire, et vite !

Ni une ni deux, Jay pressa le pas, supportant toujours Richard du mieux qu'elle le pouvait, mais elle savait qu'il lui était impossible d'esquiver les projectiles vu que les singes se trouvaient au-dessus d'elle. Ainsi et comme elle s'y attendait, elle se reçut une roche plutôt massive droit dans la tête, ce qui la déstabilisa et la fit tomber. Elle grogna de douleur, se tenant l'arrière du crâne et sentant un liquide lui couler entre les doigts, elle avait commencé à saigner. Elle cracha un juron et tenta de se relever en prenant appuie contre un arbre mais vu que sa vision s'était embrumée, quand elle voulut reprendre sa course, elle trébucha à nouveau.

En rage, elle frappa du poing contre la terre et se releva quand même sans attendre une seconde de plus, faisant signe aux autres de continuer à courir. Elle n'allait certainement pas se laisser tabasser par la bande à Tarzan. Alors elle saisit son marteau tout en suivant les deux autres en titubant, prête à dégommer le premier macaque qui viendrait au corps-à-corps.

EVENT

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Stash
Deux

avatar


Messages : 21
Points d'expérience : 24
Date d'inscription : 02/06/2017
Age : 20
Localisation : Cachée

MessageDim 17 Sep - 23:51
Je laissai Richard qui, trop obstiné, avait refusé mon aide se débrouiller avec Jay. La pauvre. À voir son visage, je supposais qu’elle aussi avait bien envie de laisser notre cher handicapé de service se débrouiller seul. Je pris les devants et les guidai vers l’endroit où les arbres ne tombaient plus. Ça serait probablement un bon endroit où se reposer et où figurer comment porter plus efficacement Richard.

Après une bonne minute de marche, nous étions arrivés dans la section plus calme de la forêt. Enfin, calme était un grand mot sachant que le tonnerre grondait, que la pluie abondait et que le vent, très puissant, nous envoyait des cocottes et des roches en pleine tête une fois de temps en temps… Wait… Des roches ?! J’entendis Jay jurer derrière moi. Elle aussi s’était rendue compte que quelque chose clochait. Je m’arrêtai et scrutai les branches des arbres dans le but de trouver qui pouvait bien être le con qui nous lançait des pierres.

Je n’eus même pas le temps de voir plus qu’un rapide mouvement du coin de l’oeil qu’on se faisait déjà mitrailler de toutes parts. Jay se mit à courir. Je la laissai prendre les devants en me disant que ce serait elle qui se ferait le plus viser par les missiles. Si en plus il fallait qu’on tombe sur des pièges, autant que ce soit quelqu’un d’autre qui se fasse baiser.

J’aurais bien aimé que mon hypothèse s’avère vraie, mais la vérité était que je me prenais autant de projectiles que Jay et Richard. Encore une chance qu’il ne semblait y avoir aucun piège dans cette forêt. Nos assaillants n’étaient peut-être pas si intelligents que cela. Probablement comme ces hommes machos et brutes qu’on trouvait un peu partout dans le bâtiment des sports de l’université.

Jay se prit une roche dans la tête et tomba au sol, entraînant Richard dans sa chute. Malheureusement pour moi qui les suivait de près, je n’eus pas le temps d’éviter les deux obstacles qui venaient de s’écraser devant moi. Je me pris les pieds sur la jambe valide de Richard et m’étalai au sol à mon tour. Jay, mal en point, peina à se relever et nous dit de s’enfuir sans elle. OKAY ! Ce n’était certainement pas moi qui allait jouer aux héros. Je trouvai une branche d’arbre assez solide pour faire une béquille, la lançai à Richard et m’enfuis sans même l’aider à se relever. Avec de la chance, les assaillants s’acharneraient sur eux et non sur moi, ce qui me permettrait de m’enfuir. Ces deux-là pouvaient bien crever. L’important c’était que je reste en vie.

Jay ET Richard étaient blessés. À ce rythme, ils allaient m’entraîner dans la merde avec eux alors aussi bien les abandonner. Je saisis une autre branche au sol, espérant que cela m’aiderait à me défendre. J’eus bien raison de la prendre. Il ne fallut pas beaucoup de temps avant qu’un monstre humanoïde poilu se dresse devant moi, des roches à la main. Maintenant que je voyais ce grand singe ayant l’air de s’être fait rouler dessus par une voiture, je me disais que ma comparaison avec les gars de l’équipe de football n’était pas si irréaliste au final.

De toutes mes forces, je brandis mon bâton pour frapper le monstre. Ce dernier attrapa mon arme de fortune et me l’arracha des mains. Moment de silence.

- … Fuck…

Je me mis à courir le plus vite que je pus pour le semer. Le singe me lança une roche par la tête et je tombai au sol, déboulant à toute vitesse une petite côte boueuse que je n’avais pas remarquée avant. En fait, sans m’en rendre compte, je m’étais retrouvée dans un petit plateau embrumé. Je me cachai derrière un buisson, en espérant que le singe me perdrait de vue dans le brouillard.
Jay était en train de se battre contre ces singes, Richard s’était sûrement fait tuer et j’allais encore me faire bouffer par une bête dans un futur rapproché… On était mals.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard de Vermont
Deux

avatar


Messages : 34
Points d'expérience : 9
Date d'inscription : 01/06/2017

MessageVen 22 Sep - 20:52
Même s’il a l’impression qu’il ne s’appuie pas contre une bonne personne, Richard se dit qu’il a fait le bon choix.  Après tout, il ne fera jamais de mal à qui que ce soit.  Jamais au grand jamais!  Jay n’a rien à craindre de lui, mais reste que son visage très sérieux qu'elle a pris lorsqu’elle lui a répondu ne l’a pas rassuré.  Mais encore une fois, il se dit qu’elle ne fera rien contre lui.  Il voit bien qu’elle est aimable avec lui : elle va à sa vitesse à lui et fait même attention à où elle met les pieds.  C’est la plus gentille des choses pour un pauvre nouvellement handicapé comme Richard.  Il aimerait bien lui faire des éloges, mais tout ce qui sort de sa bouche est des gémissements de douleurs.

Lorsque qu’il la voit se prendre une roche derrière la tête, il est sur le point de lui demander si tout va bien quand à son tour il reçoit un projectile.  C’est son chapeau qui prend le coup, mais le chapelier le rattrape agilement.  Ses vêtements peuvent s’abîmer, se salir et même se déchirer, mais hors de question que son chapeau rentre en contact avec le sol humide de la forêt.   C'est tout simplement hors de question.

Ils tentent de se sauver, mais les individus les pourchassent tout en leur lançant des roches, des pierres et des cocottes de pin.  N’ayant pas le choix de suivre Jay, il sait que son état ne peut pas les défendre, mais prend tout de peine la peine de lever la tête pour jeter :

-Laissez-nous tranquille, sales voyous!  Vous devriez avoir honte de votre – MONSTRE!?!

Effectivement, les malfaiteurs étaient des bêtes monstrueuses.  Cette fois-ci, le chapelier peut jurer qu’ils ressemblent à des singes, comparés à celui qui se trouvait à l’hôpital.  Il a peine le temps de les définir qu’il voit une grosse pierre décoller vers lui.  Il ferme les yeux très forts, pleurant déjà pour son beau visage.  Le bruit du choc se fit à côté de lui, et il se risqua à ouvrir un œil.  C'est Jay reçoit la roche en plein dans la tête.  Il aimerait rire de soulagement pour avoir été épargné, mais il se fait emporter dans la chute de Jay.  Face contre terre, il serre les dents en sentant la douleur redevenir intense dans sa jambe.  Des monstres qui les lapident, une jambe cassée, une seconde chute : les choses ne peuvent pas être pire…ah oui, elles le peuvent.  Olivia vient de trébucher contre la jambe de Richard.  Au moins, c’était celle en bon état, mais le moindre contact avec cette femme le fait un peu souffrir au plus profond de lui.  Elle et Jay se relèvent, la première pour prendre la fuite et la deuxième pour combattre les primates.  Quel suicide, les combattre, ne put s’empêcher de penser Richard.  La pauvre, elle ne devrait pas sacrifier sa vie pour cette lâche d’Olivia.  Ni pour lui, mais exceptionnellement, il n’y dirait pas non si elle le sort de ce mauvais pas.  Bien sûr, elle est trop occupée à braver les monstres avec son marteau.  Elle devrait être correcte si?  Au moins elle sait se servir de son outil, c’est elle-même qui l’a dit.

Quant lui, il est toujours à terre.  Il ne bouge pas, il a abandonné dès qu'il a touché le sol.  Il reste là, se sentant misérable.  Il l’est : ses vêtements sont sales et vont finir par devenir des loques de pouilleux si ça continue.  Il a une jambe cassée, il se fait attaquer par des animaux sauvages, il a dû survivre à un ouragan, à des monstres et il s’est fait kidnapper pour vivre tout ça.  Quelle cruauté!  Quelle tragédie!  On pourrait dire qu’il n’y a plus d’espoir. Alors que Stash lui lance une branche, il ne fait même pas d'effort pour la saisir.  Prudemment, il ramène sa bonne jambe vers son torse.  Il se met le plus possible en boule, et fait juste murmurer à répétition :

-Je veux rentrer je veux rentrer je veux rentrer je veux rentrer je veux rentrer…

Il ne bouge pas d’un poil, même sa barbichette ne remue pas.  Il laisse quelques larmes couler silencieusement, mais ne sanglote pas.  Il ne lui sert plus rien de pleurer autant sur son sort, surtout qu’il ne fait qu’attendre la mort.   Il écoute Olivia et Jay se défendre sans vraiment les entendre.  Il attend de se faire martyriser quand soudain il comprend.  Il doit prendre toutes ses forces et toute sa volonté pour se retenir de sourire ou même rire.

Les monstres ne lui lancent pas de roches.  Ils doivent penser qu’il est mort.  Le chapelier ne peut pas leur en vouloir, il a bien cru qu’il l’était déjà.  Il ne retient pas sa respiration, il fait juste la ralentir le plus possible et ne doit pas trop sa poitrine.  Il doit rester calme…c’est plus dur que ce qu’il pensait.  Il ne doit pas paniquer, mais il doit aussi calmer sa joie parce qu’il est encore vivant et qu’il a peut-être une chance de s’en sortir.  Mais savoir que sa vie est en jeu l’aide beaucoup et il réussit à jouer le rôle du cadavre.  Il ignore combien de temps il doit rester inerte dans cette position, mais il va attendre aussi longtemps qu’il le faut.  Il ne peut même pas voir ce qu’il se passe, avec son visage faisant face à la terre.  Au moins, il peut cligner des yeux et même parler à voix très basse, étant donné qu’avec tout le vacarme et la distance les singes devraient avoir de la difficulté à l’entendre.  Puis il pense à son pot de peinture.  Une des demoiselles pourraient le prendre pour se défendre.  Il murmure de façon presque inaudible :

-Mesdemoiselles…prenez le seau…pour vous aider…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jay Hatfield
Cinq

avatar


Messages : 59
Points d'expérience : 71
Date d'inscription : 16/01/2017

MessageDim 29 Oct - 22:57


Putain, putain, PUTAIN.

Le marteau vint se loger dans une première mâchoire, la décrochant du crâne comme on disloquerait un pantin. Une giclée de sang lui colora le visage, qu'elle s'empressa d'enlever avec le revers de la main, lui laissant une longue trace rouge qui se mélangea à l'encre noire. Ses mains, tenant fermement le marteau, tremblaient de peur et l'adrénaline lui permettait de ne pas s'écrouler de fatigue. Brandissant son arme, Jay assena un violent coup à un deuxième primate qui s'était jeté dans sa direction, lui éclatant un œil et la boîte crânienne dans un terrible craquement qui lui donna des frissons.

Remarquant que la jeune fille avait pris la fuite, Jay se dit qu'il était mieux pour elle de partir maintenant et de trouver une cachette, elle ne savait pas si d'autres bestioles allaient rappliquer. Enfin, quand elle voulut s'enfuir, elle aperçut le corps de Richard, gisant au sol et ne donnant aucun signe de vie. Merde, il était mort ? Le Carreau s'approcha pour constater et entendu enfin un vague murmure émanant de la bouche de Richard, lui donnant la preuve qu'il était bien vivant. Il lui parla du seau, qu'elle vu juste à côté de lui. Le saisissant rapidement, elle ne due pas attendre longtemps pour l'utiliser quand elle entendu un vif cri dans son dos, la forçant à se retourner brusquement. Dans son élan, elle envoya voler le seau de peinture droit sur un singe qui s'apprêtait à leur sauter dessus. La bestiole, saisissant le seau dans la gueule, fut assez déstabilisée pour ne pas faire attention à Jay qui lui fonça dessus, le frappant violemment sur un coin du crâne jusqu'à le fracturer et laisser s'échapper un gargouillis de sang et de chair. Le corps du monstre tomba lourdement à ses pieds, un flux sanguin se répandant sur la terre.

Mais son repos fut de courte durée quand elle entendit de nouveau des cris, et plusieurs encore. Voyant que Richard n'avait rien, Jay prit alors la décision de partir sans lui, il saurait très bien se débrouiller en continuant à faire le mort, elle se risquait à les mettre en danger tous les deux si elle restait avec lui. Ce n'était plus le moment de réfléchir quand les branches au-dessus d'elle se mirent à craquer, elle fila alors à toute vitesse à travers les bois.

Courir était bien plus compliqué sans devoir soutenir un blessé, il fallait être vif et faire attention, mais Jay ne pouvait pas se donner la peine d'être prudente, les monstres n'étaient pas bien loin de sa position, elle pouvait encore entendre les cris. Mais quelque chose lui sauta aux yeux, un étrange brouillard avait commencé à prendre possession du lieu, l'entourant rapidement et complètement, si bien qu'elle fut perdue dans les secondes qui suivirent. Sautant par-dessus un tronc, elle eut une mauvaise surprise quand son pied se prit dans un trou, la faisant tomber de tout son long. Elle constata rapidement qu'il y avait un certain espace sous le tronc, un large trou, assez grand pour la cacher le temps que le calme revienne. Grattant pour enlever la masse de feuilles et de branches cassées, Jay se faufila alors sous le tronc, ne bougeant plus un seul membre. Les craquements des branches se firent entendre au-dessus d'elle, puis des grognements et de petits cris et enfin, au bout de plusieurs minutes qui furent très longues, un silence s'installa.

Elle n'osait pas sortir, elle s'attendait très bien à voir des silhouettes dans les arbres mais quand elle fut sûre de ne plus rien entendre si ce n'est le vent, elle s'extirpa difficilement de sa cachette, enfonçant ses doigts dans la terre pour se tirer de là. En effet, il n'y avait plus personne dans les environs, pas une bête et pas un humain. Elle n'osait pas crier, de peur d'attirer les primates. Se mettant à marcher dans la direction qu'elle avait suivi tantôt, elle siffla une première fois, puis une seconde, essayant d'attirer l'attention de quelqu'un. Il devait bien y avoir une personne dans les environs, non ?

EVENT

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Stash
Deux

avatar


Messages : 21
Points d'expérience : 24
Date d'inscription : 02/06/2017
Age : 20
Localisation : Cachée

MessageSam 11 Nov - 20:19
Le silence semblait tomber sur la forêt. Je n’entendais presque plus les singes crier ce qui voulait soit dire qu’ils étaient partis, soit dire qu’ils nous préparaient une embuscade ou un truc du genre. Ces sales rapaces étaient capables de tout. Je restai cachée sous les buissons pendant un bon moment, espérant que les bêtes étaient bel et bien parties. Un long moment passa et j’avais bien failli m’endormir avant que je ne crusse entendre un sifflement au loin. Un autre retentit quelques secondes plus tard, confirmant ce que j’avais entendu plus tôt. Ma première pensée fut que Jay ou Richard se promenaient dans le coin, mais le doute s’immisça dans mon esprit. Et si c’était un singe qui voulait me leurrer hors de ma cachette ? Dans ce cas, j’étais mieux de rester cachée.

J’entendais quelque chose se mouvoir dans ma direction. Je retins mon souffle, réalisant que si la créature s’approchait trop, elle pourrait me voir… J’allais sûrement devoir attaquer en premier dans ce cas. Comme cela, j’aurais une chance de m’enfuir. Après tout, je n’entendais les bruits que d’une créature, alors j’aurais peut-être une chance de semer le monstre. Tapie entre les feuilles, j’attendis le moment parfait. Une masse sombre s'abattit près de moi. Ni une, ni deux, je saisis ce qui me sembla être une jambe et la tirai violemment vers moi pour faire tomber ce qui était là. Mon petit cahier inutile en main, j’allais frapper le monstre quand je vis que j’avais attaqué Jay et qu’il n’y avait aucune trace de monstre autour de moi.

Je soupirai, relâchant la jambe de la jeune femme. J’avais stressé pour rien.

- Ouf, j’ai failli te prendre pour un singe.

Je m’assis au sol, prenant le temps de bien m’étirer. Mine de rien, j’avais passé beaucoup de temps dans une position inconfortable. C’était mauvais pour le dos. Je regardai autour de nous, ne voyant absolument rien mis à part une épaisse couche de brouillard. Je demandai alors à Jay :

- Et Richard ? Il est mort ou on l’abandonne ?

Franchement, ça m’arrangeait qu’il ne soit pas dans les alentours. Si ce n’était pas de lui qui nous ralentissait, nous aurions sûrement pu fuir les singes sans grands problèmes. De mon côté, j’étais totalement prête à le laisser pourrir dans la forêt si ça voulait dire que je pouvais rentrer à la ville en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Richard de Vermont
Deux

avatar


Messages : 34
Points d'expérience : 9
Date d'inscription : 01/06/2017

MessageMer 22 Nov - 12:15
Il n’a rien d’autre à faire que d’observer un peu le combat de Jay, et ça ne prend pas de temps avant qu’il détourne le regard, dégoûté par ce qu’il a vu.  Tout ce sang et tous les visages brisés et souillés de rouge, Richard ne veut plus les voir.  Il regrette d’avoir été curieux sur le coup, et maintenant il ferme les yeux très fort en espérant de pouvoir se séparer complètement de ce qui se passe.  Mais les sons…les sons d’os cassés, de cris agonisants et de crânes défoncées lui parviennent malgré lui. Quant aux odeurs pestilentielles, elles lui donnent le tournis. Si ce n’est pas ça qui va lui donner la nausée, c’est bien ce primate qui s’écroule juste à côté de lui.  Écoutant ce bruit aussi prêt et sentant cette odeur infecte , c’est un réflexe d’ouvrir les yeux subitement et regarder avec hébétement la créature qui gît à ses côtés, le regard déjà vitreux.  Il ne peut s’empêcher que d’apporter une main à sa bouche et à son nez, et dans son effroi il regrette son geste.  Et si les monstres l’ont vu bougé?  Peut-être qu’ils se sont rendus compte de rien, ils doivent être tellement préoccupés avec Jay qui se défend comme une furie.  Ses yeux ne se détachent pas du cadavre, qui a le crâne ouvert où le sang et la chair s’échappent allègrement.  Il sent son cœur se retourner dans tous les sens et lui monter dans la gorge, mais il garde le tout à l’intérieur.  Le temps n’est vraiment pas aux vomissements…

Il finit par fermer les yeux et prie mentalement avec ferveur.  Il ne priait pas beaucoup à la base, croyant que Dieu pardonnera une de ses plus merveilleuses créations si elle ne prie pas tous les jours.  Mais présentement, Richard manque d’espoir.  Ses prières deviennent bientôt des supplications de rentrer à la maison.  Puis d’être dans son atelier.  Puis d’avoir des vêtements propres et de la nourriture de qualité.  Puis d’être avec Pearl.  Mais le tout sous forme de murmure et de chuchotement inaudibles, mais ô combien désespérés.

Puis, lentement, tous les bruits semblent s’évanouir autour du chapelier.  Il se risque à ouvrir un œil, pour s’apercevoir qu’un épais brouillard blanc s’est formé, si épais qu’il ne voit que le bout du nez du primate face à lui.  Il tend l’oreille, en quête de quelque signe de danger.  Tout semble si loin de lui.  Il se rend à l’évidence que tout le monde est parti, et immédiatement :

-Bweeuaarrgh!...Khof khof...aaark…

Le goût amère et dégoûtant de la bile dans la bouche, il saisit une feuille morte pour s’essuyer la bouche et pense à Jay : elle a dû faire comme Olivia et a pris la fuite.  Il aurait aimé qu’elle sort vainqueur de ce grand combat et que de ce fait elle lui sauve la vie.  Mais elle a fait ce qu’elle put, et peut-être que les monstres l’ont attrapée.  Peut-être pas, mais Richard a le mauvais pressentiment qu’elle va se faire attraper.  Il en pense de même pour Olivia.  Cela peut sembler absurde de s’inquiéter pour cette jeune femme pour qui il ressent plein de mépris à son égard, mais Richard ne reste pas indifférent à la mort, et la trouve bien tragique pour n’importe qui.  Il se surprend à prier un peu pour les deux jeunes demoiselles maintenant.

C’est avec ces pensées un peu pessimistes qu’il cherche à tâtons le bâton qu’Olivia lui avait jeté avant de prendre la poudre d’escampette.  Quand ses doigts le touchent, ils s’enroulent automatiquement autour de celui-ci, et Richard décide de se relever.  Il essaye une fois, et le seul résultat qui en ressort est des gémissements de douleur.  

-Je ne peux pas me relever tout seul.  Si seulement quelqu’un pouvait m’aider…

Il attend une minute, attendant que par miracle quelqu’un apparaisse réellement et l’aide à se remettre debout.  Mais personne ne vient.  Il rampe donc dans la direction opposée du cadavre, ne supportant plus depuis longtemps de ce corps malodorant.  Quand il tombe nez à nez avec un arbre, il l’utilise comme appui pour se remettre sur ses deux jambes.  Le processus est terriblement long, et Richard fait exprès de prendre son temps, évitant le plus de gestes brusques possibles.  II y parvient finalement, et à l’aide de sa canne rudimentaire, il se met à avancer prudemment.  Il n’a aucune idée d’où il doit aller.  Il croit entendre des bribes de conversation, mais en prêtant plus d’attention, il vient à la conclusion que ce n’était que son imagination, et que s’il n’avait rien imaginé, il ferait mieux de se diriger ailleurs.  Selon lui, il y a autant de chance que c’était Jay ou Olivia qu’elles avaient de chance de survivre.  

Il se rend vite compte que marcher dans le brouillard n’est pas une chose facile, vu que c’est impossible de voir où il faut mettre le pied.  Si bien qu’il tombe quatre fois avant de décider de rester au sol et de ramper.  S’il se fatigue au moins, il ne s’écroula pas pathétiquement, puisqu’il est déjà au sol.  Il trouve actuellement cela plus facile que marcher, mais bien plus humiliant.  Il est content qu’il n’y ait personne pour le trouver.  De plus, si les singes reviennent, ils ne le verront pas à cause du brouillard.  C’est déjà ça, mais il reste honteux de son état.  Très honteux.  Être seul à son compte lui laisse le temps de prendre de plus amples réflexions à son état, qu’il finir par se conclure très lamentable et misérable.  S’adressant à lui-même, il parle tout bas :

-Mon Dieu, je suis plus pathétique qu’une vulgaire limace!  Je rampe même comme cet insecte gluant, comme j’ai honte!  Si quelqu’un venait soudainement je…je crois que je lui demanderai de fermer les yeux et que s’il préfère me regarder pour me mépriser ensuite, je le supplierai de m’achever afin que je puisse conserver le peu de dignité qu’il me reste.

Il hoqueta de surprise en s’entendant dire cela.  Il a toujours été d’une dignité remarquable, et maintenant il dit qu’il est prêt à mourir avant de ne plus en avoir?  Comme en est-il arrivé là?  Ce n’est pas de sa faute, cette série de folies ne l’a jamais été, mais il en subissait quand même les conséquences.  Il se sent sale à cause des choses qu’il a vues et de ses vêtements sales et trempés, alors que son chapeau est celui qui a le moins de dommage.  Il a chaud sous l’effort et à cause du rouge de son visage.  Il a aussi froid car il se sent seul, en danger de mort et abandonné.  Oui, l’abandon n’a jamais cessé de le hanter depuis son arrivée, et maintenant il se sent las de persister à vivre, alors que tout le monde s’en va.  Il n’a jamais autant ressenti le besoin d’avoir la compagnie de quelqu’un.  Peut-être est-ce parce qu’il a l’impression que c’est la fin pour lui?  Oui, c’est fini, il n’en peut plus.  Il ne lui reste plus qu’à attendre la mort, au lieu de la fuir.  À quoi bon la fuir en rampant comme il le fait?

-Moi qui était si fier d’être vivant dans un endroit qui ressemble à l’enfer, je croyais qu’échapper la mort était une bonne chose, mais peut-être que c’est le contraire en fait.  Je suis déjà condamné de toutes façons, alors aussi bien de mourir dans la plus grande tranquillité si possible.

Il rentre en contact avec des racines déformées et très massives, et fait un effort incroyable, alors qu’il ne veut plus en faire, pour s’installer entre deux.  Ce n’est pas aussi confortable qu’il l’aurait cru, mais ça fera l’affaire, il suppose.  Ces racines sont drôlement lisses, on dirait presque qu’elles ont été sculptées pour faire une palissade. Il se cogne le genou à une autre racine qui est perpendiculaire aux deux autres. Il ne peut vraiment rien voir, avec ce foutu brouillard.  Il se place pour être le plus à son aise, et attends la mort.  Le bâton serré contre sa poitrine, il ferme les yeux et attends.

Presque instantanément, il s’endort et commence même à ronfler, la bouche grande ouverte.  Il n’a pas la moindre idée qu’en fait il s’est assoupi dans une barque qui se trouvait au pied d’un arbre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
[Event #2] ÉTAPE 3.2 : Chemin 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Event N°1 • Foule au chemin de traverse
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Plateau :: Océan :: L'île oubliée-
Sauter vers: