♠ Alvaro Suarez
Roi

avatar


Messages : 65
Points d'expérience : 121
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageVen 12 Mai - 18:31
-Oh I steered form sound to sound, and many ships I found.  And all of them I burn, as I sailed, as I sailed...

Aaaah que c'est mieux!  J'ai enfin réussi à enlever cette chanson qu'Anar m'avait mis dans la tête lorsque nous étions à la fête foraine.  Il était temps, car ça fait un bout que je la fredonnais.  À avoir su que c'était une chanson grivoise de Captain Kidd qu'il me fallait, je l'aurais chanté plus tôt.  J'aurais même pu la montrer à Anar, pendant que lui et moi étions dans le complexe.  D'ailleurs, j'ai vraiment besoin de m'éloigner de la base.  J'y suis resté trop longtemps, ce titre de roi a dû trop me monter à la tête.  Car je ne dois pas oublier que je ne suis pas un roi, je suis un capitaine.  Et le capitaine des piques, c'est un pirate!  Les pirates, ils s'enferment juste quand ils ont de la boose!  Moi, j'ai rien, alors j'ai décidé de sortir sans Anar.  Je veux pas que l'on pense que j'ai besoin de son autorisation pour quêter pour de l'alcool, et puis ça va faire m'éloigner de cette grande gueule va me faire du bien.

-And being cruel still, as I sail, as I sail...and being cruel still, as I sailed...

Mais ma sortie n'est pas que pour le loisir.  Je me suis fixé une quête que je juge importante: cacher le cristal.  Anar n'est même pas au courant des pouvoirs qu'il contient.  Il ne l'a vu qu'une fois et a sans doute dû l'oublier.  Si un jour il décide de me trahir, au moins il ne saura pas où je l'aurai caché car c'est exactement ce que je l'intention de faire.  Je vais l'enterrer là où personne ne va penser le trouver et quand j'en aurai besoin, j'irai le déterrer.  Je marche donc, sous la pluie, sur la surface de déchets qui est en fait une plage et je cherche pour un bon endroit.  Je sais que c'est cork-brained de ma part de venir ici, la plage est un très mauvais endroit pour cacher un trésor, mais je voulais voir l'océan.  C'est pas comme chez moi, mais ça me fait du bien de pouvoir le voir pour m'imaginer y naviguer comme au bon vieux temps.   Le temps où ma vie était plutôt simple: je buvais, volais et tuais.  Survivre est plus difficile ici, mais quand même faisable, et cette misérable vie toute nouvelle me plaît quand même bien.  Les seules choses qui manquent ici sont Raja et l'alcool.  Parsambleu que j'aurais le goût de boire en ce moment.  J'aimerais vraiment rentrer dans la taverne la plus proche et boire de la boose jusqu'à ce que je sois assez bonbon pour en cascader.  Bon, la deuxième partie est moins bien, mais bon, je veux quand même un drink, n'importe quoi!  En fait non, j'ai pas envie de whisky ou de gin.  C'est du rhum que je veux!  Au diable les mélanges alcoolisés, je demande juste du rhum!

C'est en me rapprochant de l'eau que mon pied s'accroche sur une bouteille.  Loin d'être surpris – il y a tellement de bouteilles vides et cassées par ici. Je baisse les yeux et remarque tout de suite que même si elle n'est pas en bonne état, elle est en un morceau et renferme un liquide.  

-Ah ben ça alors...

Je la secoue pour mieux observer la couleur du contenu, et je regarde la bouteille de rhum avec des yeux émus qui laisseraient presque croire que je crois aux miracles. Je parviens à me retenir de faire une danse de la joie pour regarder craintivement les alentours, serrant mon bien contre le cœur.  Bene, personne n'est dans les parages.  Mais n'importe qui peut apparaître tout soudainement.  Cette boisson est à moi, et c'est hors de question que quelqu'un d'autre la reluque.  Je veux un endroit pour boire en paix, et ce tunnel qui déverse lentement plein de cochonneries semble parfait!  Bon d'accord pas si parfait que ça, mais si ça mène sous-terre, ça ne peut qu'être bon pour une bonne cachette pour boire comme une bête...je veux dire trouver une cachette pour le cristal.  Ahem.

_________________


We are wolves of the seaaaaa!



Dernière édition par ♠ Alvaro Suarez le Mer 24 Mai - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Alvaro Suarez
Roi

avatar


Messages : 65
Points d'expérience : 121
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSam 13 Mai - 16:37
Je parviens donc à grimper dans le tunnel qui, mille sabords, empestent comme les ballocks d'un bœuf. Le courant est plutôt fort, et j'ancre bien mes pieds sur le sol avant de commencer à m'enfoncer dans le pénombre. Plus je m'éloigne de l'entrée, moins je parviens à voir quelque chose, et le temps que mes yeux s'habituent à ce manque de lumière, j'avance aveuglément. Je reste proche des parois, mais je ne les touche pas trop, car la matière douteuse et gluante que j'ai accidentellement accrochée avec ma main n'était pas très agréable au toucher. Bientôt, l'eau qui n'est pas si aqueuse me monte jusqu'au torse à force de ma progression vers les tréfonds sous-terrains, et afin que ma bouteille ne baigne pas dans la matière souillé de cochonneries, je mords fermement dans le goulot et la transporte ainsi. À avoir su que je l'aurais transporté comme ça, j'aurais tâché d'enlever le bouchon, mais bon, je ne suis plus dans la position de le faire maintenant. Je bute contre des objets que je n'arrive pas à définir la forme. Probablement des déchets. Enfin, j'espère que c'est juste des déchets: je ne tiens pas à ce que mon pied traverse une cage thoracique.

Mes yeux se sont habitués à la noirceur, et j'arrive avoir des petits trous de rien dans le plafond qui laissent passer la lumière et l'air humide de la surface. On dirait bien que c'est comme ça que je vais trouver une cachette. La prochaine fois que je viendrai ici, je tâcherai à apporter une torche. Je tâtonne hâtivement la paroi et me cogne les jointures à un barreau d'échelle. Je m'assure que c'en est bien une, et la grimpe avec joie, sortant enfin du courant d'eau le plus dégueulasse dans lequel j'ai pataugé de toute ma vie. Après avoir retiré mon chandail pour l'essorer un peu, je vais le point de ma situation: ARR ARR ARR I FOUND BOOSE ALL FER MYSELF ARR ARR POOR FELLOWS SUCH LOSERS je suis dans les égouts, un endroit pas très attirant qui ne possède pas les caractéristiques gagnantes pour être extrêmement fréquenté. Si j'utilise ma peinture sagement, je peux me laisser des points de repères discrets mais suffisamment visibles pour qu'ils puissent m'aider à me retrouver à ma prochaine visite. Mais maintenant, il faut que je goûte à ce – non Alvy! Même pas pour te récompenser, surtout que t'as rien foutu encore! Accomplis ta tâche et après tu vas boire en paix.

Je commence donc à explorer les égoûts. Des fois, je me laisse des petits points de repère insignifiants. Je m'assure les mettre à des endroits variés et que les dessins ne sont pas toujours les mêmes, pour éviter les soupçons: un oiseau, c'est tout droit, un sein, c'est à droite et un soleil, c'est à gauche. Ah oui, et j'ai l'intention d'indiquer l'emplacement de mon trésor avec un dessin différent, mais je ne sais pas quoi encore, peut-être que je ferai juste un X tout simple. Mais il faudra que je me rappelle de ce code, car ce serait vraiment pas drôle si je l'oubli. Je croyais pouvoir m'habituer à l'odeur nauséabonde, mais c'est si fort que je plisse le nez sans arrêt. J'en ai presque le goût de cascader, tellement c'est dégueulasse. Je m'arrête et je m'appuie à une grille qui sert de balustrade pour ne pas tomber dans le flot de merde et d'autres substances douteuses et j'entreprends de me changer les idées en regardant ma bouteille de rhum en songeant au plaisir que j'aurai de la boire. Mais remarquez que je la mérite bien, ma petite goutte de rhum, vu que ça fait un moment que je suis là à traîner dans l'endroit le plus malodorant au monde et que j'ai quand même fait du bon travail. Croyez-moi, j'ai connu des rues de Paris qui sentaient mieux qu'ici.

Mais là, je sens la grille sur laquelle je mettais tout mon poids lâcher pour m'entraîner avec elle dans une chute qui ne sera sans doute pas agréable.

-BLOODY HEEEELL!

_________________


We are wolves of the seaaaaa!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Alvaro Suarez
Roi

avatar


Messages : 65
Points d'expérience : 121
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageMer 24 Mai - 20:59
Ça y est, je vais faire le pire plongeon dans les égoûts.  Plutôt donner un coup de pied au seau!  Plutôt mourir que de retourner là-dedans!  Finalement, mon booty ne va probablement plus goûter la même chose.  Milles sabords, je me demande si David Jones habite ici aussi...

Soudain, un miracle me sauve la vie.  Il m'agrippe par le pied, et je réalise très vite que ce «miracle» fait très mal.  Étonné et souffrant de cette douleur atroce et inattendue, je lève ma tête pour voir une affreuse bête qui est accrochée sur la paroi et qui tient mon pied dans sa patte incroyablement griffue.  

-HOLY SHIT!!

What th' muck be that?!?  Shit, on dirait un amas solide et mutant de jus de vache!  Pas besoin de lui ajouter des oreilles de bun blanches et toutes douces, il est suffisamment horrible comme ça.  Et il me tient et c'est très évident avec sa bave qui coule le long de mon corps qu'il veut me bouffer!  Jamais!  C'est trop tôt pour moi pour avoir une jambe de bois!

Le temps que j'en revienne de sa laideur et du fait que je suis en danger,  monsieur le-jus-de-vache-mutant me hisse en haut où il va pouvoir m'éventrer et se bourrer la face comme un goinfre dans ma poitrine.  Le temps qu'il me ramène vers lui, je lui lance des injures pour lui faire peur, mais ça semble l'exciter encore plus.   Je change de tactique et dès que je suis «sauf», je sors mon épée de son fourreau pour lui planter dans la patte.  Cette fois-ci, c'est lui qui hurle de douleur, sauf qu'à côté j'ai dû sonner comme le doux petit agneau qui demande du lait à sa mère.  Il réagit exactement comme s'il avait une grosse écharde.  Parfait, j'ai juste à me pousser pendant qu'il se lamente.
 
J'ai à peine le temps de me rendre compte que ma jambe de pantalon est encore pris dans ses griffes qu'il me secoue tel une pucelle secouerait sa robe en voyant une grosse araignée dessus.  Tout s'est passé très vite, je n'ai pas eu le temps de penser.  Maintenant, je suis juste étendu de tout mon long derrière la bête.  La sensation de brûlure semble être plus grande, et je remarque que mes nouvelles blessures sont à découvert et la jambe de mon pantalon est déchirée grotesquement.  Je regarde bêtement mes blessures, puis enfin je me casse, censurant les «Shit!» que je veux dire par des «Ow!» au rythme de mes pas.  Je n'avance pas très vite, à mon grand désespoir.  Je suis déjà assez lent d'habitude, imaginez si je boite.  J'entends derrière moi Jus-de-vache-mutant qui essaye de retirer l'épée de sa patte avec des grognements de mécontentement pour cette plaie surprise et de frustration pour son repas qui s'enfuit.  Tant mieux, ça me laisse un certain temps d'avance.   En courant du mieux que je le peux, je fais la réalisation vraiment buffle-headed que j'ai encore ma bouteille de rhum et le seau de peinture dans la même main et que je les serre tellement que je sens mes ongles s'enfoncer dans ma paume de main.  Je n'ai pas lâché mon emprise pendant tout ce temps, il semblerait.  Ce n'est pas le temps de vérifier maintenant, mais j'espère que j'ai toujours le cristal sur moi.  Dès que je serai sûr d'être en sécurité, je vérifiai.  C'est fou comment j'étais si content d'avoir mon épée et que je l'abandonne aussi lâchement.  Bah, si j'en ai trouvé une, je peux bien en trouver une autre.

Oh shit, it be comin'.

_________________


We are wolves of the seaaaaa!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Alvaro Suarez
Roi

avatar


Messages : 65
Points d'expérience : 121
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageJeu 25 Mai - 18:46
Morbleu, j'y arriveras pas. Je ne peux pas courir assez vite et assez longtemps pour qu'il s'épuise. Je jette un coup d'œil derrière moi et ça ne regarde pas bien du tout. Jus-de-vache-mutant me poursuit, oui, mais non seulement il est super rapide et la distance qui nous sépare se raccourcit très vite, mais il court sur le plafond. Sous le coup de la panique, je cesse de censurer ma douleur et je jure tout comme je l'injure:

-Be off away ye bloody cun! Va donc lécher les bawbels de l'espion noir, ye bastard!

Je ne peux pas me sauver, il faut vraiment que je l'affronte. Et encore, même si nous sommes les deux blessés, il a plus d'avantage que moi. Merde il faut que je retourne en arrière chercher ma bilboa, sinon j'arriverai à rien. Je l'entends rugir, et il semble si proche que j'en frissonne. Bon, il semble bien que je vais peut-être crever sur le champ, finalement. Autant bien y faire face...

Vite fait et discrètement, je change mon pot de peinture de main et quand je le sens bondir pour me plaquer à terre, je me retourne à la dernière minute, lui balançant un chop de seau. Ahah! Qui a vraiment cru que j'allais me laisser dévorer juste comme ça? J'ai jamais affronté un monstre avant, le seau lui a visiblement pas fait grand-chose, mais ça fait du bien de riposter. En tous cas, si un jour je dois affronter le kraken, je me serai entraîné. Comme je l'ai dit, le coup n'a pas eu beaucoup d'effet. Il était quand même léger et ce n'était pas assez fort pour envoyer le monstre au tapis. Mais il y a quand même un instant de confusion pour l'adversaire. Mais je me retrouve quand même plaqué à terre, mais je n'abandonne pas. Je continue de lui attribuer mes supers soufflets à l'aide de mon arme temporaire, ce qui semble l'énerver au plus haut point. Il ne se défend pas, car le dommage est minime, mais je sais que je l'irrite et même si ça peut le rendre encore plus dangereux qu'il l'est en ce moment, ça me fait extrêmement plaisir de pouvoir le faire chier. J'ai l'impression d'être a cryin' little brat qui donne des minuscules coups de poing à sa mère qui attends impatiemment que son gosse se calme pour pouvoir lui donner la fessée.

Après avoir pris plusieurs clicks, il finit par m'interrompre en me rugissant si fort au visage que des filets de bave se détachent de ces crocs acérés - dont une a toujours la partie déchirée de mon pantalon - pour m'atterrir dessus. Je vous jure, s'il pleut encore à la surface, je prends une douche à la soupe au chien. Quand Jus-de-vache-mutant a fini de laisser sortir tout le méchant, il m'observe en se léchant les babines. Il doit bien me trouver appétissant, avec mes vêtements sentant les excréments, ma bouteille de rhum que je n'ai toujours pas lâchée et mon seau de peinture dont le couvercle s'est ouvert mollement pour tomber juste à côté de moi. What now? Eh bien la bête se lance, la gueule grande ouverte, vers mon visage. Avant qu'il n'en prenne une bouchée, je l'intercepte en mettant le seau juste devant ma face. C'est lui qui se fait bouffer à ma place, et pour m'assurer qu'il ne me sera pas recraché dessus, je serre mon poing enfin libre et je frappe quelques fois de toutes mes forces le seau. Il s'enfonce plus profondément et Jus-de-vache-mutant s'étouffe un peu. J'en profite pour prendre le couvercle et, tout en me dégageant, je lui enfonce dans les yeux. Wait a minute, il n'en a pas! Ça alors, il n'a pas de jours de lumière! Bof, ça ne change rien au fait que je lui planter deux fois le couvercle dans le fond, laissant une marque probablement rouge et que je m'enfuis une deuxième fois. Sauf que cette fois-ci, je change de technique, sans un bruit, je m'éloigne et je l'observe cracher dans le courant le seau puis me chercher. En silence, je lance mon arme de toutes mes forces au-dessus de lui, et elle atterrit plus loin que lui. En l'entendant tomber à terre, il fonce dans sa direction opposée à la mienne.

C'est bien ce que je pensais: il est aveugle et ne se fie qu'au son. Si j'avais su plus tôt, je n'aurai pas été dans ce trouble mais bon. En plus, il ne peut pas se fier à son odorat, puisque que je pue autant que tous les égouts, ça me camoufle. Donc, sur la pointe des pieds, je rebrousse chemin à la recherche de mon épée.

Cela, toujours avec ma bouteille de rhum.

_________________


We are wolves of the seaaaaa!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Alvaro Suarez
Roi

avatar


Messages : 65
Points d'expérience : 121
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageVen 26 Mai - 22:01
Mille sabords, avec cette histoire de poursuite je suis désorienté. J'étais trop occupé à me sauver pour ma vie pour mémoriser les bifurcations et les passages que je prenais. Merde, je suis où? En errant le plus silencieusement possible, je me tâtonne le corps pour m'assurer que le cristal est toujours à sa place. Fiou, il est là. S'il est aussi précieux que Croc l'affirmait, j'ai intérêt à ne pas le perdre ici. Quoique que moi aussi je suis précieux, et je suis mieux de ne pas me perdre ici avec un monstre qui doit me chercher encore. Moi qui n'a vu que les bêtes à grandes oreilles, je ne m'attendais pas à ça. J'ai rencontré quelques personnes qui parlaient de monstres terrifiants, et bien que je les croyais, j'en reste quand même saisi. Pour l'instant, ma seule crainte est d'avoir perdu mon arme pour de bon. La bête l'a peut-être balancé dans le courant. Si c'est le cas, ça sera impossible de la retrouver. Mais il y a quand même de l'espoir qu'elle soit juste à terre. Il me reste donc qu'à trouver mes symboles et je devrais me retrouver. Ça ne sera pas facile, mais je dois surtout chercher où il y a plus de lumière.

C'est donc quelques minutes plus tard qui pour moi ont semblé être l'éternité que j'ai remarqué un dessin de soleil sur le mur. Le soleil, c'est à gauche. Tout d'un coup, une partie de ma panique s'en va, sachant que j'ai peut-être une chance de me repérer. Je double prudence et attention, je tente de percer le noir pour vérifier s'il n'y a pas d'autres indices plus loin. Très lentement, je les trouve un par un, et avant que je passe tout droit en cherchant pour d'autres, je reconnais l'endroit où j'ai été sauvé par l'horrible créature. C'est le moment de vérité: l'épée est là ou elle ne l'est pas. Je cherche chaque recoin, et je finis par poser mon pieds dessus accidentellement. Le soulagement est indescriptible, tellement qu'il est grand. Il semble avoir si peu d'armes dans cet endroit, ça serait choquant d'en perdre une aussi efficace que celle-ci, et cette épée l'est dix fois plus quand c'est moi qui l'agite. Tout heureux, je pars de là, avant que le monstre ne revienne.

C'est à mon plus grand malheur que dès que je prends le tournant, devinez devant qui je tombe nez à nez?

Eh oui, Jus-de-vache-mutant! SON'O A BITCH OF MUTANT-COW-JUICE! Si ça serait arrivé à Anar ou à n'importe quel autre type qui respire encore sur cette terre, j'aurais bien ri. En fait, si ça aurait été le cas, je ne serai pas ici mais en haut en train de rire de ce spectacle en buvant mon rhum que je n'ai même pas encore ouvert. Mais non, c'est bien moi qui a rentré en collision avec une créature de cauchemar qui ferait mouiller des porcelets comme des gens dont le nom rime avec Lanarchangel. Non mais je suis bien heureux ici, je suis content d'avoir tant d'aventures étranges ici et mourir atrocement ne me dérange pas vraiment, mais allez-vous me laisser boire à la fin? Réalisez-vous que ça fait super longtemps que je suis sobre. Même avant d'être ici, je limitais énormément ma consommation pour passer plus de temps avec Raja. En fait, c'est pour elle que j'ai tout limité: le crime, le sexe et l'alcool. Mais Raja n'est pas là et je ne la reverrai plus jamais. Il n'y a que le vrai moi qui peut survivre ici. Fini les restrictions, la Peste Rouge be back, fellows!
Je crache à terre pour me donner un peu de chance et je hurle à Jus-de-vache:

-Allez, ye crusty fellow! On va voir c'est qui le vrai cuffin ici!


Le combat qui s'ensuit ne peut pas mieux se comparer à une corrida. C'est la meilleure comparaison qui me vient en tête pendant que je le nargue en le titillant avec la pointe de mon épée. Je joue mon petit rôle de picador, mais je n'ai pas l'intention de jouer celui du matador. Oh non, je vais le tuer d'épuisement, le petit bâtard. Le tuer avec sa fatigue et ses blessures que je lui inflige de plus en plus. Elles s'accumulent sur lui, d'autres plus profondes que d'autres, mais le blessé tient encore sur ses pattes.

Le temps passe, et c'est moi qui se fatigue avant lui. J'y crois pas, pourtant j'ai une bonne endurance, mais lui ne s'épuise pas malgré l'accumulation des blessures que je lui inflige. Je n'arrête pas mes assauts, déterminé à le faire mourir lentement. Mais j'ai de plus en plus de misère à éviter sa gueule qui claque partout et ses griffes qui fendent l'air. En fait, il est de plus en plus violent. Parsambleu, ça fait combien de temps qu'on se bat ainsi? Cinq minutes? Dix minutes? L'exaltation du combat est bien lourde et fatigante tout d'un coup.

Vidé et interloqué, je me retire plus loin. Je ferais un piètre picador, si les taureaux sont comme Jus-de-vache-mutant. Finalement, je me suis amusé pour rien parce que lui n'a pas une goutte de sueur après quinze minutes à manger des coups de façon intense. Il est ensanglanté, mais je pense qu'il compense son sang par de la rage pure. Quant moi, si je ne saurais pas qu'il allait me tuer, j'aurais été jaloux. Bon, s'il se rue sur moi, je ne pourrai pas me reprocher de ne pas m'être défendue. Sauf que j'ai une autre carte dans ma manche: qu'il me laisse me déshydrater un peu et après je l'achèverai pour de moi. Eh oui, fini les niaiseries, on va boire du rhum!

J'ouvre donc la bouteille, et la créature me repère tout de suite grâce au son du bouchon. Il s'en vient dans ma direction, mais je m'en tapes, car je vais boire et ça va être excellent. Qu'il vienne , et je lui plante ma lame le plus profondément dans son corps. En agitant mon épée pour le provoquer, même s'il ne voit rien, je le vois se rapprocher de plus en plus tandis que je porte le goulot près de mes lèvres et je prends une bonne rasade...

_________________


We are wolves of the seaaaaa!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Alvaro Suarez
Roi

avatar


Messages : 65
Points d'expérience : 121
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageVen 26 Mai - 22:10
...que je crache immédiatement au visage de Jus-de-vache, dont la soudaine face de dégoût le rend encore plus repoussant qu'il l'est déjà.  Milles sabords, je vais mourir, je sens ma langue se ramollir et se rétrécir jusqu'à l'inexistence.  Je crache partout jusqu'à ce que je manque de salive.  Bon sang, je ne pourrais plus jamais embrasser une femme si le goût reste dans ma bouche à tout jamais.    C'est dégouttant et affreux, alors mes amis, entre pirates je vous donne un truc: si vous trouvez une bouteille contenant un liquide sur la plage, de grâce, vérifiez si c'est bien de l'alcool.  Moi, j'avais tellement espoir que j'ai trouvé une bouteille d'eau d'égouts.  Le hangover n'est pas le même, croyez-moi.  Alors nous sommes deux à essayer d'enlever le terrible goût de notre bouche.  Désolé Jus-de-vache, même pour toi c'était chiant, mais t'avais rien qu'à ne pas me foncer dessus la gueule grande ouverte.

Maintenant, je suis dans une colère noire.  Tout l'espoir que j'avais de pouvoir me soûler la gueule une bonne fois pour toutes est parti pour de bon.  Bloody hell j'ai attendu tout ça pour rien, et si je n'aurais pas trouver cette bouteille truquée, je n'aurais peut-être jamais eu l'idée de me promener ici et je n'aurai jamais rencontré ce monstre.  J'ai vraiment tout fait ça pour rien.  J'essaie de me calmer, mais j'en suis incapable.  J'ai perdu tout mon calme, c'est la goutte débordant du vase.  Et je ne devrais même pas parlé de goutte, parce que je n'ai pas eu ma goutte de rhum.  J'essaie de respirer calmement, mais j'ai plus l'air d'un taureau empourpré.  J'ai failli mourir ici en plus!  Absolument pour rien!  En colère, je hurle:

-BE YE FUCKIN' KIDDIN' ME?!?  I HAVE DON' 'TIS SHIT FER NOTHIN'!

En réponse, Jus-de-vache-mutant rugit après moi, tout aussi mécontent d'avoir reçu ma gorgée d'eau d'égout.  Comme si c'était de ma faute!  Il n'avait rien qu'à foncer sur moi la gueule fermée!
Le voir aussi fâché que moi ne me calme même pas, en fait ça me rend encore plus piss off.  Il m'énerve...

-OH SHUT YER BLOODY UGLY BLUBBER YE!

Je lui lance ma bouteille qui se casse en mille morceaux sur sa tête, et avant qu'il se mette à charger sur moi, c'est plutôt moi qui lui saute dessus.  Qu'est-ce qui me prends?  C'est du suicide ce que je fais!  Mais en fait je m'en fous tellement, si c'est insensé!  J'ai besoin de me défouler et c'est-ce que je fais en lui donnant une pluie de coups de poing.  Bien sûr, il me prend entre ses deux pattes avant, et c'est bien un miracle que ses griffes s'accrochent entre elles pour me blesser sérieusement.  Il me tiens, le p'tit bat.  Il pense me mettre au lit, mais mes impulsions drôlement meurtrières ne pensent pas ainsi. Avec mes deux bras libres, je tente de l'étrangler malgré son cou massif.  Je ne suis même pas capable d'en faire le tour,  et il doit bien me traiter d'imbécile en me rapprochant de sa gueule.  Mais je ne cède pas et je presse mes doigts le plus fort possible jusqu'à ce qu'ils puissent enfin pénétrer sa chair.

Soudainement, mes pouces parviennent à brûler sa peau et ils pénètrent dans sa chair sans difficultés.  Le monstre lâche un cri de douleur, et moi j'en lâche un de pirate:

-AAAAAAAAARRR!!!

Je les enfonce jusqu'à croire qu'ils se sont faits bouffés pour le cou.  Je les agite légèrement et je sens ses cordes vocales.  Je sens aussi une légère odeur de brûlé qui devient de plus en plus persistante.  D'un mouvement sec, je les retire en même temps que les cordes vocales qui se brisent, et je constate qu'elles sont en feu.  Je ne m'en surprend même pas, c'est à peine si je trouve bizarre que mes pouces sont aussi enflammés.  Du sang gicle de la gorge, et Jus-de-vache a l'instinct de la couvrir d'une patte tandis qu'il sort la langue pour je-ne-sais-quoi.   Ça n'a plus d'importance, car je lui agrippe la clack qui est couverte de peinture rouge et elle prend feu rapidement.  Il me lâche enfin complètement, mais moi je me rue déjà sur lui avec mon épée pour lui donner un coup fatal.  Un dernier coup, car il s'écroule enfin, la langue toujours en feu.

Je le regarde froidement, puis l’hébétement me vient.  Je regarde mes doigts, et j'ai juste le temps de voir les flammes sur mes pouces s'éteindre.  Je constate qu'il n'y aucune brûlure, et ça ne fait même pas mal.  Pas mal là en tous cas, mais je me sens drôlement étourdi, et on dirait que je commence une migraine.

-Argh ma tête...

Pourquoi je ne me sens pas bien tout d'un coup?  Peu importe, que je sorte d'ici!  Je repère une échelle qui conduit à la surface, et après avoir retiré le lourd couvercle, je prends une bonne bouffée d'air.   Ça sent si frais, pourtant j'ai l'impression d'avoir la nausée.  Je me remets difficilement sur pied, me laissant mouiller par la pluie abondante.  Je sens la saleté se mêler à l'eau, mais le mal est toujours  là.  Je vomis sur place et je crie faiblement:

-Ahoooooy?  

Je nettoie ma bouche, tentant de figurer où que je suis et pourquoi je semble avoir un hangover alors qu'au final je n'ai même pas bu.  Est-ce à cause du feu?  C'était tellement bizarre ça...et je n'ai aucune idée de comment c'est arrivé...

-...And being cruel still the gunner I did kill...and his precious blood did spill...as I sailed, as I sailed...roooh...

_________________


We are wolves of the seaaaaa!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fléau Mortel
Dieu

avatar


Messages : 76
Points d'expérience : 2024
Date d'inscription : 13/01/2017
Age : 20
Localisation : Panthéon

MessageSam 27 Mai - 16:59
〖RP TERMINÉ〗

◇ Gain xps
─ Alvaro Suarez : 10 xps

◇ Points d'Influence

Piques : 1 point
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
Un trésor qui rendrait Captain Kidd jaloux - Alvaro Suarez [RP solo][TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche: Captain Cortez
» Captain Marvel - Walter Lawson
» HHH Vs Kofi - Tyson Kidd - Jack Swagger
» The Miz & Tyson Kidd Vs The Big Show & Matt Sky
» Tyson Kidd vs Alex Riley vs Sting

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Plateau :: Sous-terre :: Les égoûts-
Sauter vers: