InvitéInvité



MessageJeu 16 Fév - 23:38
Les bourrasques de vent aussi sournoises qu'elles soient, ne lui avait pas joué un mauvais tour. Les portes de bois sculptées à l'allure victorienne étaient grandes ouvertes, comme si elles avaient été brutalement forcées par une créature des bois, un ours enragé. Oui, ça devait bien être ça... Toutefois, le cri de l'étranger qui résonnait dans les corridors lui glaça le sang, son corps en entier y répondit avec des tremblements incessants. C'était tout sauf le grognement d'un ours, ça.

Azzuen prit ses deux jambes à son cou lorsqu'elle aperçut l'arrière de la créature immonde se déplacer vers l'aile Ouest. La jeune adulte s'enfuit dans la direction opposée, laissant ses deux compagnons en blanc. Peu importe ce qu'il se trouvait dans son ancienne demeure, il était hors de question qu'elle y retourne si tôt. Ils n'avaient qu'à s'en occuper, eux ! Ce travail ingrat d'exterminateur n'était guère fait pour une femme aussi fragile qu'elle.

Lors de sa fuite, le cœur de la demoiselle se débattait comme un monstre enfermé dans une cage d'os. Sa nouvelle vie dans son petit paradis commençait peu à peu à se transformer en enfer. La brunette continuait sans cesse de courir, l’adrénaline lui faisait oublier par moment la douleur qui se propageait dans ses jambes et les points sur les flancs qui la faisait se tordre dans la souffrance. Chaque fois qu'elle pensait arrêter, elle s'imaginait une créature toujours plus horrible et cruelle que la précédente. Cette simple pensée poussait la demoiselle à avancer toujours plus loin jusqu'au moment où sa déroute ne l'envoie dans un trou au beau milieu de la route. Sa vision était focusée sur le bâtiment ressemblant à une gare, pas sur les imperfections de son chemin.

Samuel y resta pour de bon, ses mains égratignées saignaient alors que son stress s'évacuait. Elle se positionna en fœtus et pleura toutes les larmes de son corps, allongée dans la neige. Afin d'améliorer son cas, le vent se déferlait à l'extérieur, incontrôlable jusqu'à ce que ses pleurs ne cessent de couler contre ses joues rougies.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageSam 18 Fév - 12:01
Définitivement, beaucoup de gens s’étaient perdus dans cet endroit méconnu. Tous avaient l’air aussi ignorant que moi sur ce qui se passait, voire plus. Tous étrangers à cet endroit et à ma vie d’avant, portant des accoutrements qui m’étaient tout sauf familiers. Ma récolte d’informations avait été bien maigre depuis mon réveil sur cette plage en décomposition, soit plusieurs heures. Pris dans une situation dont l’on ne sait rien, chaque seconde compte, et j’avais fait de mon mieux pour me retenir de ne pas trop interroger les deux autres personnes que j’avais croisées depuis ma rencontre avec le duo le plus improbable du monde. Qui sait de qui aurais-je besoin à mes côtés dans ce genre de situations ?

Enfin, je dis ça mais j’avais tout de même laissée cette fille de côté, préférant continuer vers ce qui me taraudait le plus, la mystérieuse sensation qui m’attirait dans une certaine direction. Elle semblait aller dans la même direction que moi donc, sachant que je la retrouverais sans doute, j’avais préféré la laisser « libre » de ses mauvais choix. C’était décidément difficile. Et le fait de lui devoir un service pour m’avoir débarrassé de mes menottes était aussi assez humiliant.

En poussant un léger soupir contrastant avec mon habituel sourire, je remarquai un bâtiment dans ma direction. Pas n’importe quel bâtiment d’ailleurs, il s’agissait à priori d’une gare. D’une assez vieille gare à en juger de ses murs mais dont l’architecture cependant paraissait étrangement moderne. Comment était-ce possible ? Les ravages du temps ne peuvent pas être aussi rapides.

Retrouvant le sourire face à ce nouveau mystère et le sentiment d’avoir enfin découvert ce qui m’attirait, j’ai recommencé à penser comme je le devrais. C’est une aventure ! Il y a tellement de choses mystérieuses et étranges, peut-être plus que dans toute ma vie ! Chaque personne est unique et surprenante et je manque pour l’instant complètement de moyens de pression contre eux ! Je n’ai jamais eu un si bon terrain de jeu auparavant ! 

Marchant rapidement en direction de ce qui était autrefois une gare, en sautillant de temps en temps, je remarque alors le haut d’une boule de couleur rouge et noire en face de moi. Il semblerait que la boule soit dans un trou, et si en me rapprochant je n’avait pas remarqué que le haut était constitué de vêtements et de longs cheveux noirs, j’aurais pu confondre cette personne avec un petit animal blessé. Son corps tremblait, comme secoué de spasmes. Pleurait-elle ? Peut-être à cause d’une chute dans ce trou ? Peut-être pour une autre raison ? Chaque personne que j’avais croisée ici avait l’air de moralement supporter d’être dans ce lieu inconnu mais si elle était dans le même cas, peut-être ce déplacement l’avait-elle brisée ?

Je me devais d’aller la secourir et de la réparer. De la réparer de sorte à ce qu’elle soit comme elle devrait être et qu’elle ne puisse plus se défaire de moi~ Les personnes brisées étaient les plus simples à manipuler et les plus prêtes à commettre des folies une fois fait. La gare devra attendre, je ne peux pas refuser une aussi belle occasion avec une personne aussi mignonne qu’elle~. Mes « animaux de compagnie » commençaient justement à me manquer~.

Je m’emballais encore un peu trop, je devais rester prudent et contrôler la situation de la manière la plus discrète possible. M’approchant silencieusement de la petite boule pour ne pas lui faire peur et remarquant au même moment que c’était une femme, je m’assoit doucement accroupi à un mètre de son trou, en profitant pour admirer un peu plus sa silhouette si fine, ses vêtements et son visage qui paraissait si beau derrière ses cheveux, et murmure gentiment ces quelques mots en souriant et en tendant la main à 30 cm d’elle, pour l'aider à sortir si c'est ce qu'elle souhaitait, à la fin de ma phrase, afin de ne pas l’effrayer :

« Bonjour, je m’appelle Tenshi. Et toi, comment t’appelles-tu, petite fée des bois ? »

Pensant qu’une allusion à ces pleurs ou à sa tristesse serait vécue comme une invasion, j’avais préféré choisir une approche « mignonne », montrant que j’accordais d’ores et déjà de l’importance à son existence et que je ne m’en irais pas sans une réponse ou un signe.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageSam 18 Fév - 13:08
Le sifflement des rafales de vent dans ses oreilles rougies par le froid avait couvert le bruit des pas occasionnés plus tôt par l'inconnu qui rapprochait dangeureusement sa main d'elle. Même si ces douces paroles murmurées se voulaient rassurantes, la brunette ne put s'empêcher de sursauter et d'être tendue une trentaine de secondes, prise au dépourvu. Elle se libéra le visage couvert par ses cheveux pour le fixer intensément, comme si elle tentait de voir au travers de ses intentions et même son âme. Le garçon aux cheveux blonds lui inspirait confiance, les mots qu'il avait prononcé étaient bien choisis, ils se voulaient rassurants. Peut-être que tous les garçons qui avaient été amenés dans cette vie après la mort n'étaient pas tous des enfoirés comme celui rencontré dans la bibliothèque, finalement. Elle ferma les yeux quelques instants pour essuyer ses larmes restantes et ses joues humides, puis tendit timidement sa main vers lui afin de lui saisir.

Je me prénomme Azzuen Samuel... dit-elle, la voix brisée par son état détruit.

Dès qu'elle fut remise sur pieds, elle serra sa nouvelle connaissance dans ses bras pour se réconforter elle-même et cacha son visage contre son épaule. Tenshi allait probablement être perturbé par ses actions affectueuses, surtout qu'ils ne se connaissaient pas, mais elle se dit qu'il allait probablement aimer ça.

L'air cessa soudainement de soulever rageusement la neige poudreuse, comme si elle aussi se calmait après un événement marquant. Cela arrangeait la fille aux yeux ambrés, il faisait trop froid pour elle, de toute façon. Le vent ne l'aidait en rien. Samuel resta quelques instants comme cela avant de se rappeler de son objectif premier. Elle se libéra et regarda dans la direction d'où elle arrivait.

Tenten... Il faut se cacher... Il y a une créature, un monstre qui ...qui... qui veut me tuer... Il s'est infiltré chez moi, j'ai dû fuir...!

La jeune demoiselle se libéra du corps chaud de son sauveur et fit quelques pas dans la direction de la gare. Ce bâtiment lui semblait sécuritaire, plus que son manoir! Avec le garçon, elle pourrait l'explorer et trouver une cachette sans danger, plus que celle de son ancienne maison. En plus la bâtisse était constituée de métal, elle était donc plus solide qu'en bois.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageSam 18 Fév - 17:08
Elle dégagea les cheveux de son visage et me fixa dans les yeux. En lui retournant son regard, je tentais d’imaginer quelles émotions traversaient son esprit. La charmante ligne de cicatrice sur son visage avait l’air assez vieille mais la blessure était peut-être encore fraîche dans son esprit. Était-ce arrivé sur cette terre étrange ou bien dans un lieu loin d’ici, tout comme moi ? Quoiqu’il en soit, elle devait sûrement avoir du mal à accorder sa confiance. Ses yeux ambrés profonds et encore humides témoignaient de sa vulnérabilité actuelle, mais agirait-elle comme un animal blessé prêt à tout pour s’enfuir ou comme un animal effrayé cherchant le réconfort d’une présence apaisante ?

Supposant que ne dire que cela ne suffirait pas à l’inciter à me faire confiance, je m’apprêtais à rajouter quelques paroles rassurantes quand elle prit les devants, essuyant ses larmes en fermant les yeux juste en face de moi et en tendant ensuite sa main, pour que je l’attrape et l’aide à se lever. En enveloppant sa main de la mienne, qu’elle puisse sentir ma présence et ma chaleur le mieux possible, je l’entends alors se présenter d’une voix qui semblait avoir traversée mille tempêtes.

— Je me prénomme Azzuen Samuel...

Je fis un grand sourire, heureux qu’elle soit aussi courageuse malgré son état, appréciant de plus en plus l’idée qu’elle m’appartienne. Azzuen, un nom particulier mais toutefois unique. Je me demande bien d’où il vient. Joignant mes deux mains ensemble, une de chaque côté de sa main, pour la tirer doucement afin de l’aider à sortir du trou où elle était tombée, et en me relevant pour aider mon effort par la même occasion, je n’eus que bien peu de temps de considérer la suite des évènements avant qu’elle ne fonce sur moi et… m’enlace ? Si elle avait une arme, je serais déjà mort. Je réalisais à quel point je baissais ma garde devant tant de mignonnerie et de désespoir. Cependant, ce n’était pas une mauvaise chose. Des émotions et des actes aussi forts ne peuvent mentir et me montrer méfiant n’aiderait pas. De plus, elle m’avait déjà montrée sa confiance à mon égard en fermant ses yeux devant moi, montrant qu’elle ne s’attendrait pas à ce que je lui fasse du mal, donc je n’avais pas de raison de la suspecter non plus.

Alors qu’elle colle son visage contre mon épaule, je l’enlace en retour, légèrement pour ne pas la surprendre ou la faire se sentir prisonnière, mais assez pour réchauffer son corps tremblant, si doux contre moi. Lui laissant le soin de décider quand briser ce moment, je reste ainsi jusqu’à ce qu’elle se libère de notre étreinte et regarde dans la direction de chemins dont je n’avais aucune idée de la destination. Cela prouvait au moins que j’étais loin d’avoir fini d’explorer cet endroit.

— Tenten... Il faut se cacher... Il y a une créature, un monstre qui ...qui... qui veut me tuer... Il s'est infiltré chez moi, j'ai dû fuir...!


De sa voix paniquée et toujours aussi faible, elle m’exhortait à me cacher. Mais un monstre ? Je sais que la situation était surréaliste mais parler de choses impossibles était différent. Néanmoins, elle était pourchassée par quelque chose selon elle. Il y avait peu de chance qu’un gros animal la poursuive ou « s’infiltre » chez elle. Son choix de mots était si particulier que je ne pouvais pas douter qu’au moins ses sentiments étaient réels. Et me montrer comme son protecteur était une occasion rêvée. Par contre… Tenten ? À quel point cette ravissante fille peut se montrer affectueuse avec un étranger ? Elle ressemblait à un chat affamé attendant désespérément sa nourriture et faisant de son mieux pour charmer l’humain qui en avait la charge. C’était loin de me déplaire~.

Après avoir fait quelques pas en avant en direction de la gare, elle sembla m’attendre, montrant qu’elle comptait sur moi. Cette gare, la voyait-elle comme un abri potentiel ? Chassée de chez elle, cela paraissait une réflexion logique. Ce serait vraiment le paradis de pouvoir habiter dans ce lieu avec elle~ Un lieu isolé de tout et abandonné, où jamais personne ne saurait ce qui se passe ! Une vraie base secrète~. Sans oublier cette attirance que je ressentais pour ce lieu. Une gare… Il devait sûrement y avoir une grande ville proche, où il n’y en aurait aucun besoin. Qui sait dans quel état pouvait-elle être en voyant l’état de ce bâtiment…

Avançant à mon tour jusqu’à elle, frôlant doucement sa main au passage pour lui indiquer subtilement qu’elle pouvait la prendre si elle le souhaitait, je lui répondis avec enthousiasme, faisant un grand sourire :

« Allons trouver un endroit où le grand méchant monstre ne nous trouvera pas ! »

La vie finit toujours par me sourire, peu importe les mystères qui m’entourent~.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageJeu 23 Fév - 22:05
Azzuen attendit de voir ses actions avant de continuer à marcher dans la direction du bâtiment. Elle désirait s'assurer qu'il allait la suivre et non l'abandonner au beau milieu du chemin. Le blond ne pouvait tout de même pas lui refuser de l'accompagner! Pas après l'avoir sortie du trou. À son avis, il devait désormais la protéger, tel un chevalier typique du moyen-âge, de tout ce qui se confronterait à eux.

Tenshi ne tarda pas à faire son choix, ce qui lui fit échapper un sourire. L'homme qui partageait désormais sa route frôla sa main à celle de la petite, cette dernière n'hésita pas une seconde à lui saisir et à croiser ses doigts avec les siens. Il n'y avait rien de mieux que la chaleur humaine pour se réchauffer par une température si cruelle! D'ailleurs, Samuel en profita pour coller sa poitrine contre son bras, question d'attirer un peu plus son attention. La demoiselle ne savait pas exactement ce qui l'intéressait, elle supposait qu'il allait être comme tous les autres qui l'ont approchée... Alors elle utilisait logiquement les mêmes méthodes. La brunette sentait que ses mouvements étaient machinaux, comme si elle l'avait fait trop de fois. C'était désagréable, mais peu importe. C'était pour son bien.

— Oui, bonne idée... Et un endroit chaud, aussi! J'ai tellement froid, si tu savais... Avoir su que la température n'était pas aussi clémente ici que chez moi, j'aurais apporté des vêtements plus chaud lors de mon voyage...

La jeune aux yeux ambrés lui avait laissé une opportunité pour s'assurer de ses intentions, de si elle était dans la bonne voie avec lui. Toutefois, le sourire qu'elle arborait s'était effacé quelques instants, voyant sa vision et son mal de tête empirer. Sa nervosité reprenait lentement le dessus, elle se retourna la tête de nouveau et scruta les environs pour s'assurer que la bête n'était pas à leur trousses. La petite se retourna vers son compagnon, lui souriant de nouveau.

— Il faut s'assurer qu'on ne laisse pas de trace pour le grand méchant monstre, Tenten... Il va nous trouver dans notre cachette lorsque... Nous y serons. Il ne faudrait pas qu'il nous dérange! Tu as une idée pour l'éloigner de nous ou le distraire?


Azzuen continua sa marche au même rythme malgré ses étourdissements, la bâtisse devenait de plus en plus grande, ils devaient être à quelques minutes seulement de marche.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageSam 25 Fév - 15:47
Elle avait pris ma main, signe qu'elle me faisait déjà confiance et comptait sur moi. Elle en avait aussi profité pour coller sa poitrine contre mon bras, d'un mouvement bien trop rapide pour douter de son intention. Le fait qu'elle n'avait pas l'air de ressentir de gêne d'être aussi proche signifiait sûrement que c'était une habitude pour elle d'user de ses charmes pour rentrer dans les bonnes grâces des gens. J'avais peut-être tort de baisser autant ma garde, surtout en prenant en compte le manque de sens de ses propos et sa panique.

Cependant, en sentant son frêle corps trembler ainsi qu'à quel point elle s'appuyait contre moi, sans doute pour garder son équilibre, je ne pouvais pas mettre en doute sa présente vulnérabilité. Pour l'instant, il était mieux de faire comme si son jeu de séduction marchait pour qu'elle ait un sentiment de supériorité, et de rétablir la hiérarchie naturelle entre nous une fois qu'elle serait rétablie et aurait suffisamment baissée sa garde.

Lui souriant tendrement en l'observant du coin de l'oeil pour qu'elle ne le remarque pas, je continue ma route à ses côtés, attendant qu'elle daigne dire un mot, il était mieux de laisser les personnes paniquées parler d'elles-mêmes plutôt que de les angoisser avec des questions. Ma simple présence à ses côtés était suffisant pour gagner sa confiance. Elle pris la parole pour me répondre peu de temps après.

— Oui, bonne idée... Et un endroit chaud, aussi! J'ai tellement froid, si tu savais... Avoir su que la température n'était pas aussi clémente ici que chez moi, j'aurais apporté des vêtements plus chaud lors de mon voyage...

Son voyage ? Était-elle arrivée jusqu'ici de son plein gré ? Elle devait alors habiter la ville pour laquelle cette gare avait été conçue. Elle avait sûrement des informations précieuses, raison de plus pour la traiter avec soin~. Mais oui, il faudrait trouver quelque chose pour se réchauffer. La gare était apparemment abandonnée depuis longtemps, je ne doute pas que l'électricité soit déjà coupée. Il ne restera plus qu'à trouver des allumettes pour faire un feu, je suppose.

La ville serait un bien meilleur abri mais... la sentant trembler encore plus et regarder d'un air paniqué en arrière, il était sûr qu'elle n'y retournerait pour rien au monde. J'espère qu'elle tiendra jusqu'à ce qu'on arrive, mais dans le cas contraire, je devrais réussir à la porter.

— Il faut s'assurer qu'on ne laisse pas de trace pour le grand méchant monstre, Tenten... Il va nous trouver dans notre cachette lorsque... Nous y serons. Il ne faudrait pas qu'il nous dérange! Tu as une idée pour l'éloigner de nous ou le distraire?

Qu'il nous dérange ? Je fais un sourire amusé en me demandant pendant quelle action il pourrait bien nous déranger~ En tout cas, pour penser qu'il la poursuivait à ce point et lui en voulait personnellement, elle devait être terriblement effrayée. Serrant un peu plus sa main pour lui dire que je suis là et qu’elle peut compter sur moi, je lui propose doucement une idée pour la rassurer, sans trop hausser la voix :

« Tu vois les traces qu’on laisse dans la neige ? » dis-je en l’encourageant à regarder derrière nous. « Ce serait facile de nous pister en les suivant, non ? », j’ajoute après qu’elle ait regardée. Tout en  me retournant vers elle et en flattant doucement ses cheveux de ma main libre, je lui fais alors une proposition « Et si on faisait en sorte de faire disparaître nos traces ? Ça te tente ? » Voyant qu’elle y acquiesce, je l’amène doucement en la tirant par mon bras qu’elle tient toujours jusqu’aux arbres bordant la route. Je lui indique ensuite de marcher derrière moi dans mes traces jusqu’à l’autre bord de la route en suivant une trajectoire diagonale, défaisant gentiment mon bras pour juste la tenir par la main, et lui souriant largement, voulant voir si elle me faisait confiance au point de suivre ce que je lui disais sans connaître encore la raison. Si elle y arrivait, elle reproduirait ce comportement plus facilement jusqu’à remettre sa vie entre mes mains sans se poser de questions.

J’ai avancé d’un petit pas dans la neige, ne lui laissant pas le temps d'hésiter et élargissant exprès mes traces pour que ce soit plus simple au retour, puis ait fait un second pas, à la même distance, pour qu’elle n’ait pas de difficulté à marcher dans mes traces. Voyant qu’elle me suivait sans problèmes, tremblant toujours néanmoins, j’ai continué jusqu’au bord à quelques mètres puis suis passé sous le couvert des arbres, l’incitant à me joindre.

« Maintenant, n’importe qui penserait que nous avons bifurqué de la route pour aller ici n’est-ce pas ? Mais si on marchait en arrière dans nos traces de sorte à ne pas en laisser d’autres pour retourner de l’autre bord, il sera alors impossible de deviner que nous ne sommes pas allés dans ce sens, tu comprends Azzuen ? » lui expliquais-je d’une voix tendre. « Nous allons passer sous le couvert des arbres pour rejoindre la gare ainsi le grand méchant monstre n’en aura aucune idée et nous pourrons nous reposer et nous réchauffer en paix~.  Si tu es d’accord avec mon plan, à toi l’honneur de revenir dans nos traces, je te suis. » ai-je rajouté d’un sourire chaleureux.

Voyons à quel point ce plan pourrait la rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageDim 26 Fév - 20:31
La jeune demoiselle avançait dans les pas de son ami du mieux qu'elle le pouvait, elle tenait même son chandail par derrière pour être certaine de ne pas tomber ou faire un faux pas et gâcher leurs efforts. Azzuen ne comprenait pas ce qu'il se passait, mais elle lui obéissait au doigt et à l'oeil, se disant que l'homme avait un plan précis dans l'esprit. La brunette en profita pour lever les yeux au ciel et admirer le petit matin aux travers des squelettes en bois dégarnis de leurs feuilles. Heureusement qu'ils n'étaient pas la nuit, sinon ce paysage ne lui aurait guère inspiré confiance. La scène aurait été digne d'un film d'horreur!

Durant ce long moment de silence, la petite laissa ses pensées envahir son esprit. Elle tissait ses toiles afin relier ses idées ensemble et créer un pattern particulier. Sa victime ne pourrait que s'y glisser et rester prise jusqu'à ce que la faim l'emporte et qu'elle le dévore. Samuel en profita pendant que le blond était dos à elle pour laisser reposer son visage. Exposer un sourire ou des larmes en permanence l'irritait, mais sa couverture ne pouvait pas tomber pour un simple désir personnel de retirer le masque. La jeune aux yeux dorés s'assura donc que sa proie ne se retourne pas pendant qu'elle avait enlevé son masque innocent.

Lorsque que le garçon s'arrêta, Azzuen pencha légèrement sa tête vers la gauche et lui exposa un visage intrigué. Elle décida de le laisser parler en premier, question de retirer le plus d'informations avant de poser des questions dignes de la reine des "nunuches". La brunette comprenait désormais ses intentions, maintenant qu'elles étaient exposées au grand jour, mais continua tout de même de montrer ce même visage, jusqu'à ce qu'un sourire ne prenne la place.

— Je ne comprends pas totalement, mais je te fais confiance! Je vais faire de mon mieux.

Sur ces mots, Samuel se retourna tout en s'assurant de ne pas abimer les pas déjà imprimés dans la neige. Le début du trajet se déroula plutôt bien, toutefois son corps vacillait dû au manque d'équilibre et à son étourdissement. Tout à l'heure, elle avait Tenshi pour la tenir ou encore son chandail, mais maintenant elle était exposée à ses propres compétences. Quelques fois, la jeune demoiselle resta immobile question de reprendre ses esprits, mais avant qu'ils n'arrivent à la bordure de la forêt, la jeune trébucha dans ses propres pieds pour atterrir tout droit sur le lit blanc.

— Aouch! ...

Son corps tremblait de froid, étant directement en contact avec la neige. Elle commençait d'ailleurs à fondre sur sa peau pour lui laisser des plaques rouges. Azzuen se releva cependant d'un bond sur ses genoux pour aller serrer la jambe de son allié et lui adresser la parole d'une voix paniquée.

— ... Je vous en supplie, ne me punissez pas... Par..Pardonnez-moi... pardonnez-moi... J'aurais dû faire plus attention à mes pas ! J'ai tout ... tout gâché... ne me punissez pas...

Et voilà, la carte pitié était mise au jeu.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageLun 27 Fév - 0:47
Elle mit un certain temps à comprendre le sens de mes mots, et il semblait que même ainsi, elle avait échoué à saisir complètement mon idée. Cependant peut-être était-ce dû à sa faiblesse et sa panique passagères. Voyant à quel point elle tremblait comme une feuille et manquait d’équilibre, je commençais à regretter de lui avoir imposé cette épreuve, bien que c’était pour son bien. Il fallait qu’elle considère ma présence comme protectrice et qu’elle sache que rien de mal n’arrivera en suivant mes directives~ J’étais d’ailleurs très satisfait du fait qu’elle me suive sans y trouver à redire malgré son incompréhension de la situation. Puis elle était tellement mignonne à mettre ses bras en avion pour garder l’équilibre ! Je me demandais bien quelle vie elle avait pu avoir… Être habituée à utiliser ses charmes à son avantage tout en gardant une mentalité d’enfant ? Un enfant qui avait dû grandir trop vite et qui était restée enfant au fond d’elle-même en s’adaptant à la dure réalité ?

Souriant pensivement tout en la suivant de son rythme très lent, je m’arrête afin de ne pas lui rentrer dedans et regarde le paysage matinal. De larges nuages gris laissent tout de même au pâle soleil de quoi exprimer quelques rayons, illuminant ce matin blanc d’une lumière agréable car non éblouissante par les reflets de la neige. Ce n’était même pas l’hiver quand je suis tombé dans la rivière. Le printemps avait éclos depuis quelques mois. Pour me retrouver dans une contrée enneigée, sachant qu’en prenant en compte que j’étais au niveau de la mer, et non à une altitude élevée, je me demandais bien si j’étais toujours aux États-Unis. Ainsi que pendant combien de temps j’étais resté inconscient aux mains des personnes qui m’avaient transportés dans ce lieu inconnu. C’était vraiment amusant de penser qu’on puisse me faire un coup pareil !

Alors que ma proie avançait toujours d’un pas vacillant, elle perdit l’équilibre et malgré ma tentative de la rattraper, j’avais malheureusement laissé trop d’espace entre elle et moi et échoua. Alors que je m’apprêtais à la rassurer pour éviter qu’elle ne se brise plus que nécessaire, voyant aussi qu’elle commençait à souffrir du manque de chaleur chronique de ces lieux, elle se releva d’un bond sur les genoux, se retourna et alla s’accrocher à mes jambes comme si sa vie en dépendait, me disant des mots me laissant perplexe.

— ... Je vous en supplie, ne me punissez pas... Par..Pardonnez-moi... pardonnez-moi... J'aurais dû faire plus attention à mes pas ! J'ai tout ... tout gâché... ne me punissez pas...

Elle cherchait ma pitié mais j’avais du mal à comprendre la raison derrière. Était-ce parce qu’elle était habituée à des relations de dépendance ou de supériorité où chaque erreur pouvait avoir des conséquences tragiques pour elle ? Dans ce cas, ça pourrait être une bonne explication de son comportement et de son suivi  de mes ordres aveugle. Mais elle avait dit me faire confiance, cependant maintenant elle semblait montrer de la peur. Je me demandais vraiment comment j’avais pu échouer au point d’instiller de la peur en elle, et, me remettant en cause, décide d’essayer d’être une présence encore plus réconfortante et rassurante pour elle. Jouer sur sa peur ne l’amènerait qu’à la faire fuir tout comme elle l’avait fait pour ce « monstre ».

Quoiqu’il en soit, je pouvais comprendre que d’autres personnes aient pris du plaisir à profiter d’une si mignonne enfant. Mais la marquer de cicatrices ineffaçables, c’était réellement un crime.

La prenant par en-dessous des épaules doucement pour ensuite la ramener contre moi et la câliner fort dans mes bras, afin qu’elle arrête de paniquer et comprenne qu’il n’y a rien de mal à faire des erreurs en ma présence, tant qu’elle fait de son mieux en ma présence, je lui parle d’une voix douce en flattant tendrement ses cheveux ` :

« Tu n’as plus rien à craindre. Tu sens cette chaleur qui t’enveloppe et réduit toutes tes douleurs ? Qui te procure de l’apaisement et du bien-être ? Oublie tout le reste. Je suis là pour m’assurer que tu t’en sortes dans ce monde qui t’a été si hostile. Je te demande juste de compter sur moi et de me faire confiance comme tu l’as fait jusqu’à maintenant. Tu n’as rien fait de mal. Je ne veux que ton bien. D’accord ? Maintenant si on avançait ensemble vers notre nouvelle place-forte contre la cruauté de ce monde ? Je suis sûr qu’avec tout ce fouillis de traces, le grand méchant monstre ne nous retrouvera pas de sitôt, et puis, je serais lâ le cas échéant. »
ai-je fini en souriant, attendant qu’elle rompe l’étreinte pour repartir.

Une fois que je lui aurais insufflé du courage et fait en sorte qu’elle s’en remette totalement à moi, plus rien ne m’empêchera d’en faire tout ce que je veux~.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageLun 27 Fév - 10:30
La petite contourna ses mains pour l'entourer, mais elle ne put s'empêcher de crisper ses doigts tout en feintant des sanglots. Pour lui, la sensation devait être la même qu'un animal qui enfonce ses griffes arorndies dans sa peau, tentant d'y faire une ouverture au travers de ses vêtements. Son visage était couvert de larmes, mais caché dans le cou du blond pour l'empêcher de voir la moindre faille. Son irritation à jouer le rôle s'empirait peu à peu, mais les symptomes ressemblaient également à une jeune fille traumatisée, alors cela lui suffisait.

Azzuen l'écouta sans lui adresser la parole, pesant lourdement ses prochaines paroles. Maintenant que son jeu était préparé, elle devait faire attention aux cartes qu'elle choissisait. Jouer trop de fois la même carte pouvait la rendre prévisible et la faire perdre. Toutefois, sa proie était tombée dans le panneau, comme elle l'avait espéré. Certaines personnes auraient été irritées et l'auraient frappée, mais pas lui. Tenshi semblait apprécier fortement sa prestation. D'une voix aussi brisée qu'à leur rencontre, elle lui répondit.

— ...nh... C'était supposé être un paradis... pas un endroit cruel et..et.. hostile... J'ai mis fin à ..à ma vie pour être heureuse et...éviter ma punition... Pas souffrir encore...

Le choix avait été simple, question de garder son attention, Samuel avait choisi la carte intrigue. Tous ne semblaient pas s'avoir qu'ici, c'était un après-vie. Pourquoi ne pas exposer ce mystère? De toute façon, elle ne pourrait pas lui répondre, respirer aussi fort et imiter les pleurs aussi fortement avait empiré son étourdissement, cela ne lui prit que quelques secondes pour tomber dans les vapes.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité



MessageLun 27 Fév - 20:36
Je sentais ses ongles à travers ses vêtements, ses mains crispées comme un chat incapable de rétracter ses griffes, et son corps trembler, secoué par des sanglots ininterrompus. Elle avait vraiment l’air à bout. Sentant ses larmes chaudes couler contre mon cou, je continue à la bercer doucement dans mes bras en lui flattant les cheveux.

D’une voix à bout de souffle et de vie, elle me répondit :

— ...nh... C'était supposé être un paradis... pas un endroit cruel et..et.. hostile... J'ai mis fin à ..à ma vie pour être heureuse et...éviter ma punition... Pas souffrir encore...

Un paradis ? Elle a mis fin à sa vie ? Qu’est-ce qu’elle racontait ? Enfin, je savais très bien ce qu’elle voulait dire mais elle ne pouvait que délirer à cause de sa fièvre ou son état… Ou alors elle parlait par énigmes.

Voulait-elle dire qu’elle était volontairement venue ici, mettant fin à sa vie d’avant, dans un espoir de rédemption ça ? Dans ce cas il n’y avait aucun doute qu’elle n’était pas perdue comme moi ! Elle savait où on était et comment on y venait.

Avant que je puisse la questionner plus ou l’inciter à reprendre les routes, qu’elle puisse se reposer le plus tôt possible, elle perdit connaissance de mes bras. Il semblait bien que j’allais devoir la porter pendant les 2 minutes qu’il nous restait jusqu’à la gare.

« Bonne nuit mon petit animal...» ai-je murmuré doucement en la dévorant du regard~.

Portant ma princesse endormie dans mes bras, je remarque en arrivant finalement à la gare qu'il est impossible d'entrer dans la gare en raison de toutes ces mauvaises herbes en bloquant tous les accès. Je décide alors de mettre Azzu à l'abri avant de m'occuper ensuite du désherbage de notre nouveau chez-nous.

Cherchant du regard un endroit sûr pour elle, je choisis dans le parking proche une voiture à bonne distance des plantes, ayant l’air en relativement bon état. Je l’amène à quelques mètres de cette voiture puis la dépose doucement au sol sur le côté. Je prends ensuite un caillou me paraissant convenable et le lance à un mètre de la voiture sur la fenêtre arrière. Elle parvient à y faire un beau trou~. Prenant ensuite un des débris métalliques par-terre, je l’utilise pour casser doucement la fenêtre fragilisée par le trou, puis fais en sorte de faire partir tous les bouts de verres laissés dans les coins afin de ne pas risquer de blesser Samuel en la mettant dans son carrosse.

La reprenant dans mes bras, en profitant pour embrasser son front dans son sommeil, je la fais passer par la fenêtre sur le siège conducteur puis passe à mon tour pour la positionner de sorte à ce qu’elle soit confortablement couchée sur la banquette. C’était parfait~. Sachant ma princesse à l’abri des intempéries et un peu plus au chaud et confortable qu’en-dehors, je repartis au mur, bien décidé à m’occuper rapidement de ces envahisseurs végétaux pour reprendre l’entraînement de la parfaite petite Azzuen le plus tôt possible~.
Revenir en haut Aller en bas
Flore RavageuseDéesse
avatar


Messages : 37
Points d'expérience : 2038
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageLun 27 Fév - 20:42
〖RP TERMINÉ〗

◇ Gain xps
─ Tenshi Tsubasa : 10 xps
─ Azzuen S. Blackburn : 10 xps

◇ Points d'Influence

Carreaux : 1 point
Coeurs : 1 point
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Message
Revenir en haut Aller en bas
 
La belle et la bête [P.V : Tenshou] [TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une rose aussi belle soit-elle peut cacher une guêpe. [Terminé]
» BELLE TAPISSERIE
» Une très belle peinture
» Belle étalon cherche femme...xD
» Aurore de Sova : la Belle au Bois Dormant est là~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Ville abandonnée :: Périphérie :: ♥La gare♥-
Sauter vers: