Neil O'Learney
Deux

avatar


Messages : 4
Points d'expérience : 0
Date d'inscription : 04/06/2017

MessageLun 5 Juin - 18:31
Neil O'Learney
ft. LAS-T

Nom(s) :: O'Learney
Prénom(s) :: Neil
Surnom(s) :: Tu trouvera bien sans moi
Âge :: 22 ans, 5/06/1995
Sexe :: Masculin
Orientation sexuelle :: Ce qui l'arrange sur le moment
Nationalité :: Française, même s'il préfère son origine Irlandaise
Groupe désiré :: Que le staff bosse un peu ! Et m'aide à surtout à trouver, parce que je ne sais pas quelle partie prendre

Époque d'origine :: Contemporaine
Situation conjugale :: Il était vaguement en couple
Situation familiale :: Des parents et un animal de compagnie.
Ancienne profession :: Étudiant et vendeur à temps très partiel

(Vous pouvez distribuer 250 points)
Force :: 44/100
Vitesse :: 60/100
Endurance :: 70/100
Intelligence :: 76/100

Avis sur la situation :: Il n'a pas encore visité, mais... Un plateau de jeu, vraiment ? *-*
Avatar du personnage

Caractère

L'on vous dira que je suis un jeune homme charmant, toujours souriant et particulièrement serviable. Oui, j'aide les personnes en difficultés à traverser la route, j'ai même aidé un voisin à vider son camion de déménagement, je suis, était, bénévole à la SPA, j'apporte mon aide pour le soutien scolaire des élèves de primaires et je comptais également essayer d'aider pour les restaurants du cœur, mais c'est visiblement trop tard.  En bref, je suis serviable et dévoué à la cause du monde.

Beaucoup me décrivent également comme un romantique passionné, si Eloïse n'a rien compris, Elodie n'était pas insensible à mes charmes et à mon approche. Je lui apportais moult bouquets de fleurs, tantôt sauvages, tantôt d'un fleuriste. Parce qu'elle était fan du japon, j'ai pris soin de lui faire la saint-valentin comme ils le font, j'ai même appris quelques plats pour les lui préparer. Je lui ai ouvert mon cœur, même si j'espérais plutôt ouvrir celui de son père et obtenir une place dans sa boite.

Je suis sensible et à l'écoute, qui dans ma classe n'est pas venu me raconter ses petits malheurs pour que je l'aide à les résoudre ? Personne. Que veux-tu, mes conseils étaient avisés, mon écoute attentive, que demander de mieux ?

De la sincérité peut-être. Je ne suis rien de tout ça. Physiquement, je suis charmant, mais les goûts et les couleurs varient d'une personne à l'autre, mais moralement le suis-je ? Non. Les vieux donnent de l'argent quand tu les aides, je ne le fais que pour ça, jamais je ne voudrais les toucher si non. Ils sont vieux, sales et désagréables. Le voisin ? He ! Quoi de mieux que fouiller dans les affaires d'un type avec sa permission ? Et puis je devais me débarrasser du t-shirt souillé de sang de mon frère. Il n'avait pas raté de crétin d'Anthony, pas question d'attirer l'attention avec un haut tâché. Quant à la SPA, Eloïse était bénévole et sa mère bossait dans une boite plutôt intéressante. Je poursuis ou tu as compris que je préférais suivre mon intérêt avant celui des autres ?

Tu veux un résumé ? On me croit serviable, charmant, romantique, passionné, sincère, sensible et à l'écoute.
La vérité ? Je suis hypocrite, je te hais, je suis menteur, voleur et fière de l'être. Je n'estime personne.


Physique

Taille :: 1.83m
Poids et corpulence :: 76,3kg, corpulence moyenne, quelques fines traces de musculature
Teint de la peau :: Pâle, mais surtout par manque d'exposition au soleil

Yeux :: Vert pâle
Coupe et couleur des cheveux :: châtain clair. Blond en réalité, mais les bonds en prennent plein la tête, alors il a décidé qu'il était châtain clair. Coupe courte, mais assez longue pour que diverses mèches viennent lui taquiner le visage


Visage :: Plutôt en forme de triangle bas, fin.
Sourcils :: Moyen pour terminer fin

Particularités :: Trois bébés cicatrices blanches, souvenir de son appendice disparu.
Style de vêtement :: Majoritairement des jeans, bleu ou noir, et des hauts un peu ample et surtout avec des manches qui lui arrive sur les mains.
Emplacement du tatouage de clan :: Intérieur du poignet droit
Autres tatouages :: Nop

Épaules :: En accord avec sa corpulence moyenne
Mains :: Loin d'avoir des mains de forgeron, il a plutôt des mains de pianiste
Jambes :: Longues
Démarche :: Dépendante de l'image qu'il souhaite, généralement assurée et détendu, mais il peut en prendre une sèche, direct et ferme, ou au contraire une plutôt timide, hésitante et renfermée.

Sa voix :: Tout comme sa démarche, ça va dépendre, mais plutôt dans les timbres doux et presque dénuée d'émotion.

Première impression quand on le/la voit :: Dépendant de son humeur et de ce qu'il souhaite montrer, mais il s'arrange pour se présenter sympathique


Histoire

20 octobre 2008.
- Non, Dylan, je ne te donnerais pas de bonbons. Maman et papa vont bientôt rentrer, donc on va bientôt passer à table. Tu devrais plutôt mettre la table pour t'occuper. Je sais bien que les bonbons étant rangés dans le seul placard qui ne ferme pas et qu'il te suffirait simplement de grimper sur le plan de travail pour les attraper, mais ce n'est pas très raisonnable. Je dirais à papa que tu as été tellement sage que tu mérites des bonbons.

- Même si j'ai déchiré ton livre préféré ?

- Allons, tu me crois à ce point rancunier ?

Je lui tire la langue d'un air taquin et esquisse un geste pour l'envoyer dans la cuisine.

- Oh ! J'ai oublié mon téléphone dans la chambre. Le temps de monter le prendre et je t'aide à mettre la table, commence sans moi.

Je le laisse rejoindre la cuisine pendant que je vais en sens inverse pour rejoindre les escaliers, mais sitôt arrivé dans le couloir, je m'appuie contre le mur de crépis blanc et entame un décompte mental. J'ai à peine le temps d'atteindre le 5 qu'un immense fracas précède les cris de douleurs de mon petit frère. Aurais-je oublié de lui préciser qu'une bouteille d'huile d'olive s'était complètement vidée sur le fameux plan de travail ? Quel dommage, j'espère que rien n'est cassé, j'aime assez les meubles et accessoires de la cuisine, papa et moi avons mis du temps pour tout choisir et être sûr que tout s'accorde. Je laisse passer trois bonnes secondes avant de daigner me précipiter dans la cuisine voir les dégâts.

- Dylan ? Ca va ?! Je m'efforce de mettre toute la panique possible dans ma voix avant de reprendre.
Arrête de pleurer, enfin essaye, montre moi ou tu as mal. Je dirais la cheville vu comme elle me semble étrangement gonflée. Bouge pas de là, je vais te mettre de la glace avant d'appeler les parents pour qu'ils se bougent de rentrer.

Tout juste ai-je le temps de déposer le sachet de surgelé sur sa cheville que j'entends la porte s'ouvrir et mon frère me brailler encore plus fort dans les oreilles quelques fois qu'un habitant du quartier voisin ne l'entende pas, on ne sait jamais. En tout cas, nos parents déboulent dans la cuisine comme si leur vie en dépendait et peut-être était-ce le cas après tout, peut-être que s'ils ne sauvent pas leur pauvre petit garçon, ils vont exploser et arroser les murs de leur sang.

- Je m'occupe de la voiture, mettez-lui un manteau et on part immédiatement à la clinique la plus proche !

- Je vais chercher son manteau, Neil, tu restes avec lui.

- Pas le temps, prend plutôt son éléphant en plus, je lui mets mon sweet, ça ira pour l'instant

Sitôt dit, sitôt fait. Ma mère grimpe les escaliers quatre à quatre et moi je dézippe mon sweet pour le déposer sur les épaules de mon frère, vu comme il tient son bras, je le verrais bien cassé ou endommagé. Il ne s'est pas raté le p'tit ! Malgré ses douleurs, je le prends dans mes bras pour le mettre dans la voiture, ma mère nous y rejoindra avec Dumbo. Profitant qu'ils soit dans mes bras et que l'on soit seul, je lui murmure une douce phrase d'amour pour le réconforter.

- Ne t'avise plus jamais de détruire ce qui m'appartient.

Je souris légèrement lorsque je le sens se crisper, mais il se laisse faire lorsque je l'installe dans la voiture et lui embrasse le front avant de lui ébouriffer la tête tendrement.

- Fait pas cette tête, petit frère, à l’hôpital, ils vont bien s'occuper de toi, promis !

- Tu es vraiment un ange avec ton frère, Neil, nous craignions que votre écart d'âge ne vous éloigne, mais c'est plutôt le contraire.

J'adresse à mon père un sourire empli de fierté et m'empresse de grimper à côté de Dylan dès que maman nous rejoint avec la peluche magique.

Depuis ce jour, mon tendre petit frère s'est montré aussi obéissant que le plus obéissant des animaux de compagnie. Un véritable plaisir, nos parents ont tout à fait raison de penser et clamer que ce petit incident nous a rapprochés.  

06/06/2017

J'éclate de rire en voyant la tête déconfite d'Eloïse, elle qui depuis le début du jeu s'acharne pour acheter toutes les gares, je viens de lui souffler la seule qui lui manque : la gare saint Lazare. La posséder ne m'intéresse pas du tout, je veux simplement lui échanger contre l'avenue Henri-Martin, une fois fait, j'aurais toute la série et, surtout, j'aurais une bonne assurance dans cet angle là. Bien sûr, si par la suite je tombe sur l'une des gares je suis fichue, mais avec un peu de chance je parviendrais à m'en sortir. Avec un peu de chance seulement et depuis le début du jeu on ne peut pas dire que j'en ai eu à foison contrairement à ma belle adversaire.

Lorsque la porte se ferme d'un coup, nous nous tournons d'un bloc vers elle sans trop savoir à quoi nous attendre ; mes parents ne devaient pas rentrer avant 21h et Dylan ne termine ses cours que dans une heure et personne d'autre ne vit ici. N'ayant pas une vision à rayon-x pour voir à travers le mur, nous quittons nos sièges sans grande conviction. Ma belle m'attrape le bras et la crainte m'abandonne et je savoure notre proximité jusqu'à ce qu'un craquement nous surprenne l'un et l'autre. J'inspire un grand coup avant d'ouvrir la porte du salon en grand et là, j'hésite entre me moquer de notre crainte futile ou râler contre Dylan. Finalement, l’allégresse m'atteint et je me laisse à rire, si Eloïse m'imite rapidement, mon frère nous regarde plutôt comme si nous étions devenu complètement fou. D'une certaine façon, je ne crois pas qu'il ai totalement tort. La belle lui explique la situation et il se laisse à rire également, de toute façon, il lui en faut peu pour partir.

- On fait une partie de Monopoly, tu veux nous rejoindre ?

- Non, peut-être pour la prochaine, mais terminez votre partie, j'ai des devoirs à faire de toute façon. Il lève son sac de cours comme pour appuyer ses propos.

- Ne t'en fais, je suis sûre que ça ne dérangera pas Neil si on recommence, surtout qu'il était prêt à perdre.

- Que tu crois, j'avais en réserve un coup de maître pour renverser la situation ! Tu rentres pas plus tôt que prévu, toi ? Enfin on s'en fiche, remettez le jeu en place, moi je m'occupe de trouver de quoi manger. Dylan, tu veux faire la banque ou je continue ?

- La loi des quinze minutes, Neil, la loi des quinze minutes. Je fais la banque, au moins quand je perd j'ai tout de même l'impression d'être un peu riche !

Je hausse les épaules, vu l'heure, je doute qu'ils aient attendu plus de trois minutes, mais quelle importance, il me semble qu'il ne rate qu'un stupide cours de musique. Personne n'aime ça et puis je lui avais promis qu'il pourrait participer à notre après-midi jeu, je présume qu'il trouve ça plus intéressant que de souffler dans une flûte. Avant de rejoindre la cuisine, je reste un peu à les regarder faire, ma Reine reprend joyeusement les cartes pendant que mon frère reprend les billets pour les distribuer une nouvelle fois. J'aime le voir faire ça, j'aime le voir hésiter lorsque ses doigts s'approchent de mon argent factice, j'aime le voir me jeter un coup d’œil craintif au moment où je passe devant eux pour rejoindre la cuisine. J'aime le paradoxe qu'il me présente, il se méfie toujours de moi, mais, d'un autre côté, il est incroyablement plus détendu lorsque je suis dans son entourage. Je les laisse se chamailler un peu entre eux, avant de revenir un plateau plein de cookies, de trois verres, d'une bouteille de sirops et d'un pot d'eau. Ma Belle s'occupe du service pendant que je me décide à aider mon petit animal de compagnie à trier les billets, c'est vrai que lorsque je tiens la banque, elle finit vite par ne plus ressembler à rien alors que lui préfère que tout soit au carré.

La partie commence enfin, comme toujours Eloïse s'acharne pour prendre les gares, mais face à elle se trouve mon frère qui a exactement la même tactique de jeu, en plus de viser les compagnies. Nous rions, nous nous fâchons, nous râlons, nous réconcilions, mais, surtout, nous passons un excellent moment entre nous. Jusqu'à ce que le téléphone sonne, celui de ma Reine. Lorsqu'elle décroche, je comprends très vite que Michael est son interlocuteur, son ton est différent, plus timide. Ses joues se colorent d'une horrible teinte rosé et elle entortille son doigt dans ses cheveux. Je fixe mon frère laissant mon mécontentement se voir, mais il ne me regarde pas, son visage est rivé sur le téléphone et dans ses yeux, je vois la colère briller. Il a donc agi, mais n'a pas réussi à convaincre Michael contrairement à ce qu'il pensait, je suis plutôt surpris, il n'a eu aucun mal avec Anthony et pourtant il a plus de caractère que cette tête vide de Michael. Nous reprenons tous les deux un visage plus détendu lorsqu'elle raccroche et se tourne vers nous, son visage est soucieux.

- Dylan, je pense que Michael se trompe, mais il vient de me dire que tu l'avais passé à tabac et menacé de s'en prendre à sa sœur s'il continuait de me parler.

Elle se mord la lèvre ne sachant sans doute pas quoi penser.

- Tu as raison Eloïse, il se trompe, mon petit frère sors avec Alice et est fou amoureux d'elle, jamais il n'irait menacer de s'en prendre à elle. Je ne le vois pas non plus aller tabasser un gars aussi costaud que Michael, t'as vu leur carrure ? Il fait carrément le double de mon frère. Sauf que mon frère est particulièrement, encaisse à merveille et sait où placer ses coups.

- Je sais, je sais, mais il a aussi dit qu'il avait attaquer d'autres personnes avant lui et maintenant que j'y pense, c'est vrai qu'Anthony m'avait dit de me méfier de lui. Enfin, c'est son cousin alors j'imagine que les deux garçons auront quelques colère contre Dylan. N'empêche, je vais tout de même aller voir Michael, au téléphone il semblait mal en point alors je préfère aller voir.

Ni une ni deux, elle attrape son sac, me prend dans ses bras pour me saluer et va faire la bise à mon petit frère qui fait un étrange geste de la main, en y regardant mieux je vois qu'il vient de fermer à clef la porte du salon juste derrière lui. Elle ignore que nous avons la clef, de cette façon, nous pourrons essayer de la convaincre de rester le temps que nous trouvions pour ouvrir la porte. Décidément, je l'ai plutôt bien dressé mon frère, je suis fière de lui.

Pendant qu'ils cherchent comment ouvrir la porte, et comment elle a pu se fermer, je me glisse dans la cuisine. Initialement, je prévoyais de prendre une épingle à chignon qui traîne depuis des lustres, mais en entendant la vilaine parler de ce type avec tant d'amour dans la voix, je préfère prendre le flacon d'huile de friteuse, arroser discrètement quelques meubles du salon et gratter une allumette avant de courir dans la cuisine. Si elle me refuse, personne ne l'aura. Personne. Tant pis si mon frère brûle avec elle, je trouverai un autre chiot à dresser. La fumée pénétrant la cuisine, j'essaye d'ouvrir la fenêtre pour sortir le plus vite. Mon père a condamné l'ouverture complète, on ne peut que l'ouvrir de quelque centimètre en haut. La porte s'enflamme, la fumée m'entoure.

Eh merde.

Un peu de vous

Ton prénom ::
Ton âge :: 666
Ton puf::  Patxi
Expérience de rp :: Bwerf, je sors d'une pause donc ça compte plus

Comment as-tu découvert le forum? :: Sautepartenariat
Parrain/Marraine ? :: La bonne fée !
Tes premières impressions / choses à améliorer :: Les couleurs des groupes @_@
Code du règlement :: [Validé par Flore Ravageuse, mon chou. ♥]



Dernière édition par Neil O'Learney le Mar 6 Juin - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Croc Sanguinaire
Déesse

avatar


Messages : 33
Points d'expérience : 2014
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageMar 6 Juin - 13:11
Bonjour à toi.

Le staff a révisé ta fiche et tout semble être correct, sauf pour un seul point. Les dialogues des personnages sont un peu compliqués à lire puisqu'on a aucune indication de qui parle ou même, dans certains cas, si c'est un dialogue ou la narration. Un petit indicatif comme une couleur associée à chaque personnage serait suffisant et très apprécié.
En même temps, nous conseillons une petite révision pour corriger les fautes, mais ce n'est rien de problématique.

Après ça tout devrait être bon.

(Ces couleurs de groupe... mon éternel ennemi... >_>)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil O'Learney
Deux

avatar


Messages : 4
Points d'expérience : 0
Date d'inscription : 04/06/2017

MessageMar 6 Juin - 13:45
Bonsoir !

Texte relu et corrigé, j'ai également arrangé cette histoire de dialogue. Je pense que c'est mieux ainsi ?

(C'est juste trop flash en fait, mais c'tout)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Croc Sanguinaire
Déesse

avatar


Messages : 33
Points d'expérience : 2014
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageMar 6 Juin - 15:28
(C'est une lutte sans fin pour trouver la bonne couleur, je te l'assure.)

Tout est donc bon ici, je te valide et t'envoies parmi le clan Coeur. N'oublies pas d'aller recenser ton avatar dans le Bottin avant de commencer le rp. Tu recevras ton rang et ta couleur sous peu.

Bon jeu à toi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
Neil O'Learney
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chris Neil signe à...
» Améthyste Pearl Neil Jones
» I am a unicorn. || Neil 2.0
» Scarlett O'Neil. ♥
» La faim justifie les moyens [PV Neil]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Administration :: Gestion des personnages :: Les fiches :: Fiches validées-
Sauter vers: