Leet Saddler
Cinq

avatar


Messages : 29
Points d'expérience : 64
Date d'inscription : 17/01/2017

MessageJeu 13 Juil - 20:21
Il faut l'admettre, la base du clan des Piques est pas mal foutue. Du moins, pour un refuge tenu par ces deux abrutis que sont Anarchangel Alexanderson et peut-être-mais-probablement-pas Alvaro Suarez, c'est très décent et un minimum organisé. Comme s'est empressé de nous avertir le plus maigre des deux, par contre, c'est encore très sale et en désordre depuis l'attaque de monstres, donc ils nous demandent d'être indulgents. Bien sûr, il faut leur donner une chance, vu les cadavres de lapins qui traînent un peu partout, le sang séché qui tache sur les murs, les morceaux de bois éclatés sur le plancher et… oh bon sang, l’odeur! Des petits corps poilus en décomposition, du chlore plein le nez et… non… je sais c’est quoi, mais je refuse de l’admettre! Ça, c’est inacceptable! Je n’ai jamais connu pire odeur et je viens de passer plusieurs heures emmitouflé dans une peau de sanglier pas lavé! Des sauvages! Des vrais sauvages!

Mais bien heureusement, Ryan et moi jouons notre rôle à merveille. On aide là où on le peut, on apprend à connaître un peu mieux nos hôtes, on rend la place plus agréable, on explore les alentours, on reprend des forces, on ne se quitte pas d’une semelle, on cherche les failles, les meilleures façons de ne pas se faire tuer, que ce soit par accident ou pas…
Et quand personne ne regarde, pas même Ryan, je vole des trucs.

Pas grand-chose, hein! Du moins, pas au début. Un morceau de papier ici, un bout de ficelle là, juste pour tâter le terrain, voir s’ils le remarqueront, les habituer au fait que des fois, certaines choses font juste disparaître sans raison. Et après, je me permets d’être plus ambitieux. Un morceau de nourriture. Un trombone taché de sang. Même une carte du Plateau, à un moment! Voilà qui peut être très, très pratique! Les poches du manteau emprunté au capitaine Suarez se remplissent vite, il va bientôt falloir trouver un endroit où cacher tout ça.
Bientôt, on sera prêt à partir. Rester ici plus longtemps que nécessaire va finir par me rendre fou.

Avant, il faut continuer d’accomplir quelques besognes. C’est donc par un bon matin que nous rejoignons nos hôtes, Ryan et moi, pour leur faire part d’un tout petit problème…

-Ahem… Messieurs, si je dois passer une autre journée entouré de cadavres de lapin je vais devoir me tirer une balle dans la tête. Malheureusement, ce n’est pas une possibilité, manque de balle et d’arme pour les tirer obligé, nous devrions donc trouver une autre solution, surtout que je ne tiens pas réellement à mourir pour si peu. Tous ces petits cadavres ne peuvent pas rester ici.

Pour ponctuer mon propos, je me laisse tomber sur un des bancs de bois, qui a tôt fait de craquer de façon inquiétante sous mon poids. Après plusieurs secondes à évaluer si rester assis là est sécuritaire ou non, je poursuis :

-La viande est inutilisable, elle est là depuis trop longtemps et elle risque d’attirer des bactéries, si ce n’est pas déjà fait. Alors soit on brûle tout, soit on déporte les carcasses ailleurs, peut-être que ça pourrait attirer du meilleur gibier.


En assumant que les monstres seront comestibles, ce qui n’est pas certain mais déjà plus probable que pour nos amis les lapins qui, eux, ne sont plus mangeables depuis trop longtemps. Mais sinon, qu’est-ce qu’il y aurait d’autre à faire avec ces petites pestes mortes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Alvaro Suarez
Roi

avatar


Messages : 62
Points d'expérience : 118
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageMar 18 Juil - 21:17
C’est triste, Sugar Skull a bien raison, mais il m’énerve.  Je ne sais pas pourquoi, je suppose qu’il parle juste trop.  Je l’ai quand même interrompu pour lui suggérer de l’achever avec ma bilboa puisqu’il n’a pas de pistolet, mais il a quand même poursuivi.  N’empêche qu’il marque un point : il faut se débarrasser des cadavres.  Ça pue, c’est dans le chemin et j’haïs les buns.  Je suis surpris que je n’aie pas réagi plus tôt.  Je suppose que je voulais être chaleureux avec les Trèfles pour qui nous fassent plus confiance.  C’est déjà un bon départ qu’ils soient restés aussi longtemps.  Je leur ai beaucoup tenu compagnie, je leur ai beaucoup parlé et raconté des histoires pour passer le temps.  En plus ils nous ont aidés à rénover notre base, alors tout a retrouvé sa nature d’avant bien plus vite que j’avais anticipé.  Hé, on ne dit pas pour rien que plus on est, mieux c’est.  Bon, la base fait pas très naturelle avec les cadavres, mais on est en train d’en discuter.

-Aye…mais on ne se débarrasse pas de tout.  Je suggère un tri, car même si la viande n’est plus mangeable, certains cadavres sont encore profitables.  

Je poursuis :

-On pourra dépecer ceux dont la fourrure est encore en bon état.  Ça pourra nous être utile si on les traite bien.  Et je veux garder les ossements aussi.  Je ne suis pas un sauvage, mais c’est que les os peuvent servir de matériel pour des situations futures que je connais pas encore.

J’en envoie un valser plus loin, puis je me frotte les mains.

-So!  J’aime bien le truc d’appât, alors je dis que ceux qu’on dépècera serviront d’appât en plus de ceux que l’on ne touchera pas du tout.  On ira nettoyer les os et les fourrures dans la rivière.  Ah et on lavera ta peau de bête, Leet, parce que mon manteau te va vraiment pas bien et je veux le ravoir bientôt.  

Le seul problème, c’est qu’on a juste une lame tranchante et c’est mon épée.  Les autres auront besoin de quoi de coupant.  Un bon morceau de verre ferait l’affaire.  Je leur fais signe que je reviens, je prends un des petits corps par les oreilles et je me dirige vers une des fenêtres du deuxième étage.  Une précise en fait, celle où Croc Sanguinaire s’était enfuie, costard premier.  J’espère bien ne pas la revoir celle-là.  Il reste encore des morceaux tranchants de verre sur tout le contour du cadre.  Je tire un des bancs rembourrés jusque sous la fenêtre, puis j’ouvre la gueule du cadavre.  À l’aide de ses dents, j’arrache quelques morceaux qui tombent sur le banc.  Je récoltent les plus beaux et je jette le cadavre par-dessus l’estrade, lâchant un «Wacth th’bun!».  Je reviens avec le verre et leur en distribue chacun un morceau.

-There! Avant de découper, on va ramener tous les cadavres dehors aux piscines et on fera le tri de ceux dont on voudra la peau et ceux dont on en voudra pas.  Leet et Ryan vont s’occuper des cadavres des piscines, Anar et moi on va s’occuper des patinoires.

Quand les Trèfles s’en vont à leur poste, je dis à Anar :

-Oye mate comment tu vas conserver la tête toi?  Parce que je te préviens je laisse pas ça pourrir dans le vestiaire.

_________________


We are wolves of the seaaaaa!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Miller
Sept

avatar


Messages : 42
Points d'expérience : 121
Date d'inscription : 13/01/2017
Age : 20
Localisation : En train d'embêter Leet

MessageLun 24 Juil - 1:06
Cela faisait beaucoup trop longtemps que Leet et moi étions coincés dans la base des Piques en compagnie d’un prétendu pirate et d’un collectionneur de têtes humaines. Sans parler des dizaines de cadavres de lapins qu’on retrouvait un peu partout. Nous avions déjà aidé Anar et Alvaro à reconstruire ou solidifier les structures grugées par les lapins lors de la vague de monstres un peu plus tôt, mais aucun ménage concret n’avait été fait. Pour tout dire, nous n’avions même pas pris la peine de tout rassembler en une seule location alors les cadavres pourrissaient un peu partout et l’odeur était infecte. Nous ne pouvions pas y échapper. N’importe qui aurait tout de suite pu dire que la base des Piques n’était habitée que par des hommes. Oui, oui ! Un vrai appartement de gars célibataires. C’est bien connu que la paresse l’emporte très souvent sur la saleté. Ça serait probablement resté comme ça si Leet n’avait pas décidé qu’il était plus que temps de faire le ménage, ce que personne ne pouvait nier. Il proposa de se débarrasser des carcasses autre part ou de les faire brûler. Alvaro relança en décidant que nous garderions tout ce qui pouvait être utile comme les os et la peau, puis nous servirions du reste pour attirer des monstres.

- Honnêtement, ça m’étonnerait que les bêtes se jettent sur de la viande pourrie. Aussi bien juste emmener les cadavres hors de la ville et les laisser pourrir là.

Alvaro assigna les tâches au groupe. Pendant que Leet et moi s’occuperions de la piscine, lui et Anarchangel nettoieraient le reste de la base. Alors ça… Hors de question que je commence à dépecer des lapins couverts de pisse et de chlore. Surtout si c’est la pisse de quelqu’un d’autre. Sans rien dire, je partis pour la piscine avec Leet. Rendus là-bas, je regardai Leet et lui déclarai :

- Moi, j’me met pas les mains dans du poil rempli de pisse. Je considère les carcasses dans la piscine comme des pertes totales. Du coup, il reste seulement à trouver comment les transporter ailleurs sans devoir faire une centaine de voyages.

Je regardai autour de moi, mais je ne vis pas grand chose d’utile pour transporter les lapins… Jusqu’à ce que mon regard se pose sur un gros bac qui semblait avoir autrefois conservé du chlore. Bien sûr ! Il devait y en avoir d’autres dans l’entrepôt de la piscine. J’allai y jeter un coup d’oeil pour savoir combien nous en avions. En y entrant, je vis directement trois bacs de chlore vides qui pouvaient contenir de 15 à 30 lapins chaques selon leur taille et leur forme. Je fis signe à Leet.

- Hey ! Je viens de trouver dans quoi mettre les lapins. On a quatre bacs de chlore vides en tout pour les transporter. Ça devrait être assez. Faudra peut-être faire un deuxième voyage, mais ça, c’est pas trop grave.

Sans plus tarder, j’allai chercher les bacs et je me mis à ramasser des lapins du bout des doigts, faisant bien attention de ne pas me mettre les mains dans les bouts qui semblaient sales. Je plaçai les lapins dans les bacs en me disant que si on osait me critiquer de ne pas avoir dépecé les lapins, je dirais à la personne qu’elle pouvait bien le faire elle-même. De toute façon, au nombre de lapins qu’on avait, ça ne ferait pas une si grosse différence d’en perdre quelques-uns.

Il ne fallut pas beaucoup de temps pour tout mettre dans les bacs. Si bien que j’eus le temps d’explorer l’entrepôt de la piscine, puis de trouver le moteur et la tuyauterie. Je retournai ensuite voir Leet pour lui dire qu’on ramènerait les bacs à Anar et Alvaro, car ils n’avaient sûrement pas encore trouvé dans quoi ils mettraient leurs appâts. Je pris les deux bacs que nous avions remplis et laissai Leet porter les deux autres à moitié remplis jusqu’aux Piques qui étaient probablement encore en train de scalper des lapins dans l’autre salle.

- Les gars ! J’ai trouvé des bacs pour les cadavres de lapins !


Dernière édition par Ryan Miller le Lun 7 Aoû - 1:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anarchangel Alexandersson
Deux

avatar


Messages : 65
Points d'expérience : 147
Date d'inscription : 16/01/2017
Age : 18

MessageLun 31 Juil - 14:43

Notre base était toujours un total mess, mais il fallait voir le bon côté des choses : Nous avons un style de décoration unique ! Peu de personnes peuvent se vanter d'avoir une centaine de carcasse de lapin étalé partout chez eux. Il y avait même une odeur qui donnait un charme au complexe. Les deux joyeux lurons nous ont aidé avec quelques réparations, nous avions chacun une tâche qui mettait à l'oeuvre nos forces. Le masqué réfléchissait aux moyens de restaurer la base, Riri réparait concrètement la base, Alvy parlait d'une langue incompréhensible en semblant un peu titillé et moi j'imaginais à quoi ressemblerais
une collection de 100 têtes dans le complexe. Tout le monde était content !

Vint finalement le temps à nos hôtes de se plaindre de nos déco... Et le capitaine semblait d'accord en plus ! Pourtant j'aimais bien passé du temps à causer avec les lapins morts ou a les admirer patauger dans ma pisse... Ce ne seront plus que des souvenirs alors...

-Parfait vous pouvez enlevez les lapins, mais laissez moi leur dire au revoir avant...

Je me dirigea vers la piscine remplis de lapin, baissa mon pantalon et pissa de nouveau sur le corps froids des lapins mort depuis bien longtemps. C'était un au revoir digne d'adversaire plus que redoutable. La pisse sentait de nouveau assez forte mais bon, pas mon problème !

Je retourna vers le groupe pile quand Alvy délimitait les lieux de nettoyages, les trèfles partirent vers la piscine tandis que le pirate et moi allions vers les patinoires.

-Oye mate comment tu vas conserver la tête toi?  Parce que je te préviens je laisse pas ça pourrir dans le vestiaire.

-Heuuuu... Ben pourquoi pas... ?

Il me regardait d'une expression blasé, pourtant je ne me foutait pas de sa gueule ! Voyant que ce n'était pas au gout du jour, je rajouta tout de suite :

-Oh ou sinon on peut la mettre... Sur ton lit ! Tu pourra admirer le visage de Samuel à chaque matin ! C'est pas génial ça !?

Oh oh, toujours pas satisfait... Pense vite Anar !

-Heuuu non je sais ! On va créer une étagère avec des dizaines de têtes ! Voilà c'est ça que je voulais dire.. Haha... Hahahaha !

Il poursuivi sa route vers les patinoires dans le but d'aller dépecer quelques lapins, ma réponse dû le convaincre assurément ! Je ''pokais'' quelques lapins avec une branche, ça serait un peu fâcheux si un d'entre eux n'était pas mort vous voyez. Il y en a toujours un  qui survit et qui te saute à la gueule pour te faire un jumpscare au moment où tu t'y attends le moins, mais pas cette fois-ci heureusement.

-AAAAHHHHHH!!!!

Eh bien, ÇA c'est le chiard ! Pas le chiard du genre ''une rue est barré'' là, le chiard du genre un putain de lapin qui atteris sur ta gueule, un lapin inanimé à part de ça ! S'en était quand même assez pour me faire courir dans tout les sens !

-Pmmhhoééé mmmmhhh oooooooovéééé !?!?!

Quand il te bloque la gueule c'est encore plus plaisant hen ! Je couru comme ça jusqu'à foncer sur un mur qui écrabouilla le lapin sur ma tête, la bonne nouvelle était qu'il était maintenant bel et bien mort, la mauvaise était que j'étais recouvert de sang... C'est certainement le captain qui m'avait lancé ça ! À mon tour je pris un lapin par terre et lança de toute mes forces en direction d'Alvy dans l'espoir de le faire taire un peu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leet Saddler
Cinq

avatar


Messages : 29
Points d'expérience : 64
Date d'inscription : 17/01/2017

MessageMar 5 Sep - 17:20
Tout le monde est d'accord avec ma proposition, qui est même accompagnée de l'idée du capitaine Suarez de récupérer certaines parties des carcasses comme les ossements et les peaux. Excellent, excellent! On passe pour des barbares, mais au moins on a de la ressource, et à moins que ça commence à se réchauffer dehors ou qu'on arrive à quitter la ville et rejoindre la civilisation assez vite, ces mesures extrêmes seront nécessaires. Si j'ai beaucoup d'espoir quant à une meilleure température, je me doute bien que nous sommes bien isolé du reste du monde, suffisamment pour qu'une aussi grande ville abandonnée et peuplée de bêtes sorties tout droit d'un cauchemar n'aie jamais fait la une nulle part. On dirait un scénario de science-fiction, on pourrait presque s'attendre à un grand complot gouvernemental où nous ne sommes que des cobayes ou simples sujets de test, mais ce n'est que de la fiction. Et à une telle échelle...
Pas impossible, peut-être. Juste hautement improbable. Et ça ne donne pas de réponse à tous les aspects.

-C'est ça, laissez-nous les plus dégueus...

Je marmonne sans vraiment parler assez fort pour être vraiment entendu. Pas parce qu'ils sont là depuis plus longtemps, ça j'aurais pu faire avec, mais surtout parce que c'est dans la piscine qu'Alvaro et Anarchangel ont fait leur petit numéro pour tuer un grand nombre de lapins, et l'odeur d'urine qui en a résulté flotte encore partout dans le complexe sportif. Dégoûtant et immature. Ces gars ont tous les talents. Mais bon, après avoir été soigné correctement j'ai pu récupérer mes gants, c'est moins pire... du moins c'est ce que je pense jusqu'à ce que je vois Anarchangel se diriger tristement vers la piscine. Et devant ce qui se passe, je ne garde pas mes remarques pour moi...

-Non non non! Bordel de merde Anarchangel, on se met les mains dedans après nous!

Calme-toi Leet, tu peux pas l'étrangler ou son captain va te couper en deux avant même que t'aies le temps d'expliquer. Après en avoir remis une couche sur les lapins dans la piscine, le Pique part faire sa part du boulot et je me retrouve seul avec Ryan, qui semble douter le plus de notre façon de faire. Si rien n'est certain pour la qualité de la viande, il y a peut-être des charognards dehors, il a plus raison quant à la qualité des fourrures, qui est maintenant moindre. Les os pourraient encore faire l'affaire, peut-être, mais si pour s'y rendre il faut toucher à ces lapins dégoûtants... Je m'approche de mon collègue, me tenant le front à une main.

-Urgh... d'accord, ceux-là y a plus grand chose à faire avec, si ça se trouve les os sont pas en bon état non plus. On largue ça dehors, les autres feront l'affaire.

Pendant que Ryan part à la recherche de quelque chose qui nous permettrait de transporter les carcasses, je reste autour de la piscine à examiner les environs. J'ai toujours eu bien du temps pour le faire, mais jamais seul. Maintenant je peux regarder s'il y a quelque chose d'utile à prendre, facile à enlever et à transporter. Ryan aura peut-être plus de chance dans l'entrepôt... je décide d'aller le rejoindre pour une autre inspection, et comme de fait il y a quelque chose de plus intéressant : un filtreur pour la piscine. Il est encore bien accroché et probablement rempli de sable, mais si on arrive à le prendre ça pourrait nous être extrêmement utile. Alors que mon collègue Trèfle part porter les chaudières qu'il a trouvé aux deux Piques, je le rattrape et lui saisis le bras pour le forcer à s'arrêter.

-C'est le temps de partir d'ici. J'ai déjà pris quelques trucs, mais on va avoir besoin du filtreur. Alors voilà ce qu'on va faire : On va leur porter leurs chaudières et on revient, mais j'irai porter les prochaines seul en disant qu'on fait du travail à la chaîne, pendant que toi tu récupéreras le filtreur. Si besoin, je vais les distraire le plus longtemps possible pour pas qu'ils reviennent de suite.  Ensuite je dirai à Alvaro que je peux laver ma peau de bête seul, tu viendras avec moi à la rivière sous prétexte de monter la garde et on pourra se barrer.

Voilà. Ça devrait être facile. Je relâche mon collègue et va chercher les chaudières restantes pour les laisser aux autres habitants du complexe, qui pendant ce temps-là n'ont pas chômé... mais qu'est-ce que je raconte? Ils parlent tête et se lance des lapins à la gueule. Il est vraiment temps de les fuir, si ça continue ça va finir par nous atteindre aussi. Mais l'appel de Ryan suffit à attirer leur attention et je finis de ponctuer son propos.

-On va les vider et on vous en laisse deux, ceux-là ça vaut pas la peine de les dépecer. Il nous en reste encore un peu, on va aller chercher ça.

Et je retourne vers les piscines avec Ryan pour mettre notre plan à exécution. Pendant qu'il s'occupe d'extraire le filtreur, je remplis une des chaudières de lapins et en ajoute un peu dans la deuxième avec de partir et de revenir pour continuer ma tâche, calculant ma vitesse le mieux possible pour donner l'impression qu'il y a vraiment quelqu'un qui travaille pendant que je ne suis pas là. Mais ce n'est pas suffisant. Il va falloir aller bavarder...

-Mais c'est vraiment ton truc les collections de tête ou quoi? Y en a qui collectionne des timbres et toi ta passion c'est les crânes humains? Est-ce que les fausses ça compte? T'as déjà pensé à faire un tour à "My Strange Addiction"? Ou non, laisse-moi deviner, tu viens du passé comme le capitaine ici et tu t'en sers pour marquer ton territoire. Enfin, vu ta carrure tu as dû vouloir et t'as pas été capable avant aujourd'hui. D'où le réflexe d'uriner sur ce qui t'appartiens... oh... tu pensais pas combiner les deux j'espère. Un peu de respect pour les morts, non mais, je souhaiterais même pas ça à mon pire ennemi! Et je dis pas ça comme ça, y en a des gars que j'aime pas et j'ai pas envie de leur faire ça! Même souhaiter la mort, c'est fort, une bonne baffe et on passe à autre chose! Okay, y en a que je les bafferais bien avec une chaise. Deux ou trois fois même. Y a même ce gars, Kyle, avec lui j'utiliserais peut-être une chaise électrifiée. Tu sais, ces gens qui te font faire des choses pour eux sans jamais vouloir que ça te rapporte? Ça c'est Kyle. Il te fait croire que tu travaille avec lui, mais tout ce que tu fais c'est travaillé pour lui, et y a pas de paiement, c'est trop un connard pour récompenser quelqu'un correctement!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Alvaro Suarez
Roi

avatar


Messages : 62
Points d'expérience : 118
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageVen 8 Sep - 23:09
Des fois, j’ai vraiment envie de laisser Anar crever.  Mais ce n’est pas que je l’aime pas le gars, mais qu’il est cooooooon!  Je sais qu’il est gentil mais bloody hell qu’il n’est pas bobbish lui!  Un vrai cake, un vrai crétin!  Il est innocent en plus, alors si je le laisse crever, il va se morfondre parce qu’il sera tout seul…oooooh il fera trop pitié je serai pas capable!  Pour être vraiment content de son sort, il faudrait que je le tabasse moi-même.  Je la lui fourrerais dans le cul, sa précieuse tête.  Je parle de celle de Samuel, bien évidement.  Celle d’Anar je pense que je la balancerais juste dans la mer.  J’ai une épée maintenant, je pourrais le faire n’importe quand…

Tout ça, c’est ce que je pense tandis qu’il essaie de me donner une bonne réponse à la question que je lui ai posée.  Je ne dis rien, je suis encore à mon dilemme de l’étriper ou de ne rien dire.  Je finis par lâcher :

-Mais mate, pourquoi tu veux commencer une collection de tête?  Je comprends que tu veux paraître intimidant mais c’est exagéré ton histoire!  Ye didn' even scuttle that cur! C’est même pas toi qui l’a…oh et puis laisse tomber.

Je le laisse faire son boulot et je m’en vais faire le mien.  Je commence un tri de ceux que je veux dépecer et ceux dont je veux me débarrasser.  Hé je pourrais mettre Anar dans la pile à brûler!  Mais non mais non, je n’y pense pas vraiment...Je continue mon travail dégoûtant, ramassant les corps avec dédain.  Les petites pestes puent, mais je les préfère bien mortes et pourrîtes.  Je tombe justement sur une que je reconnais : celle que j’avais utilisée comme massue.  Un souvenir quand même kickass de cette journée de merde, dites donc.  Anar aurait trouvé ça cool, c’est un peu triste qu’on n’ait pas pu se voir combattre.  J’aurai bien voulu m’installer dans les gradins, sirotant un docteur, et regarder Anarchangel se défendre et éliminer plein de buns mutants.  Je suis sûr que ça aurait pu être marrant…autant lui montrer le souvenir de mon combat solo, il va aimer ça.

-Oye Anar!  Regarde ce bun!


Je lui lance mon ancienne arme de fortune putréfiée, mais elle n’atterrit pas à ses pieds comme je l’avais souhaité.  Le cadavre lui tombe en plein dans le visage, et pour la suite, j’ai de la misère à me sentir mal pour le pauvre gars qui court partout en gesticulant avec un tas de chair morte dans la gueule.  Je ris, et quand je m’apprête à lui demander plus ou moins avec inquiétude s’il est correct, il m’en lance un en retour.  Enfin, il essaye…avec des résultats très médiocres…

-Arr arr arr! Mais c’était quoi ce lancer?  Franchement mate que t’as le bras stupide arr arr!  T’es même pas assez fort pour me lancer un cadavre de bête à grandes oreilles!  Ahahahah!

Je suis pris d’un fou rire énorme pour toutes les fois que je n’ai pas pu rire parce qu'à chaque je me souvenais que je suis dans un cauchemar réel.  C’est à ce moment exact que Sugarskull fait irruption dans la pièce.  Je le vois du coin de l’œil et j’essaye de lui expliquer ce qui se passe, crampé en deux, mais je suis incapable de me calmer.  Mais c’est correct, le Trèfle a trouvé la solution : il se met à parler.  Au début j’essaye poliment de l’écouter, mais je ne parviens même pas à me mordre la lèvre pour me taire.  Mais plus je l’entends, ce crâne d’œuf masqué, plus je me détends, jusqu’à ne plus sourire du tout, avec un regard dur qui aurait pu être de braise s’il n’était pas émeraude.  Il peut bien critiquer et moquer Anar sur ses habitudes, mais qu’il ne m’inclut pas là-dedans!  Oh non, il n’aurait pas dû, parce que j’en ai fuckin’ assez de son obstination de dire que je n’existe pas.  Fuck you, espèce de braggadocia, que j’ai envie de lui crier.  Tu ne sais absolument rien!  J’ai eu une vie, une vie avec des côtés souffrants et épiques en même temps, une carrière morbide et exaltante, et j’ai failli finir avec une épouse à mon bras!  Je sais ce que j’ai vécu, j’ai encore toutes les marques de mon passé.  Autant bien me dire que je ne suis rien, que je n’ai jamais rien vécu!  Que c’est moi le pauvre ignorant!

J’en ai ras-le-bol, je ne vais pas me lier amitié avec des chubs qui nous prennent pour des fous et qui disent que je ne suis pas la Peste Rouge.  Leur vue m’insupporte.  Je vous jure que si j’avais un pistolet à silex, je les aurais abattus sur le champs.  Ouais, on va se débarrasser de ces gars-là: se tenir avec eux ne nous avantage même pas et ils sont chiants comme c’est pas permis.  Pendant que Leet continuer de placoter, je traîne Anar à l’autre patinoire et je lui chuchote discrètement comme si rien n’était :

-Écoute-moi bien : je vais emmener Leet à la rivière et tu vas aller chercher Ryan pour l’y conduire aussi.  Dis-lui qu’on a un problème avec son mate, n’importe quoi, tant qu’il te suit.  Après on les abat au lac, on prend tout ce qu’ils ont et on se débarrasse de leurs corps, comme ça ils ne traîneront pas comme les petits monstres.  Ils sont des fardeaux pour nous, et s’ils ne peuvent pas nous faire confiance, eh bien on ne peut pas leur faire confiance non plus.

Je le laisse là, ramassant quelques lapins au passage comme si je continuais de faire ma besogne, puis lentement mais sûrement je rejoins Sugarskull pour lui dire :

-Ok mate I can nah loot it anymore.  Je veux mon manteau, mais comme promis, je te retourne ta fourrure.  Come, on va aller la nettoyer tout de suite, comme ça tout le monde sera content.


J’enroule mon bras autour de son cou et je le force ainsi à venir avec moi.  Au passage, je prends sa peau, qui traînait là.  Pendant que nous marchons vers le terrain de volley, je décide de discuter un peu avec, ye know, DE MA VIE.  

-Alors, tu me connais hein?  T’as lu ça dans des livres?  T’es chanceux de pouvoir lire, c’est pas donné à tout le monde, moi-même j’ai été très chanceux.  Mais dis-moi, si t’es aussi certain que je ne suis pas moi, tu peux répondre à ma question?  Est-ce qu’on parle aussi de Raja?  Une vraie beauté, la seule chose qui me fait croire aux anges.  Sais-tu ce qui est advenu d’elle?

S’il le sait, je veux absolument le savoir.  Je ne peux pas avoir des nouvelles de Raja autrement.  Qu’est-elle devenue?  D’un geste de la main, je balaie ce nuage gris de ma tête et je change de sujet alors que nous arrivons enfin au bord de la rivière.  Pour le distraire, je lui demande de répéter ce qu'il était venu nous dire tout à l'heure, prétendant de ne pas avoir tout compris, pendant que je nettoie sa peau de bête.

_________________


We are wolves of the seaaaaa!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Miller
Sept

avatar


Messages : 42
Points d'expérience : 121
Date d'inscription : 13/01/2017
Age : 20
Localisation : En train d'embêter Leet

MessageVen 10 Nov - 16:48
Leet quitta la pièce, me laissant avec la tâche de vider le filtreur de la piscine. Pas de problème. Je me mis à tirer sur les tuyaux en tentant de comprendre comment je pourrais démonter tout ça le plus vite possible. Je n’étais pas expert en filtreurs, mais j’étais très bon pour démolir des trucs. Il ne me fallu pas très longtemps pour que les tuyaux lâchent, me cédant ce que je voulais. Ni une, ni deux, je renversai le filtreur au sol pour le vider du sable qui était contenu à l’intérieur. De toute évidence, cette piscine n’avait pas servie depuis longtemps. Le sable était complètement sec alors que normalement il aurait été trempé. Je n’allais pas m’en plaindre. C’était définitivement plus facile à vider comme ça.

Je saisis le sable à plein bras pour le sortir du bac autant que possible. Je dû faire rouler le filtreur un peu partout pour éviter de me ramasser avec du sable jusque dans les fesses. J’étais déjà plein de sable, mais ce n'était pas une raison pour empirer mon cas. Au bout d’un bon cinq minutes, le contenant était complètement vide de sable. Je ne pouvais pas en dire autant de la salle des piscines, par contre. Le plancher était couvert de sable jusque dans l’entrepôt. Si ca m’avait prit cinq minutes pour effectuer ma tâche, Alvaro et Anarchangel devraient certainement passer quelques heures à épousseter la place pour ramasser mon dégât… Oh well !

J’aurais pu quitter la base à ce moment-là, sans rien faire… J’aurais pu. M’assurant que personne n’était autour, ce qui était peu probable connaissant la grande gueule de Leet, j’abaissai ma fermeture éclair et laissai un petit message d’amour à l’intention de mes hôtes. Bien que j’eus manqué de pisse pour écrire le message au complet, ne laissant qu’un simple “Send” auquel j’ajoutai un “nudes” avec mon pied dans le sable juste à côté, je remontai ma fermeture avec un sentiment de satisfaction.

Je pris ensuite le filtreur et me sauvai avant que quelqu'un ne me voit. À l’extérieur, je ne pris aucun risque et empruntai le chemin le plus compliqué possible pour me rendre jusqu’au cinéma. C’était pratiquement impossible qu’on m’ait suivi jusque dans cet endroit, car j’avais dû courir assez vite dans un chemin rempli d’obstacles et de détours. Je voulais bien prendre mon temps et me déplacer prudemment, mais je devais aller rejoindre Leet à la rivière dans peu de temps, alors je me dépêchait autant que possible.

Arrivé au cinéma, j’y cachai le bac à l’endroit où j’avais rangé toutes mes trouvailles du dépotoir,soit sous un écran déchiré qui pendait jusqu’au sol. Je fis le tour des lieux, m’assurant que rien n’avait changé depuis la dernière fois que j’étais venu, et je repartis. Ne me souciant aucunement de me faire voir pendant que je me dirigeais vers la rivière, je pris le chemin le plus court pour m’y rendre à ma connaissance. C’est après avoir couru quelques minutes à pleine vitesse que je m’arrêtai près de la rivière. Caché dans un coin, je pris le temps de reprendre mon souffle avant d’aller rejoindre Leet.

Alors que j’allais sortir de ma cachette, j’entendis des voix près de la rivière. Je m’arrêtai dans mon élan. Je savais bien que Leet aimait parler, mais pas au point de se parler à voix haute tout seul, quand même. Je glissai un coup d’oeil dans sa direction, constatant qu’il était avec Alvaro. Hé merde… Je ne pouvais décidément pas sortir de là avant qu’il ne parte. J’étais censé être à la base et puis j’avais encore du sable un peu partout sur moi bien que ma course en ait fait tombé la majorité. Bref, c’était louche, tout ça. Si je pouvais en passer une vite à Anarchangel en lui disant que j’étais tombé quelque part et que j’étais allé me rincer un peu, Alvaro ne goberait certainement pas cette histoire et il était hors de question que je lui dise qu’on avait volé leur filtreur de piscine en plus de laisser un beau dégât dans leur base.

Essuyant le plus de résidus de sable possible de mes vêtements, je me tapis en silence dans ma petite cachette et j’écoutai la conversation entre les deux hommes, attendant le moment opportun pour attraper Leet et me pousser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
Ménage de printemps [PV les 4 Fantastiques]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ménage de printemps 2011
» Ménage de printemps (en été)
» Recensement N°2: Ménage de printemps
» Ménage de printemps. [PW Ekyo]
» Kirk Mueller quitterait le CH au printemps .. !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Ville abandonnée :: Quartier Est :: ♠Complexe sportif♠-
Sauter vers: